Libertés académiques au Sénat. Revue de presse

  • Le Sénat modifie la loi de programmation de la recherche, par Héléna Berkaoui, Public Sénat, 30 octobre

    Les sénateurs ont adopté par 249 voix contre 92 ce projet de loi de la ministre de l’Enseignement supérieur, ce vendredi. Des modifications ont été apportées sur la durée de la loi de programmation ou le statut des nouveaux contrats prévus dans le texte. Une vive polémique a émergé autour des libertés académiques des universitaires.

(c) Pierre Ouzoulias, 30 octobre 2020

  • Pendant la crise, le détricotage du statut des chercheurs continue, par Olivier Monod, Libération, 30 octobre 2020

    Depuis le déconfinement, les universitaires doivent mener de front l’adaptation de leurs cours à la crise sanitaire, le suivi scientifique du Covid-19 et la lutte contre une réforme néolibérale de leur secteur d’activité.

  • TRIBUNE. La loi de programmation de la recherche va programmer… la fin de la recherche française, par des membres du secteur recherche du Snesup-FSU, Libération, 30 octobre 2020

    Du gel des postes aux financements privés, le projet de loi s’éloigne de plus en plus de l’intérêt commun. La LPR doit être abandonnée afin de sauvegarder un enseignement supérieur et une recherche scientifique démocratiques, équitables et publics.

  • [SOUS PÉAGE] Universités : le Sénat veut soumettre les libertés académiques aux «valeurs de la République», par Lucie Delaporte, Médiapart, 30 septembre 2020
    Un amendement adopté au Sénat stipule que la recherche universitaire devra désormais « s’exprimer dans le cadre des valeurs de la République ». Une formulation ambiguë qui fait craindre aux enseignants-chercheurs, échaudés par les récentes déclarations de Blanquer sur « l’islamo-gauchisme » à l’université, une tentative de mise au pas politique.

  • CNU : les sénateurs approuvent l’expérimentation du recrutement d’enseignants-chercheurs sans qualification, par René-Luc Bénichou, AEF Enseignement/ Recherche – Dépêche n° 638753, 29 octobre 2020
    La qualification par le CNU pour accéder aux postes de professeur des universités « n’est pas requise lorsque le candidat est maître de conférences titulaire » : l’amendement du sénateur centriste Jean Hingray revenant sur la qualification par le CNU (lire sur AEF info) est adopté en séance publique d’examen du projet de LPR, dans la nuit du 28 au 29 octobre 2020. Pour les postes de MCF, un sous-amendement de Stéphane Piednoir (LR, Maine-et-Loire) prévoit une dérogation possible à la qualification à titre expérimental, jusqu’en septembre 2024. Ces deux amendements ont été adoptés avec l’avis favorable de Frédérique Vidal.
  • [SOUS PÉAGE] LPR : plusieurs collectifs dénoncent une « atteinte majeure » aux libertés académiques de la part du Sénat, par René-Luc Bénichou, AEF Enseignement / Recherche, Dépêche n°638851, 30 octobre 2020
    L’adoption par le Sénat d’un amendement au projet de loi de programmation de la recherche prévoyant que « les libertés académiques s’exercent dans le respect des valeurs de la République », le 28 octobre 2020, est dénoncée par plusieurs collectifs de chercheurs et d’enseignants-chercheurs. RogueESR, Facs et labos en lutte, Sauvons l’université et Université ouverte ont adressé le 29 octobre une « lettre ouverte » aux parlementaires pour qu’ils reviennent sur cette disposition. Le site Academia lance pour sa part un « appel solennel pour la protection des libertés académiques ».

(c) Mule du pape, 2020

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.