Alerte ! Le sénateur Hingray et la ministre Vidal vont-ils saborder in extremis le CNU ?

La fabrique de la loi #52

← Article précédent

Article suivant­ →

Et voilà, cela devait arriver : in extremis, le groupe centriste au Sénat propose de saborder le CNU, tout du moins l’une de ses fonctions les plus importantes. L’amendement n° 150, déposé par l’obscur Jean Hingray, 34 ans et ancien responsable de l’UNI Lorraine, supprime l’étape de l’inscription préalable des maîtres et maîtresses de conférences sur la liste de qualification établie par le Conseil national des universités pour devenir professeur·e.

https://www.flickr.com/photos/twicepix/3902796929/in/photolist-6WSRye-a6yntM-2DWhMw-5kNqGH-ewXH7d-6Kti3J-4Hs3ot-XGVj77-QZLivz-GUZEEK-JkC4-fsnucL-7HxvyK-5mYbEA-9YPeeT-2cyjXzS-99nZWM-ke7AtH-5u4z4L-dKMvt7-23GEC2t-95K2x1-5peTZ7-81cHX7-7s8icG-34rx3B-6Ab6V5-axKDWW-DSGGK-7NYUA3-L4wyxu-2g3PpdS-aHSiwc-PFyBEd-58Soip-yWPgsm-6NCaW3-6eDeg7-qrGFsE-2jcuNmy-666Dfo-9nQhQE-5AAH3q-4WAdd4-29FcbUy-52nkoK-bybKN4-dKESSo-6Rjhwc-F3tqq

(c) Martin Abegglen, 2009

La ministre avait juré du contraire, nous avait accusés de nous répandre en fake news ; et c’est pourtant très exactement ce qui va se passer si, cette nuit au Sénat, lors des discussions sur la LPR, elle ne s’oppose pas de toutes ses forces à l’adoption de cet amendement : si cet amendement est adopté, le CNU se trouvera totalement évincé du recrutement des professeur·es des universités. Plus précisément, on savait déjà que le CNU serait évincé chaque fois que le recrutement d’un professeur·e des universités se ferait par la voie des chaires de professeur junior ; il risque maintenant d’être évincé pour toutes les autres hypothèses de recrutement des professeur·es.

Cet amendement, le sénateur Hingray ne l’a pas écrit lui-même, tout comme il n’a écrit aucun des quinze amendements qu’il a déposé : il en serait bien incapable. Il s’agit d’amendements extrêmement techniques, très majoritairement consacrés aux élections des présidentes d’universités, si bien que leur auteur ne fait guère de doute : il y a fort à parier que ce soit la CPU, la Conférence des présidents d’universités – et en tout cas presque certainement un ou plusieurs président·es, qui ont bien pris la peine de ne pas l’assumer.

Il y a un risque que cet amendement passe. Et il passera certainement si la ministre ne s’y oppose pas. Madame Vidal, peut-on vous faire au moins une fois confiance ?

Madame Vidal, souvenez-vous de ce que vous avez écrit dans votre tribune au Monde du 10 février dernier : « […] suppression du Conseil national des universités (CNU) […] : on prête au gouvernement toutes les intentions, sans jamais prendre la peine de lire ce que le président de la République, le premier ministre et moi-même avons d’ores et déjà indiqué ».

Verdict ce soir tard au Palais du Luxembourg.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.