Thierry Coulhon sur la sellette, par Libération

Avant sa nomination à la tête d’une autorité d’évaluation, le conseiller recherche de Macron sur le gril au Parlement

Mercredi, députés et sénateurs auditionnent Thierry Coulhon, le futur patron de l’organisme en charge de l’évaluation des universités et centres de recherche. Il devrait être interrogé sur les conflits d’intérêts dont sa nomination a été entachée.

 

https://www.liberation.fr/france/2020/10/20/avant-sa-nomination-a-la-tete-d-une-autorite-d-evaluation-le-conseiller-recherche-de-macron-sur-le-g_1802547

Thierry Coulhon avec le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, le 2 octobre 2019 à Paris. (c) Vincent Isore/IP3

C’est une audition attendue par tout ce que la France compte de chercheurs, enseignants-chercheurs, universitaires, scientifiques, ingénieurs de recherche, bibliothécaires et autres personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ce mercredi, Thierry Coulhon, le conseiller recherche et enseignement supérieur de l’Elysée passe devant la commission des affaires culturelles de l’Assemblée puis du Sénat.

Il doit s’attendre à des questions désagréables. Son patron, Emmanuel Macron, propose de le nommer à la tête du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres de son petit nom), à savoir l’autorité administrative indépendante chargée d’évaluer l’ensemble des structures du secteur.

Juge et partie

«Il y a un problème institutionnel lorsqu’un conseiller du prince devient responsable d’une agence d’évaluation autonome. Le problème ne vient pas de la personnalité de Thierry Coulhon mais plutôt de ceux qui ont décidé de le nommer», juge le député LR Patrick Hetzel. Il est rejoint dans cette critique par le collectif d’enseignants-chercheurs RogueESR qui estime qu’«en matière d’exemplarité républicaine, cette nomination d’un conseiller élyséen à la tête d’une autorité « indépendante » est d’une tout autre teneur que celle, par exemple, de Jacques Toubon au poste de Défenseur des droits par François Hollande». 

Lire la suite sur le site de Libération →


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search