Travail d’archives (4). Le vote fier ou honteux ?

La fabrique de la loi #61

← Article précédent

Article suivant­ →

Dans la vie d’une historienne, il est des archives quasi inutilisables : absentes — comme l’est souvent la correspondance passive rarement conservées — ou tellement détérioriées qu’elles en sont indéchiffrables. Pourtant, celleux que Marc Bloch qualifiait d’« ogres » les transforment en condiments insoupçonnés de la réflexion historique.
Ce qui est vrai pour les liasses de papier conservées aux Archives nationales vaut aussi pour les médias électroniques. Démonstration
IMPORTANT UPDATE. Plusieurs correspondantes et correspondants m’invitent à corriger ce billet après l’heure de sa parution. Comme ces corrections infléchissent nettement le sens de certains passages, j’apporte des corrections directement dans le texte, en violet.

[D] – Diapasón de mi guitarra, ¿qué más puedo decir? (c)Maw Cerón Medina, 2011

Alors que le vote de la loi est acquis, l’assistant·e parlementaire de Laurent Lafon, président de la Commission de la Culture, de l’Éducation et de la Commission s’empresse de publier un fil Twitter, au ton assuré, qui vise à souligner les principales « avancées » apportées par le passage dans l’hémicycle de la Haute Chambre. Utilisant quotidiennement Twitter comme un outil d’information, de partage et de commentaire, et suivant Laurent Lafon depuis son élection à la présidence de la Commission, je suis vue immédiatement informée de sa parution

Ce commentaire, émanant d’un acteur majeur de l’élaboration de la loi, a suscité aussitôt des interrogations, une certaine rage, et le besoin de rectifier certains préjugés patents dans le fil, ce que j’ai fait sous la forme de retweet commentés. Le lendemain, les messages du compte @L_Lafon étaient supprimés, sans explication. Ils n’étaient plus sur Twitter, mais je continuais à les « voir » au travers de mes commentaires qui, eux, restaient et restent encore. Trente-six heures plus tard, il n’en reste plus grand chose, sinon qu’ils ont bien existés — et que Laurent Lafont les a supprimés.
Je trouve intéressant de publier à présent ces commentaires — et le grand « blanc » que représentent ces messages opportunément effacés — par lesquels un sénateur, qui joua un rôle central dans la discussion au Sénat de la loi de programmation de la recherche  2021-2030 (LPR), se vantait de toutes les avancées de cette loi, avant, finalement, de tout supprimer. Comme honteux de ce qu’il venait, dans son incompétence, d’accomplir sans le savoir. Ou, au contraire, par la soudaine prise de conscience que l’opposition avait la capacité de nuire à sa personne, en le sachant trop bien.

Voici les captations d’écran. Le cas échéant, je mets en bas de l’image le lien vers l’article mon commentaire Twitter renvoyait. Olivier Martin, professeur de sociologie à l’Université de Paris, a fait son propre commentaire, que j’ai reproduit avec son autorisation. Fabrice Planchon, vice-président de la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU), apporte son propre commentaire au mien, je l’ajoute également dans la liste.

  • Non à la suppression de la qualification par le CNU, 29 octobre 2020.
    Le premier Tweet de Laurent Lafon se félicitait donc de la suppression de la qualification, très contestée selon lui. Cette contestation m’a fait assez vivement réagir : qui contestait, et qui avait donc eu l’oreille de Laurent Lafont ? Entre temps, une géniale « expérience scientifique » — pour reprendre le mot d’un collègue — opposée à celle de Sylvie Bauer, entend souhaiter supprimer la qualification. À l’heure où je boucle ce billet, la pétition initiée par Sylvie Bauer a dépassé 5200 signatures, la seconde atteint 35 soutiens. Si les titulaires de l’enseignement supérieur ne contestent pas la procédure de la qualification, mais au contraire, la plébicitent, on se doute que le président de la Commission de la Culture a eu maille à partir avec le groupe très hostile depuis longtemps à la qualification : les président·es d’université, et en premier lieu, la Conférence des présidences d’unversité, à qui Academia a d’ores et déjà demandé des documents à communication publique.

