#DeleteAcademiaEdu: un plaidoyer pour les archives ouvertes à but non lucratif

Le 24 janvier 2017, Sarah E. Bond, historienne de la Méditerranée médiévale, fait paraître un texte sur Academia.edu sur son blog « History From Below. Musings on Daily Life in the Ancient and Early Medieval Mediterranean » By. Elle en a accepté la traduction et sa publication sur academia.hypotheses.org.Traduction: Christelle Rabier

Capture d'écran d'Academia.edu

Capture d’écran d’Academia.edu

Ma matinée a été épouvantable : j’ai essayé de lire et de répondre à l’agitation causée par la colonne que j’ai publiée cette semaine sur Forbes, qui suggère aux universitaires de retirer leur travaux de la plateforme marchande Academia.edu.  Je ne suis ni la première et ne serai pas la dernière chercheuse à suggérer aux membres de la communauté universitaire de faire cette démarche, et aussi me semble-t-il utile de rappeler quelques éléments de l’historiographie de ce débat, mon argumentaire à l’encontre de cette plateforme marchande, les alternatives qui existent, avant de conclure pour un appel à passer à l’action, suivant ainsi l’ordre des opérations qui suivent généralement les historiennes).

1. Ceux et celles qui m’ont précédée

  • Kathleen Fitzpatrick, “Academia, Not Edu,” Planned Obsolescence: Falling indelibly into the past (October 26, 2015). Vice-présidente du comité exécutif and directrice de la communication universitaire à la Modern Language Association (MLA) faisait remarquer sur son blog, « la première chose qu’il faut savoir, c’est que contrairement à ce que prétend son suffixe de domaine – enregistré avant les restrictions de 2001 – Academia.edu n’est pas une organisation en rapport avec l’enseignement, mais une point-com, qui a levé des millions dans de multiples projets de capital-risque » (cité dans mon post sur Forbes). Elle a poursuivi l’argument ici. 
  • Guy Geltner, “Upon Leaving Academia.edu,” Mittelalter (December 7, 2015).

 

Discussion du texte de Guy Geltner, « On leaving Academia.edu », commencée le 23 novembre 2015. Source: Academia.edu. Image via son blog, Mittelalter under a CC-BY-SA 3.0.

Discussion du texte de Guy Geltner, « On leaving Academia.edu », commencée le 23 novembre 2015. Source: Academia.edu. Image via son blog, Mittelalter under a CC-BY-SA 3.0.

 

2. Prise de positions récentes

Mon propre billet portait sur un point : Academia.edu avait reçu de sévères critiques pour leurs tentatives peu régulières (pour rester civil – à marchander notre travail. Pourtant, le nouvel outil premium introduit il y a quelques semaines a fait débordé le vase, à mes yeux. En offrant davantage de données aux utilisateurs sur le statut de ceux et celles qui consultaient leur travail, le monde universitaire déjà profondément hiérarchique va se trouver encore davantage stratifié. Pourquoi devrions-nous mieux juger un professeur titulaire qu’un professeur contractuel ou un doctorant ? Ce n’est pas ce que nous devrions faire. Qui plus est, que cela veut-il dire pour ce qui touche aux données qu’ils vendent aux corporations ou à l’État ? Voici un petite section de leur politique de confidentialité dont vous devez avoir pris connaissance pour avoir un compte:

Capture d’écran de la politique de confidentialité de Academia.edu, qui les autorise de manipuler, modifier, détruire ou utiliser le contenu que nous déposons comme ils veulent.

Capture d’écran de la politique de confidentialité de Academia.edu, qui les autorise de manipuler, modifier, détruire ou utiliser le contenu que nous déposons comme ils veulent.

3. Possibilités alternatives

  • Archives ouvertes institutionnelles

Cela ne fonctionne pas pour tout le monde, mais de nombreuses universités et collègues disposent d’archives ouvertes pour leurs enseignant.e.s et leurs chercheurs ou chercheuses statutaires, leur personnel et leurs étudiants ou étudiants. À l’Université de Iowa, nous avons Iowa Research Online, qui fait partie d’un consortium d’archives ouvertes appartement aux « Ten Big schools » appelé la Big Ten Academic Alliance. Discutez avec le personnel des bibliothèques de votre université, ou consultez la liste sur OpenDOAR.

Capture d'écran de la section nord-américaine de OpenDOAR, un répertoire des archives ouvertes existantes

Capture d’écran de la section nord-américaine de OpenDOAR, un répertoire des archives ouvertes existantes

  • Zenodo

Une autre archive ouverte pour la recherche est appelée Zenodo. Elle est financée par le OpenAIRE Consortium (un réseau d’accès ouvert) et le CERN, l’organisation européenne pour la recherche nucléaire. Le site n’est pas marchand site et s’intègre aisément avec votre compte GitHub. IIl autorise 50 GB de stockage pour chaque base de données, bien que vous puissiez prendre contact avec eux et obtenir davantage. Le spécialiste d’humanités numériques Ethan Gruber a donné le coup d’envoi de son logiciel pour permettre ceux et celles qui le souhaitent de migrer leurs documents de Academia.edu sur Zenodo: vous trouverez ici son logiciel et ici le billet de blog sur la technique.

