Stop aux fantasmes sur le CNU

  • par Sandrine Lévêque, présidente de la section 04 du CNU, Alice Mazaud, vice-présidente de la section 04 du CNU,Jérémie Nollet, assesseur de la section 04 du CNU, Frédéric Ramel, vice-président de la section 04, Anne Cécile Douillet, ancienne président de la section 04, Olivier Nay, ancien président de la section 04

La nuit du 28 au 29 octobre derniers a été une nuit noire pour l’ESR. Les sénatrices et sénateurs présent-e-s y ont voté des amendements « surprise » qui remettent profondément en cause la liberté académique et la procédure de qualification, vidant le CNU d’une partie de ses missions essentielles. La suppression de la procédure de qualification et, du même coup, d’une des raisons d’être des différentes sections du conseil national des universités participe de la même entreprise de démolition des instances et procédures qui garantissent la collégialité, la représentativité et l’indépendance du monde universitaire. Il s’agit ni plus ni moins de déposséder une instance en partie élue par ses pairs d’un mode de régulation de la discipline au profit des chefs d’établissement. Cela parachève l’édifice de la loi LRU, en démantelant les derniers rouages démocratiques du service public national de l’enseignement et de la recherche.

Le rôle du CNU, et en particulier de la mission de qualification, a été très souvent discuté et contesté. Le CNU est encore parfois perçu comme une institution tenue par de vieux mandarins dont la seule mission et le seul objectif seraient de censurer les travaux de jeunes collègues qui aspirent à entrer dans la discipline et les métiers de l’enseignement et de la recherche. Les membres du CNU sont parfois aussi soupçonnés d’exercer une forme de censure à l’égard de collègues plus brillants qu’eux et auxquels ils n’attribueraient ni promotion, ni CRCT, ni PEDR.

Il convient de rappeler que le CNU est d’abord et avant tout une instance élue au 2/3. Un tiers des membres est nommé. Ses quatre missions principales sont la qualification, l’attribution de CRCT, l’avancement et la production d’avis sur la PEDR.  Le CNU est composé à part égale de professeur·es, de maîtres et maîtresses de conférences engagé.e.s et sincères qui remplissent une mission extrêmement chronophage et peu reconnue. Aujourd’hui, la moyenne d’âge de la section 04 est de 45 ans. Les membres de la section proviennent de Paris et des régions, appartiennent à tout type d’institutions : des universités où la science politique est bien représentée, des IEP, mais aussi des universités où la science politique est très minoritaire.  Ils et elles représentent aussi des sous-spécialités de la science politique (sociologie politique, histoire des idées, relations internationales) et toutes les sensibilités théoriques.  L’institution est presque paritaire ; les femmes, en particulier dans le collège A, y sont davantage représentées que dans l’ensemble de la profession1.

https://www.flickr.com/photos/104656857@N06/27515510637/in/photolist-HVsbFP-ZbUNQC-AEsSso-YnUzkL-G3eaNv-Azc4BJ-BRki9d-GtBHru-ZxHJ7q-SQxVQZ-t5iiZD-KpLKbC-y8jW3a-NDbUCS-NLWhMj-2cDa2e2-tpxUz2-Ab88B3-zVVX1H-NXgKc8-28rHmrS-GaotsF-26UUt1i-zM6gRf-ZxEAv7-AYBE8L-N69zgY-MYPHKz-HWZjaY-22zTTe5-UXmwwW-BV1VVm-ya5cuL-CACveD-rw3CoQ-rw3t7U-UinAFA-EEQ2sL-21gJTPK-MArbGN-vEiJmG-AHuczQ-vEz6XZ-2aHcwiJ-HiNevB-RSrvR8-rnDLY8-Hbbb9G-MYS2BB-2ahhuVG

Before the storm, Ignacio Ferre Pérez, 2018

Une année type pour un membre du CNU signifie qu’il siège deux semaines par an après avoir produit plus d’une quarantaine de rapports (de qualification, d’avancement, d’attribution de CRCT, ou de PEDR). Les travaux du CNU se déroulent dans le strict respect de règles de déontologie fixées par le ministère, règles qui sont renforcées par la section 04 pour assurer transparence et équité à chacune de ses délibérations. Les semaines sont souvent longues, les débats serrés et de grande qualité et sont toujours guidés par l’intérêt de la discipline. C’est bien l’engagement et la sincérité des collègues qu’il faut souligner.

Les élections pour le renouvellement du CNU offrent une occasion unique de discuter de ce que doit être la discipline et le métier d’enseignant chercheur dans toutes ses dimensions. Et si les listes s’accordent sur l’essentiel, des points importants comme la place accordée à l’internationalisation, l’ouverture aux autres disciplines sont alors débattus. La campagne est un moment au cours duquel des collègues venant d’univers professionnels différents, se côtoient et confrontent leurs points de vue. Ces échanges uniques se poursuivent tout au long du mandat, puisque le CNU permet à des collègues qui ne se rencontrent que très rarement dans le cadre académique de se fréquenter sur le long terme. Siéger au CNU c’est aussi comprendre ce qui fait notre discipline dans sa diversité et dans sa richesse. Ôter au CNU ses prérogatives, c’est donc aussi faire disparaître un espace de débat démocratique unique au sein de notre profession.

S’agissant de notre attachement à la procédure de qualification crainte par certain.e.s candidat.es et surtout honnie par les chefs d’établissement : comment justifier ce que les candidat.e.s considèrent comme une deuxième soutenance de thèse et les chefs d’établissement comme une entrave à la liberté de recrutement ?

