Censurer au nom de la liberté d’expression

Université : censurer au nom de la liberté d’expression

Se faire censeur, mais pour la liberté. Analyse des polémiques récurrentes concernant l’université en général et la « gauche académique » en particulier, qui auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

 

  • par Anonyme, Racismes, 4 novembre 2020

Le 27 octobre 2019, dans les colonnes de l’hebdomadaire Marianne, qu’elle dirige, la journaliste Natacha Polony s’émouvait de l’émergence d’un « nouveau fascisme universitaire »1 prêt à exercer sa censure sur toute pensée divergente. Selon elle, un « climat de terreur » ravagerait ces « temples dédiés aux savoirs » qu’avaient été les universités avant que le « fascisme » en question ne s’abatte sur l’enseignement supérieur et la recherche en France, et enfermerait tout un chacun dans un silence complice, trop effrayé d’être la prochaine victime de la machine à dénoncer les réactionnaires.

Cette vision du monde universitaire est développée alors que plusieurs manifestations ont lieu à Bordeaux en réaction à l’intervention programmée de la philosophe Sylviane Agacinski sur le thème de la gestation pour autrui (« GPA ») et de la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes (ou « PMA pour toutes »). La philosophe avait en effet fait connaître, dans de nombreuses interventions publiques, y compris en tant qu’experte et devant le Parlement, son opposition à de telles mesures. Ayant renoncé à l’événement après qu’une modification de sa formule lui ait été proposée (la conférence-tout-court passant au format d’une conférence-débat), Mme Agacinski incarnait donc le nouveau visage des victimes de ce « fascisme ». Et Natacha Polony de s’insurger : « Il serait plus que temps de refuser à ces inquisiteurs et à leur affidés le droit de définir au nom des citoyens le progrès et le bien commun ». On notera qu’elle ne dit pas davantage comment il s’agirait de le leur refuser ni dans quelle mesure une telle action ne constituerait pas en elle-même un acte de censure. Ainsi qu’on le verra plus loin, c’est probablement parce que c’en serait un.

Ce que Polony remarque toutefois dans son éditorial, c’est que « ceux qui se sont élevés contre la terreur intellectuelle imposée par les activistes de Bordeaux sont avant tout des gens de droite, opposés à l’extension de la PMA aux couples homosexuels ». Loin d’y voir une position partisane – il est après tout pratique, lorsque l’on s’oppose à une mesure, de parvenir à expliquer que l’on fait partie d’une minorité opprimée–, l’autrice l’analysait comme le signe de l’abandon de la liberté d’expression par la gauche, notamment académique, et de sa défense comme valeur supérieure par la droite. Ce faisant, elle s’inscrivait dans une polémique récurrente concernant l’université en général et la « gauche académique » (quoi que cela soit) en particulier : les deux auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

Lire la suite sur Racismes.hypothèses.org →

Recensement de toutes les actions contre la censure, en faveur des savoirs émancipateurs et critques pour et par tous et toutes : Les sciences sociales contre la République ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.