  • Humanities Commons

Comme je l’ai fait remarquer dans mon post [sur Forbes], Humanities Commons est un réseau à but non-lucratif accessible à tous les universitaires qui souhaitent publier leur travail et le rendre accessile à d’autres. Comme expliqué sur leur site, c’est un projet du bureau de communication universitaire de la Modern Language Association [MLA]. Son développement a été généreusement financé par la fondation  Andrew W. Mellon. Ils travaillent avec les archives ouvertes institutionnelles « pour préserver l’accès en ligne au travail académique et pour le protéger et en conserver la gratuité ».

 

Nous avons besoin de faire davantage d’efforts pour  mettre en réseau les différentes archives ouvertes et offrir une interface de recherche – il n’y a pas de doute à ce propos – mais cela va prendre du temps, de l’organisation et un financement significatif. L’Accès Ouvert est nécessaire mais rarement bon marché. Humanities Commons de la MLA est un remarquable début, mais les autres sociétés savantes, comme SCS [Society of Classical Studies], AIA [Archeological Institute of America], and the AHA [Americal Historical Association] doivent suivre et développer leur propre plateforme OA et encourage leurs membres d’y adhérer. C’est aussi la raison pour laquelle nous devons préserver et soutenir le financement public d’institutions comme le National Endowment for the Humanities [NEH] et le National Endowment for the Arts [NEA], en plus des fondations privées comme Mellon. Ces agences de financements et ces fondations nous permettent d’éviter les risques d’initiatives boursières.

C’est à nous de nous émanciper, de quitter Academia.edu et de prendre le contrôle de notre propre production académique. Cela veut dire prendre plus au sérieux notre devoir de soutenir nos bibliothèques, nos associations professionnelles et nos agences de financement à but non lucratif. Ces options alternatives peuvent ne pas être parfaites, mais nous ne pouvons construire un futur avec accès ouvert sans laisser derrière nous notre présent à fins marchandes


6 réflexions au sujet de « #DeleteAcademiaEdu: un plaidoyer pour les archives ouvertes à but non lucratif »

  1. Merci beaucoup Christelle pour ta traduction de ce billet, qui nous rappelle que nous avons beaucoup de chance en France avec HAL (mais si peu le savent…), et encore plus de chance pour celles.ceux d’entre nous qui avons un.e documentaliste dans notre labo, à savoir des collègues qui ne cessent de nous mettre en garde contre ces réseaux sociaux & de nous encourager à déposer sur HAL! (par exemple: https://lcv.hypotheses.org/8409)
    Personnellement, je suis sur Academia.edu mais n’y dépose aucun fichier: je ne mets que des liens vers HAL, où je dépose intégralement mes publications
    Je ne sais pas si c’est « totalement vertueux »; il doit y avoir d’autres pratiques…

    • Merci pour ce retour d’usager. Il faudrait faire un post sur l’expérience des usagers de Hal-SHS. Mon expérience a fait que j’ai cessé d’y mettre des textes, quelqu’en soit l’état: l’exercice de la censure au dépôt est, à mes yeux, un critère insurmontable. Lorsque j’étais à la LSE, le repository et l’équipe derrière se trouvait au service des enseignants-chercheurs – et adaptait le service à ses usagers.

      • Ah je comprends bien, mais le terme « censure » est peut-être fort ici: il s’agit en fait de professionnel.le.s qui vérifient non le contenu de tes articles mais l’adéquation entre le dépôt des données et celui du document; bref, elles.ils visent à un archivage pérenne, de service public, ce qui implique en effet des contraintes… mais assure aussi une certaine fiabilité des publications!

          • Je me suis mal exprimé: la fiabilité des données entourant une publication (quel type de document?; sous toutes les dimensions de « type »), qui permettent un « archivage pérenne ». A nouveau, je te concède que c’est assez « technique », mais on peut publier sur HAL des papiers non publiés, restés « littérature grise »; il faut juste réussir à cocher les bonnes cases au moment du dépôt.
            Il faut être clair: aucun contenu n’est refusé, ce sont les « descriptions des contenus » qui peuvent être soumis à révision

          • Je n’ai pas vérifié dernièrement, mais j’avais renoncé voilà quelques années à mettre mes travaux sur HAL-SHS car les normes d’acceptation et de refus étaient obscures et restreintes à une prise en forme des formes les plus superficielles de publications. Mes publications les plus denses (40 à 50 pages) étaient refusées alors que des communications de colloques qui en étaient issues étaient acceptées…

Laisser un commentaire