VIDÉO. Loi de programmation de la recherche : déni de démocratie

Academia organisait ce mercredi 14 octobre sa première conférence de presse : une conférence de presse en ligne autour du projet de loi de programmation de la recherche, en présence des députées Elsa Faucillon (PCF) et Muriel Ressiguier (LFI), des membres élues au CNESER Frédérique Bey (CGT), Maryam Pougetoux (Unef) et Jaspal de Oliveira Gill (L’Alternative), dans un dialogue avec une partie de la rédaction d’Academia (Julien Gossa, Christelle Rabier et Noé Wagener).

L’angle retenu pour cette conférence de presse était bien particulier. Il ne s’agissait pas de produire une nouvelle critique du contenu de la loi, mais de dénoncer les conditions mêmes dans lesquelles cette loi est en train d’être produite, qui s’apparentent à une succession de dénis de démocratie.

C’est une critique qui reste insuffisamment mise en mots à ce stade, en effet : le processus de préparation de la loi de programmation de la recherche est entaché d’un nombre impressionnant de dysfonctionnements, à chacune de ses étapes, depuis la consultation du CNESER jusqu’aux conditions actuelles du débat parlementaire.

Or, des dysfonctionnements qui reviennent à chaque fois, ce ne sont pas des accidents. Ce ne sont pas non plus les signes d’un grand complot d’une dictature en puissance, mais les témoignages de quelque chose d’assez inquiétant : à l’évidence, le niveau de conscience des exigences démocratiques est, chez certain·es au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et au Parlement, très faible, si faible qu’il se traduit presque mécaniquement sous la forme des pires pratiques de fabrique de la loi.

C’est sur la diversité de ces dysfonctionnements que nous sommes revenu·es durant cette conférence de presse, afin de documenter – grâce aux témoignages d’acteurs et d’actrices intervenu·es dans la préparation de la loi de programmation de la recherche – cette perte spectaculaire de lucidité démocratique, qui nous interpelle beaucoup.

Dans une réflexion en forme de conclusion de la conférence de presse, Julien Gossa s’est en outre interrogé sur les conditions de possibilité d’une réforme de l’ESR sur le long terme, lorsque la rupture entre les aspirations de la communauté scientifique et les projets gouvernementaux est aussi prononcée.

VidéoNous remercions une nouvelle fois vivement les députées Elsa Faucillon et Muriel Ressiguier, les membres élues au CNESER Frédérique Bey, Maryam Pougetoux et Jaspal de Oliveira Gill, ainsi que les différent·es journalistes qui ont participé à cette conférence de presse (Le Monde, La Marseillaise, NewsTank, TheMetaNews, etc.).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.