Les enjeux du projet de loi de programmation de la recherche : réalité ou fiction ?

La fabrique de la loi #51

← Article précédent

Article suivant­ →

  • par Florent Figon

Nous proposons ici d’analyser cinq enjeux de la LPR en utilisant les données statistiques fournies par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi que des bilans sociaux1.

Ces enjeux — attractivité de la recherche française, égalité femme-homme, etc. — ont permis de légitimer certaines des mesures proposées, telles que les chaires de professeur junior (CPJ ou tenure-tracks). Nous ne discuterons pas des effets de ces mesures mais nous chercherons à savoir si les diagnostics qui les sous-tendent sont réels ou fictifs.

https://www.flickr.com/photos/nine2ninetysix/30344678166/in/photolist-NespCj-qKSbme-CnPfaq-9epTwT-6yp3ke-JJcbMn-Lcs1qz-2jp6rYK-yJJ6W8-JHBLSZ-2jLqPTd-3wW9qW-5yw9zE-LNJYN7-rtSERo-NMCYHj-Uumoo7-LLCoZ-uDoiM-7p4pbd-i59R8u-4frmBY-e14yec-CndfK-2a4FGeL-TNFPqY-2qm7f-8DLQG8-9MwpWU-8DPXtd-bBPDUV-bFuB94-3fjKQS-4AbDww-2bnqbd-23dQRXx-cTdRQ3-5vGAnW-3wStUc-5avAD-2aPw6e9-6AQzAW-2aPw7vC-5ipEnr-8afbYi-2dvB8RE-PPWyMK-e5oGA-2Bs6kk-bkssFc

Edge, by Harry McGregor, 2016

En préambule, nous tenons à préciser que l’idée n’est pas de dire que tout va bien dans l’ESR, loin de là. Nous pensons au contraire que la situation est préoccupante à plusieurs titres (voir la partie sur la précarité). Nous souhaitons ici documenter en quoi la LPR se base sur un certain nombre de prémisses erronées ou exagérées.

Enjeu n°1 : la place de la France dans la recherche mondiale

La France est-elle en train de décrocher dans l’arène mondiale ?

Ce que dit l’étude d’impact de la LPR

  • 18 « Le présent projet de loi a pour vocation d’inverser en profondeur la tendance au décrochage et à l’affaiblissement de la recherche scientifique et technologique en France. »

Ce que disent les statistiques

En termes de nombre de chercheur·e·s, la France détenait la 7e place mondiale en 2007, la 8e en 2010/2011/2013/2015 et elle est revenue à la 7e place en 2017. Ainsi, bien loin de décrocher, la France se maintient en haut du classement. L’augmentation de la densité de chercheur·e·s (pour mille emplois) nous fait même passer de la 10e à la 7e place (au-dessus de l’UE à 28).

D’autres indicateurs nous montrent que la situation internationale et européenne de la France n’est pas aussi catastrophique que le prétendent le rapport annexé et l’étude d’impact.

  • Si la part des publications scientifiques françaises a chuté de 1,4 point entre 2005 et 2018, leur impact est stable ou en légère augmentation (+3 % sur la même période).
  • Le nombre de projets européens lauréats du programme H2020 comptant au moins une équipe française est en constante augmentation (+13 % en 2019 par rapport à 2014) ; notons toutefois que le retour sur investissement de la France dans les programmes européens figure dans le bas du classement européen et s’est dégradé, chaque euro dépensé rapportant 3 % de moins dans le programme H2020 que dans le précédent (source) ;
  • Le nombre d’établissements français dans le top 100 du classement de Shanghai est passé de 3 à 5 en 2020 (quoi que ce classement veuille vraiment dire sur la qualité de la recherche et de l’enseignement, et sachant que ce tour de force ne s’est accompli que grâce à un exercice comptable de fusion d’établissements).

Ces chiffrent tranchent avec ce qui est inscrit dans l’étude d’impact de la LPR, comme décrit dans ce fil Twitter.

  • En conclusion, non la France ne décroche pas dans le classement mondial. Elle reste une grande puissance scientifique dans le paysage international, malgré la montée de pays comme l’Inde ou la Chine.

