Blitzkrieg. Le conseiller du président de la République nommé à la tête de l’instance d’évaluation de la recherche

La fabrique de la loi #59

← Article précédent

Article suivant­ →

Blitzkrieg ? En cette veille des morts, le goût de cendres tient plutôt à l’acharnement d’un homme de pouvoir pendant de longs mois contre une conception de la recherche fondée sur l’intégrité et la collégialité, à moins qu’il ne s’agisse de la marque ultime de l’abnégation et du service rendu au suzerain.

Par un décret paru au Journal officiel de ce dimanche 1er novembre, le président de la République nomme son propre conseiller, Thierry Coulhon, à la tête du collège du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres). Dans un décret à part, les trente nouveaux membres du collège sont également désignés.

Alors que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche, épuisée par des mois de contestation ignorée, est de nouveau vent debout depuis jeudi, tanguant comme rarement elle a tangué depuis l’affaire des amendements sur les libertés académiques, sur le Conseil national des universités et sur la sur-pénalisation des intentions d’entraver les débats, le président de la République a choisi de ne pas se cacher : en procédant, dans un contexte d’immense protestation dans les établissements, à la nomination directe de l’un de ses proches conseillers à la tête de l’instance chargée d’évaluer l’enseignement supérieur et la recherche et d’agir sur la répartition des crédits entre les structures, il affiche son mépris gigantesque pour l’élaboration libre des savoirs en France, et les conditions collégiales et indépendantes dans lesquelles celle-ci doit se faire.

https://www.flickr.com/photos/66246002@N00/8767348389/in/photolist-emJXe8-ohhoC3-o3893-p5H824-oGS4fn-oRzknu-opLoQr-p2g53D-owt8X2-5YPxsE-nRP4Nj-oGSdck-o2Mp8K-86BHvQ-nS6VVo-p6LFPo-9saN3P-p5H8rc-ofNkBs-oncwFX-oncxdt-pmothy-oLWgrQ-nDuR42-pndmFF-nXwLoM-ongGkS-nRTiw4-pnbLeo-nBDDhx-oGeAvr-5nByc-nZT7oS-os9uDS-ohKqkZ-ocFLek-ocFVJm-p5JhXT-pmW5UD-p5JiF6-6JdiT8-oH6WfU-p5H6D4-4itFh-oQ6THR-4B36bm-2hQxCKE-dQWFXM-dQWFXR-9wsGRX

Jackdrill (c) Jesus Figueroa, 2012

Cette nomination de Thierry Coulhon poursuit donc une séquence terrible pour les libertés académiques, après les attaques contre l’université de Jean-Michel Blanquer de la semaine dernière, puis l’adoption par le Sénat, vendredi, du projet de loi de programmation de la recherche dans une version nettement durcie. Face à cette multiplication épuisante des fronts, l’appel collectif pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier est plus que jamais d’actualité, et nous pouvons que renouveler les appels à sa diffusion la plus large.

Car ce sont rien moins que les commandes du réacteur de l’enseignement supérieur et de la recherche pour les années à venir, le pilier du modèle de « l’évaluation par la performance », qui sont désormais confiées à Thierry Coulhon, alors même que, de la LRU à la LPR en passant par ORE, celui-ci est incontestablement le principal idéologue coupable de la destruction du service public national de l’enseignement supérieur et de la recherche des quinze dernières années.

C’est très inquiétant. Cela l’est d’autant plus que cette nomination se fait dans des conditions scandaleuses, et à rebours de toutes les pratiques internationales en matière de nomination à la tête des instances d’évaluations académiques. Rappelons une fois encore les problèmes déontologiques graves qui entachent la nomination de Thierry Coulhon, les manoeuvres d’un an, l’avis très critique du collège de déontologie du ministère de l’enseignement supérieur, et les trois procédures successivement suivies. Rappelons aussi l’avis-négatif-à-plus-de-50%-mais-pas-aux3/5e rendu par le Parlement le 21 octobre. Mais de tout cela, le président de la République n’en a de toute évidence cure.

Quand cesseront-ils donc de mépriser la recherche et l’université ? Quand comprendront-ils que ce n’est pas ainsi que l’on élabore de la recherche de qualité capable d’aider à répondre aux problèmes sur le long terme ? Quand comprendront-ils que s’attaquer aux libertés académiques est, toujours et dans toutes les sociétés, l’une des premières marques de temps sombres qui s’annoncent ? Et que protéger ces libertés est l’un des premiers piliers de la démocratie ?

Et quand la communauté de l’ESR dans son ensemble cessera-t-elle d’être dans le déni et fera-t-elle vraiment front commun ?


1 réflexion sur « Blitzkrieg. Le conseiller du président de la République nommé à la tête de l’instance d’évaluation de la recherche »

  1. Ping : Academic freedom in the context of France’s new approach to 'separatism' – Radio Free

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.