La qualification est d’abord et avant tout une procédure qui garantit le caractère national du recrutement.  Ensemble, les élue.s du CNU définissent les qualités attendues pour devenir enseignant.e-chercheur.e, et donc les différents critères exigés pour inscrire sur une « liste d’aptitude » les candidat.e.s aux métiers de l’enseignement et de la recherche. Ce n’est donc que de façon collective et collégiale qu’est appréciée la qualité scientifique de chaque dossier sur la base d’un accord quant aux compétences et expériences indispensables à l’exercice du métier. Parce qu’elle engage tout le CNU, chaque décision est pesée et n’intervient qu’au terme d’une délibération rigoureuse, pluraliste et transparente. Depuis plusieurs années, les président.e.s du CNU publient un rapport dans lequel ils et elles décrivent et rendent compte des activités de leur section, dont ils et elles précisent aussi de façon explicite leurs attentes.

Vouloir la peau du CNU, c’est aussi pour les chefs d’établissement et une partie des gestionnaires de l’ESR vouloir libéraliser le système de recrutement. La justification est de pouvoir recruter à l’étranger et d’attirer les meilleur.e.s, comme si les « meilleur.e.s » ne pouvaient être recruté.e.s parmi celles et ceux, docteur·es précaires, qui font fonctionner les universités et qui sont sans soucis qualifié·es. Préserver la procédure de qualification permet donc de casser la logique libérale du marché des postes académiques où l’enjeu pour les universités devient uniquement de recruter les profils les plus prestigieux.

La procédure de qualification permet simplement que les personnes trop loin des attentes académiques puissent être recrutées sur la seules base de leur attache locale. Faire disparaître la qualification c’est aussi ouvrir plus grand encore les possibilités de recruter sur des contrats précaires comme ceux envisagés par ailleurs par la nouvelle LPR.

En outre, le CNU est une protection indispensable pour les « petites disciplines », comme la science politique, dont le périmètre est toujours menacé.  Si la qualification disparaissait, rien n’interdirait aux établissements de recruter des collègues issus d’autres disciplines sur des postes de science politique et ainsi de voir notre discipline disparaître progressivement. Le fonctionnement du CNU est ce qui permet à la discipline d’exister en tant que telle, autour de problématique qui lui sont propres. Nous disons ici aux associations de candidat.e.s qui luttent contre le localisme et le clientélisme, la procédure de qualification est votre alliée.

Le CNU n’a pas nous l’avons dit qu’une mission de qualification. Sur ces autres missions, accorder des CRCT ou des avancements, donner des avis sur la PEDR. Ces missions sont essentielles et permettent de maintenir une évaluation par les pairs et non par les établissements (ou certaines disciplines pourraient alors imposer leur critère). En la matière, le CNU gère d’abord la pénurie : deux semestres seulement de CRCT, des promotions au compte-gouttes et un système d’évaluation des PEDR qui implique un classement humiliant pour les candidat.e.s.

Et même si nous sortons collectivement désespéré.es de ces réunions, nous exerçons une forme de veille et interpellons régulièrement le ministère sur la misère de l’université quant à la gestion des carrières.

Ce rôle d’interpellation est essentiel.  Nous nous emparons en effet très souvent de questions qui fâchent. Le CNU a pris des positions sur tous les débats qui ont animé la communauté académique à propos des textes qui visent à remettre en cause le statut d’enseignant chercheur (LRU, LPPR etc…). La section 04, comme d’autres sections, résiste ainsi encore et toujours à mettre en œuvre l’évaluation individuelle des carrières. Pourtant c’est bien cette mission qu’entend lui réserver le ministère.

Le CNU doit être plus qu’il ne l’est aujourd’hui un parlement pour chaque discipline. En tant qu’instance élue, il doit constituer un lieu de débat et une force de proposition. La section 04 doit continuer à être vigilante sur la place de la science politique dans les cursus, alerter sur le manque criant de postes et la précarité de nos jeunes collègues, il doit pouvoir continuer à donner son avis sur les modes d’accès au professorat et, sans se substituer aux syndicats, doit pouvoir continuer à interpeller nos tutelles sur les conditions de travail et le déroulement des carrières des enseignant chercheurs.

Plus généralement, le CNU – et son instance représentative la CPCNU en tant qu’espace unique de réunion et de discussion de l’ensemble des disciplines – doit voir son rôle renforcé. La CPCNU doit être entendue. Elle est aujourd’hui une force de propositions exemplaire et relativement méprisée des instances ministérielles.

À l’université comme ailleurs, supprimer les instances représentatives élues, les corps intermédiaires, les espaces de dialogues et de concertation n’est évidemment pas la solution aux crises que nous vivons et qui nous attendent. C’est au contraire en renforçant leur mission et surtout en les écoutant que nous réussirons à mettre en place une politique publique de la recherche digne de notre pays. Les conditions d’élaboration et d’adoption de la LPR montrent que c’est le chemin inverse qui a été choisi par ce gouvernement.

  1. Sur le fonctionnement des sections du CNU, on se reportera au rapport élaboré en 2015 par la CPCNU sous la responsabilité d’Olivier Nay. Sur la composition de l’actuel CNU, nous vous invitons à vous reporter au rapport d’activité de la section 04. []

1 réflexion sur « Stop aux fantasmes sur le CNU »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.