Enjeu n°2 : l’attractivité et le rayonnement de la recherche française

La France n’attire-t-elle plus les futur·es doctorant·e·s étranger·ère·s ? 

Ce que dit le rapport annexé à la LPR

  • 144 « si la part des doctorants étrangers inscrits en France, avec 42 % du total des doctorants, reste largement au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE (environ 25 %) […] ce pourcentage cache de fait une baisse du nombre de doctorants internationaux depuis 2012, de l’ordre de – 8 % par an, tandis que, à l’inverse, le nombre de doctorants inscrits à l’étranger augmente au niveau mondial sur la même période. […] il est indispensable de développer une politique ambitieuse d’attractivité à destination des doctorants étrangers ».

Ce que disent les statistiques

Si la part des étranger·ère·s mobiles parmi les doctorant·e·s et les docteur·e·s en France a surtout augmenté entre 2002 et 2010 (+ 13 %), elle est stable depuis une dizaine d’années à 40 % et ne souffre en effet pas d’une diminution chronique. Par contre, si le nombre absolu de doctorant·e·s étranger·ère·s diminue comme annoncé, il accompagne la baisse totale du nombre de doctorant·e·s, sans être plus ou moins prononcé.

La France n’attire-t-elle plus les chercheur·e·s étranger·ères ? 

Ce que dit le rapport annexé à la LPR

À en croire le rapport annexé, attirer les chercheur·e·s étranger·ère·s est l’un des enjeux fondamentaux de la recherche française, puisque le problème est abordé pas moins de trois fois explicitement.

  • 35 « le nombre de candidats aux concours chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est passé de 8 150 candidats en moyenne au début des années 2010 à moins de 5 800 candidats en 2018 et la part des lauréats étrangers est passée de 32 % à 25 %. »
  • 52 « Si la France a une grande tradition de recherche en sciences humaines et sociales, son internationalisation est aujourd’hui un enjeu majeur. […] construire les conditions d’une plus grande attractivité de talents internationaux constituent autant de leviers que la loi de programmation mettra en place en partenariat avec la diversité des acteurs impliqués. »
  • 138 « Si le constat de la baisse d’attractivité de la France en matière scientifique est global, plusieurs indicateurs montrent que cette perte d’intérêt affecte particulièrement les jeunes chercheurs. »

Ce que disent les statistiques

Aucune des statistiques ne permet de démontrer ni un effondrement, ni une diminution chronique de l’attractivité de la recherche française. Les valeurs données par le rapport annexé de la loi sont justes mais ils cachent la variabilité interannuelle et la dynamique sur le long terme. Les chercheur·e·s étranger·ère·s sont globalement toujours aussi présent·e·s et admis·es aux concours des EPIC et EPST, voire la tendance semble être à l’augmentation

Pour une analyse plus détaillée, on vous réfère à ce fil Twitter.

Sources : MESRI-SIES et bilans sociaux INSERM

Concernant le nombre de candidat·e·s aux postes de chercheur·e·s et d’enseignant·e·s-chercheur·e·s, si celui-ci diminue effectivement, c’est le nombre d’ouverture de postes qui pose le plus de problème. Cela se caractérise par un taux de pression qui a presque doublé entre 2009 et 2014-2018 à l’INSERM, et un nombre de néo-docteur·e·s par nouveau poste de MCF qui a triplé entre 2005 et 20192.

Source : bilans sociaux INSERM

  • En conclusion, l’attractivité de la recherche française est un faux problème permettant de justifier des mesures qui ne feront qu’aggraver le problème de la précarité des jeunes chercheur·e·s, qui est lui bien présent et pourtant si peu abordé.

Enjeu n°3 : la précarité

Les métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur, des emplois précaires ?

Ce que dit le rapport annexé à la LPR

Le terme « précarité » n’est présent qu’une fois dans le rapport, seulement pour mentionner l’effet (supposé positif) qu’auront les CDI de mission. A peine peut-on lire que l’accès à un emploi stable devient de plus en plus difficile pour les jeunes chercheurs.