Olivier Martin, professeur de sociologie à Université de Paris, est plus précis encore dans sa réponse en exposant la référence de l’entreprise privée pour les modalités de sélection à l’emploi, inepte pour l’université. Il ajoute surtout que la bureaucratie touche les fleurons de LPR : les agences de financement…

  • Fac de Montpellier: le commando d’extrême droite et l’ex-doyen renvoyés en correctionnelle, par et Benjamin Teoulé (Le D’Oc), 7 octobre 2020.
    J’ai choisi ce lien, parmi de nombreux autres, parce que j’avais été subjuguée par la pauvreté des débats dans lhémicycle, qui totémisaient deux micro-événements — le chahut d’une conférence sur la grossesse par autrui (GPA) ; le report d’une pièce d’Eschyle — alors même que la liberté d’expression et la sécurité des étudiant·es est régulièrement menacée par des forces d’extrême-droite, et comme dans le cas de Montpellier, avec l’appui actif ou à l’initiative de ses propres responsables. Pierre Ouzoulias a d’ailleurs mentionné en séance l’interdiction faite au sénateur par Pierre Mutzenhardt1, président de l’Université de Lorraine, de venir s’exprimer sur Parcoursup à la demande d’étudiant·es, contraint, comme élu de la République, de tenir sa conférence aux portes du campus de Nancy. Le seul point commun des deux exemples sollicités par les sénateurs, dont Laurent Lafont, est d’être régulièrement mobilisés par les sites d’information d’extrême-droite.

  • L’UNI, le creuset de la droite et de l’extrême droite, Le Monde, 18 octobre 2013. L’article ancien portant sur ce syndicat étudiant m’a semblé plus clair, dès son chapeau : « Depuis toujours, des militants radicalisés de l’Union nationale interuniversitaire, proche de l’UMP, flirtent avec l’extrême droite voire, la rejoignent ». C’est pourtant à un autre article que je pensais en lisant le tweet du sénateur Lafon : L’offensive postale du syndicat étudiant UNI « contre la radicalisation islamiste », dans Le Monde daté du 26 octobre 2020, qui avait utilisé des moyens à la limite de la légalité pour contacter 30 000 personnes et les engager à faire pression sur le gouvernement contre la « contre la radicalisation islamiste ».

Tweet supprimé de Laurent Lafont, daté du 30 octobre, 17h51

Le paragraphe qui suit à la relecture duTweet originel est erroné. Laurent Lafon ne mentionnait pas le syndicats qui donneraient dans les théories islamo-gauchistes-judéo-bolchéviques de Jean-Michel Blanquer, mais vise les « identitaires racialistes».

Ce terme ne veut rien dire — et c’est bien celui qui m’avait fait le plus tiquer, au point où je me souvenais qu’il avait utilisé un terme hors norme, mais j’étais incapable de m’en souvenir. Qui plus est, « identitaires racialistes» n’a pas été mobilisé dans les débats nauséabonds récents. Pourtant dans le contexte d’écriture, on conmprend bien que sont visés non seulement les universitaires que lui ou d’autres jugeraient «déviants», comme Blanquer, mais sa connotation visait bien également un syndicat étudiant «déviant» — dans la pensée fumeuse de Blanquer-Macron-LePen — à savoir l’Unef. En mobilisant cette fois les noms que se donnent  de deux groupes d’extrême-droite : Génération identitaire, sur le plan politique, Union nationale interuniversitaire (UNI), pour le syndicalisme étudiants. Quant à «racialistes», si pour Laurent Lafon cela renvoie sans doute à la Crtical Race Theory et aux courants de pensée décoloniiaux, il veut dire pourtant tout autre chose : peu ou prou raciste conscient·e de l’être. On était bien en présence d’un lapsus calami, avec un cocasse de situation que ma réponse avait donc bien saisi. Mais que, sans le tweet original, je n’aurais pu correctement interpréter.

Pourquoi Laurent Lafon aurait-il mentionné un syndicat étudiant ? Certainement parce que l’Unef, depuis les propos diffamatoires de Jean-Michel Blanquer dans l’hémicycle du Sénat qui a accusé le syndicat étudiant de complicité avec le terrorisme, fait l’objet d’attaques ignominieuses dans plusieurs médias2 Sous couleur de dénoncer les accointances « complices » de l’Unef avec l’islamisme radical, il semblerait plus simplement que les vêtements arborés par une des vice-présidentes du syndicat chiffonnent de nombreuses personnes, à l’instar d’Anne-Christine Lang quelques semaines plus tôt, dans un réflexe colonialiste mal digéré3 On peut espérer que Laurent Lafont a de plus hautes vues quand il met en cause le premier syndicat étudiant de France, qui fait un travail remarquable de défense de l’égalité et de lutte contre les discriminations. Ce qui est sûr, c’est que ces attaques confinant à l’islamophobie en hémicycle dégradent l’institution.

