L’évaluateur évalué (7). Éditorial de Nature du 5 novembre 2020 : un camouflet pour Vidal et le gouvernement

In memoriam étude d’impact and religion of evaluation. Rest in peace

Update à 15 h 42 : ajout d’un commentaire sur l’interaction entre Nature et Frédérique Vidal.

Égalité: les réformes de la recherche en France doivent équilibrer la compétitivité et le bien-être

La France doit examiner plus attentivement les risques et les bénéfices de son programme de compétitivité.

L’ancien président français Nicolas Sarkozy n’a pas su concilier son plaidoyer pour plus de compétitivité dans la recherche avec ses préoccupations pour que les sociétés valorisent mieux le bien-être. Credit : Eric Feferberg/Reuters/Alamy

En 2012, le président français de l’époque, Nicolas Sarkozy, a utilisé une analogie avec le vélo pour expliquer pourquoi il était déterminé à promouvoir une plus grande compétitivité du système de recherche du pays. « J’adore regarder le Tour de France », a-t-il déclaré à la revue Nature, avant d’ajouter : « Nous n’avons jamais vu le peloton accélérer parce que ceux qui sont à l’arrière vont plus vite ; le peloton accélère quand les leaders accélèrent ».

Sarkozy défendait un projet de financement supplémentaire d’un groupe d’universités sélectionnées, qui s’écartaient de la norme française, à savoir des salaires égalitaires et un financement par l’État (Nature 484, 298-299 ; 2012). Ce projet fait partie d’un ensemble de mesures qui visent également à donner aux universités plus d’autonomie pour affecter leur budget, faire des emprunts d’investissement et pour verser des salaires plus élevés aux chercheur·ses. Sarkozy voulait que davantage de scientifiques se considèrent comme des entrepreneurs, pour arriver à des succès commerciaux dérivés de leurs travaux. Son gouvernement souhaitait également que davantage d’universités françaises atteignent des positions élevées dans les classements mondiaux.

Certaines réformes étaient sans aucun doute attendues depuis longtemps, et la vision de Sarkozy, poursuivie par l’actuel président Emmanuel Macron, a commencé à porter ses fruits. Macron a introduit une législation qui ajoutera 26 milliards d’euros (30 milliards de dollars US) au budget de la recherche française au cours de la prochaine décennie. Et, comme nous l’avons signalé, l’université de Paris-Saclay, qui a été créée cette année, est 14e au classement académique 2020 des universités du monde, marquant ainsi la première fois qu’une université française se retrouve dans le top 20 de l’un des principaux classements.

[…]

C’est en partie pour cette raison que les systèmes de classement des universités sont sous les feux de la rampe et que les chercheurs commencent à se demander comment les réformer. Le mois dernier, un groupe de travail du Réseau international des sociétés de gestion de la recherche a montré, dans un rapport préliminaire, que lorsqu’un classement tente de rassembler la mosaïque des universités du monde dans un seul indice composite, il ne parvient pas à mesurer pleinement les diverses façons dont les établissements offrent des avantages aux étudiants, au personnel et aux autres parties prenantes. Un indicateur unique peine également à valoriser la partie de la mission d’une université qui ne peut être facilement saisie par les mesures de performance conventionnelles, comme le bien-être du personnel de recherche. L’une des recommandations du groupe est de mettre en place des systèmes de classement afin d’éviter de produire des indices composites. Ils devraient plutôt adopter l’approche du tableau de bord, en publiant des chiffres distincts pour les différents éléments mesurés.

[…]

La création d’une nouvelle université est à juste titre une source de fierté et d’accomplissement pour la France. Paris-Saclay doit répondre aux espoirs d’une nation et aux rêves de sa jeunesse. Mais le gouvernement français doit se pencher plus attentivement sur son dernier programme de compétitivité, maintenant que les chercheurs ont eu le temps d’étudier les impacts de telles politiques ailleurs. Il devrait s’efforcer de trouver le meilleur des deux mondes : produire une recherche qui bénéficie à la fois la citoyenneté, en équilibre avec le soutien au bien-être de ceux qui sont en première ligne sur le plan académique.

Traduction – d’après Deepl.com

Pour lire l’intégralité de l’éditorial de Nature →

https://twitter.com/ChRabier/status/1324328582752182272?s=20Commentaire : Fil Twitter de Christelle Rabier – 5 novembre 2020


Corrections d’une News de Nature publiée le 23 juillet 2020.

Update : cet éditorial pourrait-il avoir une quelconque résonance auprès du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ? C’est tout à fait probable quand on réalise qu’une News de Nature a été modifiée 6 jours après sa parution pour intégrer, tout spécialement, les commentaires de Frédérique Vidal. Croisons les doigts pour que l’aura internationale de Nature puisse avoir des effets bénéfiques sur le futur du système de recherche français…

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.