  • 139 « l’âge de recrutement des jeunes chercheurs sur des emplois stables n’a-t-il cessé de reculer, atteignant aujourd’hui 33 à 34 ans pour les chargés de recherche et les maîtres de conférences »

Ce que disent les statistiques

Il y a effectivement une augmentation continue et significative de l’âge d’accès au premier poste pérenne de chercheur·e et d’enseignant·e-chercheur·e, alors que l’âge d’obtention du doctorat est resté stable. Les jeunes chercheur·e·s diplômé·e·s attendent donc toujours plus longtemps avant d’obtenir un poste statutaire.

Si les docteur·e·s de la promotion 2014 ont passé 2 mois de moins au chômage en moyenne que ceux de 2012, ils occupent 4 % de moins d’emplois stables (65,6 vs 69,2 %). 10 % des docteur·e·s sont au chômage 3 ans après avoir obtenu leur diplôme ; une valeur globalement stable et qui est proche de celles des Masters tout en restant bien supérieure à celles des ingénieur·e·s.

Les situations les plus précaires se retrouvent dans les sciences du vivant. En 2017, près d’un·e docteur·e sur deux n’a pas d’emploi stable 3 ans après l’obtention du doctorat. La précarité des jeunes chercheur·e·s, dans le sens où l’emploi n’est pas garanti, est donc réel dans l’ESR, plus particulièrement en sciences de la vie.

  • En conclusion, bien que très peu abordée par la LPR, la précarité des jeunes chercheur·es est prégnante et l’accès aux postes académiques pérennes est de plus en plus difficile, en particulier dans certaines disciplines telles que les sciences humaines et du vivant.

Enjeu n°4 : l’égalité femme-homme

L’ESR, un milieu inégalitaire pour les femmes ?

Ce que dit le rapport annexé à la LPR

  • 164 « Les débuts de carrière, et notamment la période de 30 à 40 ans pendant laquelle se jouent les entrées en carrière scientifique, [sont] particulièrement critiques en termes de décrochage des carrières féminines par rapport aux carrières masculines »

Ce que disent les statistiques

Si le rapport indique que la situation des femmes a progressé, il faut relativiser cette affirmation en analysant les chiffres correspondants et en les comparant avec nos voisins européens.

En France, en 2017, moins de 30 % des chercheur·e·s sont des femmes, en très légère hausse par rapport à 2007 (+0.5 %). En comparaison, la moyenne de l’UE28 est à 33 % et des pays comme l’Espagne, le Royaume-Uni, la Suisse ou l’Allemagne ont vu la part des femmes bondir de 2 à 5 % % en 10 ans. En termes de progression, la France se place d’ailleurs parmi les dernières, devant la Suède, la Pologne et la Russie, mais juste derrière la Turquie.

Source : MESRI-SIES

Si l’écart entre les docteurs et les docteures s’est comblé entre 2012 et 2014 en ce qui concerne le taux d’insertion (-3,9 %), la part en emploi de cadre (-2 %) et la part dans le secteur académique (-0,2 %), les femmes ont encore plus de mal à accéder à un emploi stable 3 ans après leur doctorat que les hommes (+ 1,4 %).

Cette augmentation est emmenée par la dynamique dans les sciences humaines et du vivant où l’écart s’est creusé de +7,5 % et +3,7 % respectivement. Ainsi, là où la précarité est la plus forte pour tout le monde, elle parvient à être encore plus inégalitaire pour les femmes.

À noter que le rapport décrit bien que l’inégalité femme-homme ne provient pas uniquement de déséquilibres passés mais aussi des recrutements actuels, qui continuent de privilégier les hommes aux femmes.

  • En conclusion, il est clair que la recherche en France est encore largement défavorable aux femmes et que sa progression en 10 ans est toute relative. Le rapport de la LPR a raison de mettre l’emphase sur le début de carrière, bien que le problème soit quand même latent et ne concerne pas seulement l’accès au premier poste. La France accuse un important retard de ce point de vue et doit accélérer la cadence.

Enjeu n°5 : le vivier de scientifiques

La thèse est-elle moins attractive ?

Ce que dit le rapport annexé à la LPR

  • 140 « l’attractivité du doctorat a régressé dans notre pays depuis 2009, les nouvelles entrées en doctorat passant de près de 20 000 à moins de 17 000. »

Ce que disent les statistiques

La proportion d’étudiant·e·s diplômé·e·s de master qui poursuivent en doctorat a fortement baissé, de 11 % en 2006 à seulement 4 % à la rentrée 2018 (– 0,3 point par rapport à la rentrée 2017).

