« Notre discipline se trouve désormais en danger ». Motion CNU 72, automne 2020

Nous, membres de la section 72 du Conseil National des Universités (Épistémologie, histoire des sciences et des techniques), nous inquiétons des dangers de démotivation et de démoralisation auxquels font face les enseignant∙e∙s-chercheur∙se∙s dans le contexte actuel. Nous souhaitons à la fois témoigner de notre entier soutien aux membres relevant de la section 72, en poste ou souhaitant le devenir, et alerter le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, sur les menaces pesant sur l’investissement, la qualité du travail et jusqu’à la santé des personnels de l’ESR.

Depuis plusieurs années, les syndicats et les universitaires à titre individuel alertent sur la dégradation des conditions de travail en matière d’enseignement et de recherche. L’accumulation des charges administratives peu ou mal reconnues produit un état de stress chronique et peut conduire à la démission réelle ou effective, voire au « burn out ». Ces situations, traitées tant bien que mal par la médecine du travail, restent aujourd’hui appréhendées comme des cas isolés qui devraient être traités individuellement, sans que ne soient dénoncées les conditions générales de travail qui peuvent en être directement à l’origine.

Constatant que la situation déjà difficile s’aggrave avec une rentrée mal préparée par le MESRI, sans moyen supplémentaire, et par une reprise de la pandémie ; que des changements majeurs dans les conditions d’exercice de nos métiers sont décidés en procédures accélérées sans que les besoins et souhaits de notre communauté soient pris en compte ; que nos doctorant∙e∙s et docteur∙e∙s non titulaires font parfois le choix difficile de ne plus continuer leur thèse ou leur recherche d’emploi permanent, nous jugeons que notre discipline (entre autres) se trouve désormais en danger.

Même si nous refusons d’appliquer le suivi de carrière souhaité par le MESRI en tant qu’évaluation récurrente, obligatoire et potentiellement pénalisante, nous tenons à rappeler que nous avons toujours exprimé le souhait d’accompagner les collègues qui rencontreraient des difficultés professionnelles de tous ordres. Nous invitons ceux et celles qui se sentiraient concerné∙e∙s, titulaires ou non, à prendre contact avec la section, qui s’efforcera dans la mesure du possible de les aider.

Nous engageons les autres sections de Conseil national des universités (CNU) à suivre notre initiative, en coordination avec la Commission permanente.

Motion adoptée par voie électronique le 16 octobre 2020, par 28 voix pour et 1 refus de se prononcer. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.