Faire barrage. Newsletter du 12 au 18 octobre 2020

par Guillaume Miquelard, 2020.  Source: Personnels du supérieur: bilans et statistiques

L’effet Emmanuelle Charpentier a fait long feu. La prix Nobel — qui avait dénoncé assez crûment le sous-financement et le sexisme de l’université française qu’elle avait quitté sans regret, sinon pour ses collègues — n’a pas entraîné l’électrochoc qu’on aurait souhaité.

Dans cette rentrée de « grosse tension entre cours à distance et clusters à virus » selon RFI, la réalité des conditions de vie et de travail s’est au contraire brutalement rappelée à nous avec la mort d’une étudiante, faute de défibrillateur sur le campus de l’université François-Rabelais (Tours), a rapidement rappelé la misère qui y règne ; avec, à côté du sexisme ordinaire, l’ampleur des violences sexistes et sexuelles subies par les étudiant∙es, dévoilée par l’OVSS ; avec la cruelle précarité des docteurs sans postes, usés par la quête d’un emploi. En dépit de la farouche opposition de la CGT Ferc-sup, de FO ESR et de Sud éducation-Sud recherche, l’opération Protokol fut un succès à 50,9% pour le Ministère, grâce aux signatures du SGEN, du SNPTES, de l’UNSA – qui sacrifient sans vergogne toute une génération de jeunes chercheurs et chercheuses pour un plat de lentilles. Si réaction il y a eu, elle a porté sur la défense des libertés et des responsabilités académiques dans l’affaire Mardirossian.

Le sursaut attendu du Sénat n’a pas eu lieu, en dépit d’une belle mobilisation du 13 octobre à Paris, où les organisations syndicales ont boycotté le CNESER, à Marseille et en ligne – qui nous a valu la réconfortante réponse de Pierre Ouzoulias. À mesure qu’approchait l’échéance du vote de la loi, les motions se sont multipliées : Ens (Paris), Institut national des sciences de l’univers (INSU). Un cap a même été franchi pour la section CNU 72 Histoire et épistémologie des sciences et des techniques, pour qui la « discipline se trouve désormais en danger », en raison de la démoralisation et de la désaffection qui touche titulaires et aspirant∙es à la titularisation. L’inquiétude de la section a trouvé confirmation dans les dernières analyses de Guilaume Miquelard-Garnier : la chute du nombre de postes ouverts à la titularisation est vertigineuse : alors qu’il y a dix ans, un∙e docteur sur 5 devenait maître∙sse de conférences, aujourd’hui, seuls 7% peuvent en caresser l’espoir.

https://www.flickr.com/photos/krishnacolor/32335488503/in/photolist-RgnQbt-587aKZ-qCP1N8-HGfFem-GPz712-6tSr1r-8AVMuB-B8DKbx-6gkkLL-9oNGJD-VSpY7w-Z45WQ3-5ZCvDK-doyHt6-5WrSqj-Q1gT3t-5JTrTn-9pKPbM-e87LCH-ejhwzJ-2jWmmDm-587nkP-zBNUVJ-9pNQA3-21eb5NG-8t9sRU-8t9sJJ-8t6qxD-8t6s9a-8t9rLW-8t9rsS-9pNQhq-9pKPrr-BFZRRN-id7AG1-SgAPEy-7iZe9u-6vHqcq-id7MDu-5CYRSu-dpLbZ-W1qw1s-pRZ6E5-v3Byka-5ZGHFu-23tkYvs-SUxsf2-imUeU-2hFUies-2jqLQ72

Prakasam Barrage, Vijayawada (c) Hari K Patibanda, 2016

Malgré les nombreux amendements proposés aux sénateurs et aux sénatrices — Academia n’étant pas en reste sur les libertés académiques et sur le Hcéres — le calendrier de la machine législative se poursuit inexorablement, pour toutes les dispositions du texte comme les chaires de professeurs junior, obéissant désormais davantage à des tractations parlementaires qu’à une rationalité politique. Car, comme l’a exposé Noé Wagener dans la webconférence de presse du 14 octobre 2010, appuyé en cela par les députées Faucillon et Ressiguier, et par les membres du CNESER Bey, de Oliveira Gill et Pougetoux, « le processus de préparation de la loi de programmation de la recherche est entaché dun nombre impressionnant de dysfonctionnements, à chacune de ses étapes, depuis la consultation du CNESER jusqu’aux conditions actuelles du débat parlementaire ».

Or, des dysfonctionnements qui reviennent à chaque fois, ce ne sont pas des accidents. Ce ne sont pas non plus les signes d’un grand complot d’une dictature en puissance, mais les témoignages de quelque chose d’assez inquiétant : à l’évidence, le niveau de conscience des exigences démocratiques est, chez certain·es au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et au Parlement, très faible, si faible qu’il se traduit presque mécaniquement sous la forme des pires pratiques de fabrique de la loi. (webinaire LPR: déni de démocratie, 14 octobre 2020)

Parmi les dysfonctionnements, la proposition de nomination de l’actuel conseiller ESR du président Macron à la présidence du Hcéres est emblématique, tant pour des questions déontologiques que juridiques. Academia, qui a chroniqué le scandale à répétition que cela représentait, a découvert que la nomination pouvait être bloquée par 3/5e des suffrages exprimés par les votes cumulés des Commissions Culture et Affaires culturelles le 21 octobre 2020 : nous enjoignons lecteurs et lectrices de faire connaître leurs préoccupations aux parlementaires avant mardi.