  • Les gesticulations des parlementaires sont assez usantes : faute sans doute de temps pour faire correctement leur travail de contrôle de la bonne application des dispositions législatives, ces artisans de la loi oublient que, derrière des dispositions normatives et réglementaires, il y a des hommes et des femmes qui travaillent. Après une grande campagne d’information, les sénateurs et sénatrices ont compris que les universités étaient sous-administrées et que les agents administratifs et techniques étaient les plus précarisés et sous-staffés4. La priorité était donc à l’emploi. Massivement.
    En réponse à mon tweet, Fabrice Planchon, vice-président de la Commission permanente du Conseil national des universités se revèle plus compétent que moi — et plus critique.

… il y a des limites à l’interprétation de documents dégradés…

  • La seule chose qui a pu avoir mon assentiment est l’augmentation du budget et la réduction de sa trajectoire. Grâce au remarquable travail de la Commission des finances, le consensus a été rapide à faire sur ce point, même si l’engagement n’était pas non plus exceptionnel.
    À moins qu’il ne soit agi d’un clin d’œil à Pierre Ouzoulias. Laurent Lafont, dans mon souvenir, a utilisé ce fil Twitter comme un moyen de saluer ses alliés ou, à défaut, les acteurs principaux du débat : Laure Darcos, dans le tweet identitaire-racialiste, Max Brisson, Stéphane Piednoir et une femme blonde, très mince, solicitée sur quelque chose que je ne comprenais pas — d’où ma mobilisation du Minion interrogatif et bien sûr Pierre Ouzoulias. Le sénateur communiste qui a, avec une constance impressionnante, défendu les exigences de la communauté universitaire, pouvait bien bénéficier qu’un hommage de cœurs battants.

  • Ma réponse suppose que Laurent Lafon s’était enorgueilli d’un dispositif qui allait facilité les liens entre université et décideurs publics, en se dotant d’un outil Science Media Center. Si je ne me suis pas du tout intéressé à ce dispositif5, c’est que, familière des liens entre science et décision politique6, il me semblait plus urgent que le sénateur s’inquiète des poutres dans l’oeil du Palais du Luxembourg que de bris de paille chez les universitaires, très engagé·es dans la présentation de leurs savoirs auprès du grand public et des plus hautes instances de l’État. Et qu’il s’interroge sur les effets démocratiques du mépris parlementaire à l’endroit des agents de la fonction publique de l’enseignement supérieur et de la recherche — tels que la séquence LPR 2021-2030 venait de mettre en valeur.

À ce stade de la lecture du fil, vous vous doutez que j’étais prodigieusement agacée.

  • Le dernier tweet vantait un dispositif que Laurent Lafont, les « Premiers de cordée », énième avatar d’un discours élitiste quand nous savons tous et toutes que ces dispositifs et les efforts centrifuges des élites affaiblissent considérablement l’enseignement public — tout au long de la vie — et attaquent quotidiennement le préambule de notre Constitution.

En rédigeant initialement ce billet, j’avais oublié un post, le fameux amendements 234 sur les libertés académiques et les « valeurs de la République ».

  • Le discours de Frédérique Vidal n’avait pas tellement plus d’intérêt. Elle a donné des gages aux sénateurs et sénatrices en arguant que les universités se conformaient aux « valeurs de la République », et à la laïcité. Pour ce qui est de la laïcité, comme me le fait remarquer une collègue, ce n’est pas le cas de l’Alsace ou de la Moselle que je dois mobiliser : la loi de 1905 ne s’y applique pas, pas plus qu’aux colonies devenues départements ou territoires de la République7 En revanche, la loi du 9 décembre 1905 s’applique pleinement à la collectivité territoriale de laMartinique, aux départements de la Guadeloupe et de La Réunion et aux collectivités d’outre-mer deSaint-Barthélémy et de Saint-Martin, par le décret du 6 février 1911.
    Il suffit assez simplement de préciser que des plusieurs universités disposent de laboratoires ou de départements des sciences religieuses, comme l’École pratiques des hautes études. 

À la fin de la lecture — et de ce qu’il en reste par le miroir déformant que j’ai tendu aux propos de Laurent Lafont  ou de son community manager — j’avais acquis une certitude : dans une chambre haute où seulement deux femmes dirigent une des 7 commissions permanentes, le remplacement au sein de l’Union centriste de la respectée Catherine Morin-Desailly par un homme n’était pas nécessairement simple : il revenait au nouveau président de « faire sa place », discrètement et aussi efficacement que possible, en montrant par exemple à la rapporteure du texte qui était en examen, qui était le chef.

