Un amendement 234 à la Polonaise : le droit des femmes et la suppression de budget

Visuel officiel du mouvement Strajk Kobiet/Grève des femmes

Alors qu’en France, le Sénat vient d’ajouter des amendements jugés insupportables et dangereux par les universitaires — 147, intention de délit d’entrave ; 150, suppression de la qualification; 234, libertés académiques soumises aux valeurs de la République — le nouveau ministre de l’éducation et de la recherche unifiées a décidé d’utiliser le budget comme arme politique, privant d’une partie de leur budget les universités qui ont autorisé leurs étudiant·es à participer aux mobilisations en cours contre la restriction de l’accès à l’IVG. En effet, depuis plusieurs jours, des manifestations monstres ont lieu dans toute la Pologne depuis la décision d’interdire l’IVG en cas de malformation grave du fœtus, ce qui représente à ce jour environ 98% des IVG réalisées légalement en Pologne, les trois raisons pour une IVG légale étant jusque là : une malformation grave du fœtus, un risque pour la vie de la mère, une grossesse résultant d’un viol.  En Pologne et France, les temps sont décidément durs pour les libertés académiques et la lutte contre les discriminations.

Update. 30/10/2020

Traduction, introduction et recherche iconographique: Andrea Goulet

Strajk kobiet/Grève des femmes. Le Ministre coupe des subventions 

  • par Marcin Łukasik, money.pl, 30 octobre 2020

L’année dernière, le ministère de la recherche a attribué 13 milliards de zlotys aux établissements supérieurs sous sa tutelle pour l’enseignement et la recherche, soit environ 40 millions de zlotys par établissement. Le nouveau ministre de l’éducation et de la recherche unifiées a annoncé que 15 établissements seraient privés de nouveaux financements. C’est la sanction pour avoir permis aux étudiants de participer aux manifestations contre la décision du Tribunal Constitutionnel restreignant le droit à l’avortement.

Ministre de l’éducation et des sciences Przemysław Czarnek (à droite). (Photo : PAP/Wojciech Olkuśnik, Wojciech Olkuśnik)

Quinze établissements supérieurs ont banalisé des heures pour que leurs étudiants puissent participer aux manifestations du mercredi 28 octobre suite à la décision du Tribunal Constitutionnel qui interdit l’avortement en cas de malformation grave du fœtus. Le Ministre de l’éducation et de la recherche Przemysław Czarnek a annoncé qu’il ne resterait pas les bras croisés et sanctionnerait ces établissements.

« Je prendrai des décisions qui sont du ressort du ministre de l’éducation et de la recherche contre les établissements, qui ont banalisé des heures et ont ainsi encouragé la participation aux manifestations », a annoncé le ministre dans une interview avec les médias publics.

Quelles sanctions sont possibles ? Selon un agent du ministère, il peut s’agir de non-attribution de financements, par exemple des subventions. Cette déclaration a suscité de nombreuses réactions dans le milieu de la recherche.

« Je suis critique vis-à-vis de la décision des présidents d’universités. J’estime que la période difficile actuelle n’est pas opportune pour l’organisation de manifestations, mais au-delà de cette objection, je ne vois pas comment il serait possible de ne plus financer d’universités au niveau ministère. L’accès aux subventions est pour tous », a commenté le Pr. Michał Kleiber, ancien ministre de la recherche et président de l’Académie polonaise des sciences.

Selon le bureau statistique national (GUS), 373 établissements supérieurs étaient en activité en 2019/20, avec 1,204 million d’étudiants.

Source: GUS

Les dépenses publiques dédiées à l’enseignement supérieur en Pologne représentent environ 1% du PIB, soit environ 24 milliards de zlotys (en 2019) au niveau national. À cela s’ajoutent 54 millions de zlotys des collectivités territoriales. Le coût moyen de l’enseignement pour un étudiant est de 22 900 zlotys.

Source: Gus

Les subventions représentent quasiment 70% des fonds d’un établissement. Comment est utilisé cet argent ? Entre autres pour les affaires courantes, les rénovations, les investissements, mais surtout pour l’enseignement et la recherche. Tel que l’indique le Bureau statistique, les subventions pour le maintien de l’enseignement et de la recherche dans les établissements sous tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche représentent 13 Mds de zlotys/an, alors que les subventions du budget de l’Etat représentent 0,5 Mrd de zlotys.

« On fait difficilement le poids face aux meilleurs établissements. Les fonds apportés par les subventions sont extrêmement importants pour la qualité de la recherche, et la recherche est important pour le développement, l’innovation et l’enseignement. Par manque de moyens, peu de nos enseignants mènent des recherches avancées », indique le Pr. Kleiber.

Quels sont les autres sources de financement de la recherche pour les jeunes scientifiques ? Par exemple la participation à des appels à projets et programmes du Centre national pour la Recherche ou le Centre national de R&D. On estime que ces deux organismes ont financé des projets de recherche à hauteur de plus de 1,300 Mrds de zlotys.

« Les établissement supérieurs polonais sont ric-rac quand au financement de la recherche. Si on ferme le robinet, on provoque facilement des dommages irréversibles au niveau du système de recherche, qui est déjà dans une situation difficile », commente le Pr. Dariusz Jemielniak, qui enseigne à l’Académie L. Koźmiński et à l’Université d’Harvard.

Les décisions concernant le financement de la recherche scientifique sont aujourd’hui prises sur la base d’une évaluation par des organismes scientifiques, et des algorithmes déterminent l’attribution des subventions. Mais ceci peut être changé par la loi. Les déclarations du ministre concernant des tentatives d’influencer la façon d’attribuer les subventions ne sont, selon notre interlocuteur, pas une bonne nouvelle.

« L’un des principes fondamentaux de l’autonomie des établissements remonte, soit dit en passant, au Moyen-Âge et peut donc être considéré comme traditionnel, est justement la prise de décisions autonome. Dans le cas des manifestations généralisées, quel qu’en soit le sujet, il est tout à fait compréhensible que les présidents d’établissement puissent banaliser des journées. Ces déclarations qui peuvent être considérées comme des menaces de suppression de financements, sont ainsi clairement déplacées. La recherche se avance le mieux lorsque les personnes qui sont influencées par leurs convictions idéologiques n’y mettent pas leur nez », conclut le Pr. Jemielniak.

Affiche militante, 2020.  Cf. https://pogotowie.tumblr.com/

Update. Le 30 octobre 2020, après la parution de l’article traduit ci-dessous, l’Union des présidents d’établissements supérieurs a depuis fait savoir qu’elle estimait que c’était une erreur de couper les financements.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2020, 1 novembre). Un amendement 234 à la Polonaise : le droit des femmes et la suppression de budget. Academia. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aiik

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.