Les découvreuses anonym(isé)es: événements à Paris et Marseille

À Paris et à Marseille, es chargées de mission Parité des grands établissements Universcience et Aix-Marseille Université lancent une campagne contre l’anonymat dans lequel sont tenues les femmes de sciences.

À la faculté Saint-Charles (Marseille, la Vice-présidence chargé de l’égalité et de la lutte contre les discriminations exposent en février le kit créé par Animafac sur les découvreuses anonymes, pour montrer que « toutes les femmes scientifiques ne sont pas Marie Curie ».

À Paris, Universcience, à la pointe de la lutte contre les discriminations sexistes dans l’espace public muséal, organise la projection d’un webdocumentaire L’École du genre (Léa Domenach et Jean-Paul Guindo, écrit par Brigitte Laloupe), le mercredi 22 février 2017 à 20h (auditorium de la Cité des sciences).

De telles initiatives, qui viennent compléter les ateliers Wikipedia sur les Femmes de sciences, l’identification des stéréotypes sexistes dans les expositions, sont bienvenues. Elles rendent plus manifestes encore la résistance française en matière de recherche et d’éducation sur le patriarcat universitaire. Depuis les années 1980s, les études féministes des sciences ont établi l’oblitération des femmes de sciences. M. W. Rossiter (« The Matthew Matilda Effect in Science ». Social Studies of Science 23, no 2 (1 mai 1993): 325‑41) a discuté « l’effet Matthieu » popularisé par Merton – selon lequel le champ scientifique concentre sur quelques noms le travail de plusieurs dizaines de personnes, ainsi rendues anonymes – en montrant que les premières victimes de cette concentration de capital symbolique (et financier) touchait les femmes. Largement exclues des récompenses prestigieuses comme le Nobel, elles ne sont pas mentionnées dans les dictionnaires de biographie scientifique – ou disparaissent d’une édition à l’autre, selon Rossiter. Cette thèse se vérifie tous les jours: Wikipedia sous-représente les femmes scientifiques – ou du moins leur activité scientifique quand il s’agit de personnalités publiques –  qui deviennent ainsi invisibles. Il ne serait sans doute pas difficile – dans l’expo « Les découvreuses scientifiques » – de rédiger quelques biographies de personnalités scientifiques féminines françaises : Marie Curie – dont la vie et le sexisme dont elle fit l’objet, même après ses prix Nobel – ; mais aussi Hélène Metzger, pionnière de l’histoire des sciences chimiques françaises, morte dans les camps; Germaine Tillion, au Panthéon pour faits de résistance, également déportée mais survivante, autrice d’une œuvre majeure en anthropologie de la Méditerranée et de l’Europe.

Il reste toutefois à saluer les efforts louables des Vice-Présidences universitaires qui se saisissent enfin de la question et entreprennent la formation des hommes et des femmes étudiant et enseignant à l’Université. Et à espérer que les effets du patriarcat sur le recrutement, les différences de salaire, de reconnaissance symbolique, d’accès aux financements de recherche, soient enfin traités à bras-le-corps.

 

 


Laisser un commentaire