Laurent Lafont, arrivé tartivement dans l’examen de la loi en Commission, à cause du renouvellement du Sénat, s’avère ainsi avoir joué un rôle majeur dans l’aménagement du projet de loi consolidé venu de l’Assemblée nationale. Réactionnaire dans ses réflexes politiques, avec une tendance à juger positivement des dispositions intrinsèquement discriminatoires, il avait sans doute participé activement à l’arrivée de l’amendement 150 (suppression de la qualification) dans l’hémicycle en dehors des circuits normaux du processus législatif. La satisfaction confinant à la suffisance du fil Twitter, présentant des remerciements appuyés à quelques personnalités, confinait à la suffisance : Laurent Lafont avait atteint ses objectifs, avec des autres sénateurs qui partageaient ou son cynisme procédurier — Jean Hingray — ou ses idées droitières — Stéphane Piednoir, un des tout premiers à s’exprimer publiquement sur la question sexiste autant que raciste de la tenue des étudiant·es et à parler, en hémicycle, des agents de la fonction publique d’enseignement supérieur mobilisés à Angers comme des «miliants» qu’il fallait empêcher de nuire. Les horreurs qu’on avait vues lors des débats étaient, pour l’essentiel, de leur fait.

Et les premiers commentaires d’universitaires lui ont fait comprendre rapidement qu’il s’exposait trop s’il voulait conserver son influence dans la suite législative.

Brutalement, à l’occasion d’une exégèse de la suppression de tweets de Laurent Lafont, j’ai saisi ce qui aurait dû être une évidence pour l’universitaire féministe que je suis devenue8 : la sénatrice Laure Darcos avait été sous influence virile.

Il ne restait plus qu’à l’historienne à prendre langue avec d’autres sources,  se voir confirmer qu’en plus des pressions des collègues masculins subies par la sénatrice, il y avait eu des tensions majeures avec Bruno Retailleau après la prise de position courageuse de Laure Darcos au moment de l’examen de la loi Bioéthique, du fait du conflit entre son époux et le président du groupe LR au Sénat — rendant la délibération sous haute tension et partant, non exempte de grossières bévues — de trouver le concept politique pour décrire ce fonctionnement curial et non démocratique de la délibération sénatoriale que ne partageait à l’évidence par Laure Darcos. Et à la chroniqueuse de la grève en cours à en faire un billet.

  1. Sur Pierre Mutzenhardt, voir sur Academia Omerta mode d’emploi, 11 septembre 2020. []
  2. Sur France culture, émission Signes des temps, le 25/10/2020. []
  3. Sur la surinterprétation sexualisée de la décolonisation algérienne, voir Shephard, Todd, 2017. Mâle décolonisation. L’« homme arabe » et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne, trad. Clément Baude, Paris, Payot. Il semble frappant qu’à de rares exceptions près, le voie qui a longtemps été un totem (blanc bourgeois) n’est plus un motif clivant chez les féministes. À de rares exceptions près, ce sont les seuls hommes qui mobilisent les vieilles querelles de la fin des années 1980 sur la question, dans un réflexe aussi machiste que colonialiste, avec des prétentions de domination sur le corps et l’apparence des femmes. []
  4. Dans le rapport du groupe de travail Attractivité de l’emploi, on a même parlé d’un immense plan social qui n’a pas dit son nom entre 2009 et 2016 au moins : « Les recrutements sur concours externes ou réservés des ingénieurs et techniciens des EPST ont baissé de 44% entre 2008 et 2016 (-41% pour lesingénieurs de recherche, -36% pour les ingénieurs d’études, -53% pour les techniciens). Ceux des établissements d’enseignement supérieur, si on excepte les recrutements en catégorie C, sont restés stables entre 2009 et 2016 ». []
  5. Contrairement à d’autres auteurs, comme Stéphane Foucart et Stéphane Horel, dans Le MondeL’information scientifique sous tutelle d’une agence de communication ? — et Sylvain Laurens —
    Foucart Stéphane, Horel Stéphane et Laurens Sylvain, 2020, Les gardiens de la raison: enquête sur la désinformation scientifique, Paris, La Découverte ; ou encore le Groupe Jean-Pierre Vernant. []
  6. cf. Rabier Christelle éd., 2007, Fields of expertise a comparative history of expert procedures in Paris and London, 1600 to present, Newcastle, Cambridge scholars Publishing. []
  7. Guyane, les collectivités d’outre-mer de Saint-Pierre-et-Miquelon, de Polynésie française, de Wallis-et-Futuna, le territoire d’outre-mer des Terres australes et antarctiques françaises et la Nouvelle-Calédonie. []
  8. Sur la tardive prise de conscience féministe, voir Löwy Ilana, 2006, L’emprise du genre: masculinité, féminité, inégalité, Paris, Dispute – et l’introduction publiée par Academia. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.