Alors que la nation se rassemble pour pleurer un de ses maîtres et un 17 octobre 1961, que la marche des Solidarités poursuit son chemin vers l’Élysée, faisons barrage à un énième abus de pouvoir présidentiel.


La fabrique de la loi

#38 – Academia fait des amendements (2/2). Sur le Hcéres, 12 octobre 2020
Opération Protokol. Positionnement de FO ESR, 12 octobre 2020
#39 – Mise au point : le calendrier officiel de l’examen de la loi Recherche au Sénat, 13 octobre 2020
#40 – 13 octobre. Réponse de Pierre Ouzoulias aux universitaires mobilisé·es, 13 octobre 2020
#41 – Les 92 amendements déposés au Sénat : aucune ambition, beaucoup d’horreurs, quelques possibles avancées, 13 octobre 2020
VIDÉO. Loi de programmation de la recherche : déni de démocratie, 14 octobre 2020
Opération Protokol. Protocole « rémunération et carrières » de la LPR : l’indécence. Positionnement de Solidaires Sud Recherche et de Sud éducation, 14 octobre 2020
#42 – Alerte ! la nomination de Thierry Coulhon peut encore être bloquée !, 15 octobre 2020
Opération Protokol.  Décision du SNESUP-FSU, 15 octobre 2020
Opération Protokol.  Hostilité de la CGT, 15 octobre 2020
#43 – Academia écrit aux parlementaires au sujet de la nomination Coulhon, 16 octobre 2020
#44 – Chaires de professeur·e junior : les nouveautés du Sénat, 17 octobre 2020
Sur la chute de l’Université, en quatre graphes, par Guillaume Miquelard, 18 octobre 2020

Nous sommes l’ESR

[Dr. Animula fait sa rentrée #3] Dr. Animula garde son calme. Ou…, 12 octobre 2020
13 octobre. Paris, rue Soufflot, 13 octobre 2020
13 octobre. Marseille, 13 octobre 2020
[Dr. Animula fait sa rentrée #4] Le gouvernement Castex sacrifie la génération de Dr. Animula, 13 octobre 2020
Choses vues … en amphithéâtre, par Anne-Sophie Chambost, Sciences Po Lyon, Chrystelle Gazeau, université Jean Moulin Lyon 3, Soazick Kernéis, université Paris Nanterre, Grégoire Bigot, université de Nantes, Myriam Biscay, université Jean Moulin Lyon 3, 18 octobre 2020
Alexandre est l’avenir de la recherche, 18 octobre 2020

Vie des Universités et des EPST

« L’inaction n’est plus une option ». Les étudiant·es interpellent écoles et universités sur les violences sexuelles et sexistes, 12 octobre 2020
Contre la Loi de programmation de la recherche. Recommandation de l’Institut national des Sciences de l’univers, 22 septembre 2020, 14 octobre 2020
« Notre discipline se trouve désormais en danger ». Motion CNU 72, automne 2020, 17 octobre 2020
LPR. Motion du Conseil d’administration de l’École normale supérieure (Paris), 17 octobre 2020
Assassinat de Samuel Paty : communiqué des quatre Sociétés d’enseignant·es historien·nes du Supérieur (SoPHAU, SHMESP, AHMUF, AHCESR), 17 octobre 2020

Expression syndicale

13 octobre. Les syndicats boycottent le CNESER, 13 octobre 2020

From Rue Descartes

Rubrique non renseignée, faute de politique ESR digne de ce nom.

Revue de presse

« LPR. Déni de démocratie ». Conférence de presse, 14 octobre, 9h (annonce), 13 octobre 2020
Rentrée 2020 : grosse tension entre cours à distance et clusters du virus, pour RFI, 14 octobre 2020
Paris, 17 octobre 1961, 17 octobre 2020
Université de Tours, 15 octobre 2020 : une étudiante décède sur le campus faute de défibrillateur, France 3 Centre-Val de Loire, 17 octobre 2020
Paris, 17 octobre. Marche des solidarités, 18 octobre 2020

Plutôt en rire

Le test de la machine à café à l’ENS Paris-Saclay, 16 octobre 2020
How it started and how it is going, par UNIV Emmanuelle Charpentier (ex-realUNIVFrance), 17 octobre 2020


2 réflexions sur « Faire barrage. Newsletter du 12 au 18 octobre 2020 »

  1. Ping : Enseignement supérieur et recherche : Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

  2. Ceci pour vous signaler une erreur de rédaction dans l’article ci-dessus : « un∙e docteur sur 20 devenait maître∙sse de conférences »; vous avez voulu dire 20% des docteurs, bien sûr.

    Merci de votre remarquable travail d’information, de rédaction et d’engagement au service de notre communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.