Il y a donc une très nette baisse de la poursuite en doctorat pour celles et ceux qui se sont engagé·e·s dans des études universitaires (peu de variation concernant les écoles d’ingénieurs). Cela se répercute dans le nombre d’inscriptions en première année de doctorat (-3 730 entre 2009 et 2018, soit -18,9 %).

Est-ce là le signe d’un problème d’attractivité ? Il est tout à fait possible que les étudiant·e·s aient intégré le fait que le doctorat ne leur apportera que peu d’avantage en termes d’embauche en CDI et d’évitement du chômage (cf. la précarité). Le taux d’emploi en 2018 des docteur·e·s (non-ingénieur·e·s) est en effet à peine supérieur (91 %) à celui des Masters (88 %). Le diplôme d’ingénieur reste le meilleur sésame à l’embauche et au CDI. Citons aussi le probable effet des discours qui prônent la professionnalisation du doctorat, au détriment de son aspect « initiation à la recherche », ce  qui peut décourager celles et ceux qui ne souhaitent pas faire de la recherche leur métier ; ou encore, les discours pessimistes de collègues qui pourraient miner les ambitions de certain·es.

Cependant, des raisons autres que le manque de motivation peuvent aussi expliquer la diminution du nombre de néo-doctorant·e·s. En effet, entre 2009 et 2018, la proportion de thèses financées a augmenté de 5 % (+8 % pour les SHS) alors que le nombre de doctorant·e·s sans aucune ressource a diminué de 7 %. Une politique de sélection plus prononcée, en empêchant par exemple les étudiant·e·s sans aucun financement de démarrer une thèse, peut donc expliquer en partie la diminution du nombre d’inscriptions en doctorat.

À noter que le nombre de doctorats délivrés a, lui, augmenté en 2018 par rapport à 2009 (+593, soit +4 %). Par contre, 2018 est l’année qui a connu la plus forte diminution, puisque 613 doctorats en moins ont été délivrés par rapport à 2017 (dont la valeur était assez stable depuis 2012, autour de 14 600/an). Il faut donc encore attendre de voir si une possible tendance à la diminution du nombre de néo-docteur·e·s s’installe dans les années qui arrivent. La tendance à la réduction de la durée des thèses (pour l’instant invisible en SHS) pourrait expliquer en partie ce phénomène.

  • En conclusion, oui il y a moins de nouveaux doctorant·e·s chaque année. Cependant, la raison de cette diminution ne semble pas être expliquée uniquement par un désintéressement pour la thèse en elle-même mais aussi par des problèmes de débouchés et de précarité une fois celle-ci soutenue (cf. la précarité des jeunes chercheur·e·s).

Conclusions

  • Non la recherche française n’est pas en perte de vitesse à l’échelle internationale, ni de moins en moins attractive. On ne peut donc pas légitimer des mesures comme la CPJ à partir de ces arguments.
  • Oui la thèse attire de moins en moins les étudiant·es et le nombre de candidat·es aux concours diminue, mais les raisons sous-jacentes sont multiples et ne reflètent pas uniquement une baisse de motivation et d’attrait pour la recherche.
  • Une de ces raisons pourrait être la précarité toujours plus forte des jeunes docteur·es. Le constat est sans appel et largement documenté : il est de plus en plus difficile d’obtenir un poste statutaire dans des délais raisonnables. Ce phénomène touche d’autant plus les femmes que les hommes.
  • Plutôt que de se concentrer sur des enjeux certes importants mais pas primordiaux, les mesures de la LPR devraient donc avant tout régler les questions de précarité et d’inégalité femme-homme (et pas seulement).

Sources des données

Certains graphiques et chiffres proviennent directement du rapport du MESRI intitulé « L’état de l’emploi scientifique en France – Édition 2020 » et des tableaux de valeurs associés.

Les autres sont le résultat de l’agrégation de données issues de deux sources :

Remerciements

Merci à Julien Gossa pour sa relecture et ses propositions qui ont enrichi le contenu de ce billet.

  1. Voir les sources en fin d’article. []
  2. source []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.