Une nouvelle Peur rouge? Domination et oppression sur les campus américains

En cette fin d’année 2016, Academia inaugure une nouvelle série de billets, qui s’intéressent aux uscollegeconditions de travail académique hors des frontières françaises. Le premier billet porte sur les États-Unis.

Son autrice, Chanelle Adams est chercheuse en études des sciences. Actuellement financée par la Commission franco-américaine Fullbright, Chanelle Adams est accueillie à l’EHESS. Au cours de ses études à Brown University, Adams s’est impliquée dans l’organisation étudiants et les manifestations contre le racisme et le sexisme sur le campus. Elle a été éditrice pour pour BGD Press and Bluestockings Magazine.

Sur les campus américain, la mise en œuvre de safe-spaces s’est répandu non sans contestation. Reconnaissant la nécessité de protéger les victimes passées et futures de safe-spacedifférentes formes d’oppression et de domination – racisme, sexisme, homophobie, etc. – le safe-space organise un espace public – environnement de travail et de parole – respectueux vis-à-vis de l’ensemble de ses membres, en parole et en pratique. Si ce safe space constitue, aux yeux des conservateurs, une attaque envers la liberté d’expression, le débat a rapidement porté sur le fait de savoir qui devait être protégé contre qui. En retournant l’expression comme un gant, les mêmes critiques des « campus sanctuaires » (sanctuary campuses) et des « safe-spaces », cherchent à obtenir leur propre safe-space.

Professor Watchlist, créé par Turning Point USA, une association à but non lucratif, entend « dénoncer, de manière documentée, les enseignant.e.s universitaires qui pratiquent une discrimination contre les étudiants conservateurs et qui font œuvre de propagande gauchiste dans leurs cours ». L’organisation affirme que les « étudiants, parents, et alumni (anciens élèves) méritent de connaître les incidents précis et les noms des professeurs qui se donnent des objectifs politiques radicaux dans les amphithéâtres ».

Sans aucune affiliation universitaire ou gouvernementale, cette organisation se fonde sur une mise à l’index public et sur le harcèlement en ligne afin de réduire au silence les enseignants-chercheurs dont les convictions idéologiques sont différentes des principes conservateurs de l’organisation. Cette liste rend possible pour toute personne disposant d’une connexion internet d’opérer une recherche sur des professeurs dont les idées seraient « anti-américaines ou gauchistes  » et, de là, de les attaquer.

Il pourrait être facile de corréler l’élection de Trump, dont la campagne a reposé sur les deux piliers de l’anti-intellectualisme et le refus de la political correctness. Mais on aurait tort de s’arrêter à cette analyse. La censure et la peur des idées libérales (dites « socialistes ») sur les campus universitaires américains représentent une constante dans l’histoire américaine depuis le dix-neuvième siècle, depuis le procès de Richard Ely en 1894. En l’espèce, c’est bien la « liberté universitaire » (academic freedom) qui est en jeu.

Google N-Gram of “Academic Freedom” in U.S. published works from 1800 to 2016

Google N-Gram of “Academic Freedom” in U.S. published works from 1800 to 2016

 

Le terme de « liberté universitaire » a connu plusieurs vagues liées à des changements politiques aux États-Unis. Au cours de la Peur rouge de 1917-1920 ou celle des années McCarthy (1947-1957), des dizaines de professeurs  ont été traduits devant des comités du Congrès pour avoir fait connaître des opinions –  ou alors qu’ils étaient accusés d’être –  favorables au communisme, au socialisme ou aux syndicats. Nombre d’entre eux ont perdu leur poste. Cette liste noire académique a privé d’emploi bien des enseignants et empêché les débats politiques d’entrer dans les facultés.

« Liberté universitaire », comme « liberté d’expression » ou « droit de porter des armes » sont des termes dont le sens est strictement équivalent pour qui les utilise à une fin précise. Les débats sur ce qui constitue la « liberté universitaire » ont toutes les apparences malsaines du double langage ou novlangue que l’on retrouve dans 1984, le roman de George Orwell (1949). Dans un sens, il faut dire « liberté d’expression de toutes les opinions politiques dans un cadre universitaire » ; dans un autre, il veut dire « liberté d’expression de n’importe quelle opinion dans un cadre universitaire ».

Certaines personnes ont des préjugés ; d’autres ont des opinions : l’idée que le préjugé compromet la liberté universitaire repose sur cette erreur d’appréciation. Ce type de raisonnement se trouve au fondement de la domination blanche aux États-Unis, supposant que les personnes blanches sont dépourvues de stigmates raciaux, tandis que tous les autres sont des sujets racisés. En fait, bien des professeur.e.s accusé.e.s de compromettre la liberté universitaire sont des personnes de couleur, et/ou des hommes et des femmes qui s’intéressent à la race.

Pour ne prendre qu’un exemple – celui de l’Oregon –  la négociation dont a bénéficié la milice armée d’hommes blancs contraste singulièrement avec les gaz lacrimogènes et aux bulldozers lancés aux #NoDAPL en faveur de la protection de la terre. Si l’on considère la puissance de la réponse aux idées libérales au regard de celles qui accueille les idées conservatrices, il n’est pas surprenant que l’ensemble constitué des « droits inaliénables » du pays ne font pas l’objet d’une distribution régulière et ne s’appliquent à pas tous et toutes de façon égale.

profmoreliberalAussi comprend-on pourquoi la plupart des attaques portées contre les professeurs américains se portent contre ceux et celles qui sont déjà marginalisé.e.s socialement. George Yancy, professeur noir de philosophie à Emory University, fait l’objet d’un harcèlement racial. Steven Salaita, figure majeure américaine-islamique, a été limogé de son poste à l’University of Illinois at Urbana Champaign (UIUC) pour la critique qu’il a formulé à l’encontre du racisme et du colonialisme israélien. Pour avoir qualifié leur critiques de colonialisme, d’oppression ou de racisme, ces professeurs se trouvent, à leur tour, accusés de « discours de haine ».
Cette tension croissante pour ce qui touche au rôle de la politique à l’université peut, en partie, tenir à la scission croissante entre gauche et droite dans la politique américaine,  d’une part, et modérés, d’autre part, au cours des seize dernières années. À mesure de la prise de conscience du pouvoir de l’éducation, et du rôle des professeurs qui offrent des récits alternatifs aux mythes américains et aux silences coupables sur la situation actuelle de notre nation, la crainte de connaître une nouvelle tentative de purger l’université devient réelle. Pour l’heure, toutefois, du moment que ces purges n’émanent pas de l’État, elles restent impuissantes à priver les professeurs de leur chaire. Par bonheur, certains d’entre eux qui ont fait l’objet d’attaques en raison de leurs opinions ont encore des collègues manifestement solidaires, à l’instar les enseignants de Notre-Dame qui ont inondé la Professor Watchlist de leurs noms par dizaines.


Laisser un commentaire