Caméra au poing

Gouverner Paris-1 S2 épisode 3

 

Le 30 septembre, une vidéo du professeur agrégé des facultés de droit, membre de l’École de droit de la Sorbonne (EDS), historien du droit, Aram Mardirossian devient virale sur les réseaux sociaux. À l’occasion d’un « cours » de L1 sur l’histoire de la famille, M. Mardirossian énonce un certain nombre d’énormités, que plusieurs qualifient d’homophes et de transphobes.

https://www.pantheonsorbonne.fr/communique-ladministrateur-provisoire-thomas-clay-30-septembre-2020

Communiqué de l’administrateur provisoire Thomas Clay – 30 septembre 2020

Le lendemain, 30 septembre, l’administrateur provisoire se fend d’un communiqué, condamnant les propos du professeur. Il indique que la référente égalité femmes-hommes, harcèlement et non-discrimination de l’université, Anne-Marie Leroyer — collègue dudit professeur au sein de l’EDS — a été saisie de cet incident.

Très rapidement, la rumeur enfle sur des blogs, jusqu’à un article dans Le Monde1, précisant que le parquet de Paris s’était saisi de l’affaire, afin de vérifier la légalité des propos tenus.

La veille, 1e octobre, C à vous consacre une émission entière à ce cours problématique de l’Université de Paris-1, en présence du Garde des sceaux. Après avoir projeté les séquences filmées en amphi ou sur les ordinateurs des étudiant·es à distance et mentionné le bref communiqué de Thomas Clay, la rédaction interviewe Luana, une étudiante de 2e année de droit, filmée place de la Sorbonne, précise que l’enseignant « avait une réputation ». Bien qu’avertie, Luana est partie au milieu du cours, blessée par les propos tenus. Elle ajoute que ce n’est pas la première année  que les étudiant·es se plaignent de ce professeur auprès de la scolarité de l’École de droit de la Sorbonne, une cinquantaine d’entre elleux demandant à changer de groupe pour « ne pas faire la matière avec lui », Elle conclut en disant que « ce serait bien que l’Université prenne ses responsabilités (…) par des sanctions disciplinaires, d’abord pour nous protéger ».

La rédaction conclut sur le parcours professionnel de Mardirossian, et sur la lettre qu’il a fait parvenir à la rédaction, car il refusait d’apparaître filmé à la télévision. Pour justifier les termes prononcés, il invoque notamment la liberté d’expression, soustrayant l’amphithéâtre du politique où les étudiant·es l’avaient fait entrer.

https://www.flickr.com/photos/96828128@N02/18609730312/in/photolist-umtJtb-RBKg1b-26TMxqN-37FXQc-HFi9jN-5jpvTd-Yvtwru-b2M8hi-Cu4B67-hLGkqY-7Qk8UY-66bAoV-5PHa9Y-HJU4hY-21kvwGm-KepQh-mfqjY-6zCzxA-87fgS8-otyiCY-Fo8A5k-nHRiJ-4JeWhy-4VBKiw-7DY1G5-2A9ez3-8mB4VM-6erp5G-7rAsQs-zjQcxn-jbM9TJ-4WhvXA-FPe3Qz-64e8Tj-27Wgdef-HQrgUp-pBnyuA-4NaY4b-zqB1A-daXxK5-wMNzK-5gkzZW-bDvq1K-a8w4YD-MS2Yq-29KfvXm-86bpwg-S3V78X-8xyUHu-2bdKs7C

Dead tree (c) Jimmy B. , 2015

*
*   *

« Propos de comptoir »

L’exceptionnelle couverture médiatique suscite deux types de réactions chez les enseignant·es-chercheur·ses, à côté de la réaction institutionnelle, dont on attend encore les suites données à la saisine de la référente égalité.

La première, assez minoritaire, consiste à dire qu’on ne peut qualifier pénalement les propos. Le parquet de Paris étant saisi, nous le laissons déterminer quelle est la ligne à ne pas franchir : celle des libertés académiques et celle de la loi.

La seconde, largement majoritaire, entend minimiser le problème. Des « propos de comptoir » rendraient ainsi inaudible un problème jugé plus important : les conditions jugées « scandaleuses » de la rentrée. La discipline Histoire du droit aurait une tradition extrême-droitière — raciste, homophobe, fasciste — bien connue. Rien de nouveau sous le soleil, donc. Le problème, d’ailleurs,  pour une enseignante qui se  réjouit que les étudiant·es soient ainsi familiarisés avec la pluralité d’opinions. ce n’est pas le fond, mais la forme — la mauvaise qualité de la forme pédagogique qui apparaît au grand jour dans ces vidéos.

«La polémique étant sur tous les réseaux sociaux et dans ma boite mail paris I, j’ai écouté l’intégralité du cours de Aram Mardirossian, professeur d’histoire du droit à Paris I. Me forger ma propre opinion m’a fait perdre deux heures de vie…
   Comme souvent, l’emballement médiatique autour de quelques propos tronqués fait perdre la tête… Un juriste qui fustige les Lumières et la sécularisation du droit, la perte des valeurs chrétiennes dans une société individualiste et hédoniste gouvernée par les droits de l’homme, la mort de Dieu et son remplacement par un homme démiurge ? Rien de neuf sous le soleil…
   Cette posture anti-Moderne et réactionnaire est solidement implantée dans les facultés de droit, de Henri Mazeaud s’opposant dans les années 1950 à l’égalité des conjoints au nom de la volonté divine à Alain Sériaux plaidant contre l’assistance médicale à la procréation dans les années 1980, en passant par les philippiques de Jean-Marie Harouel contre les droits de l’Homme ou les nombreux signataires de l’appel des 170 juristes contre le mariage pour tous.
   À bien des égards, les propos de Aram Mardirossian peuvent se réclamer de la liberté d’expression et de la liberté académique. On peut même soutenir qu’il est salutaire que les étudiant.es de Paris I soient confronté.es à une pensée souverainiste et réactionnaire (après tout, je leur donne aussi cours ; grâce à ce pluralisme, ils sauront bien se faire leur propre opinion…)
   Cela étant, n’allez pas croire que #JeSuisMardirossian… et je ne peux pas m’empêcher de voir l’ironie de cet appel à la liberté d’expression venant du camp de ceux-là même qui tentent de discréditer comme « militantes » toutes les approches critiques du droit, qui fustigent la prétendue « théorie du genre » et veulent interdire les études universitaires sur le sujet ou encore qui, comme Aram Mardirossian le fait dans son cours, menacent les étudiant.es qui emploieraient l’écriture inclusive de recevoir automatiquement la note de 0, quelle que soit la valeur sur le fond de leur copie…
   Si ce qui a été dit ne me parait donc en rien original et digne de cette polémique, en revanche la façon dont cela fut dit m’atterre2. Il fallait bien en effet que la robe universitaire soit portée pour que les propos tenus par leur auteur puissent apparaitre comme universitaires : voila un professeur de droit qui évoque des décisions de justice sans en citer la date, sans connaitre les faits de l’espèce, sans présenter la question de droit et la solution retenue par la cour ; voila un juriste qui aligne les « avis personnels » sur telle ou telle question sans évoquer l’ancrage juridique de ses propos (n’eut été la robe portée, on croirait les propos tenus issus des Brèves de comptoir de JM Gourio) ; voilà un enseignant qui enchaîne les grossièretés et s’adresse à son auditoire étudiant d’une façon méprisante voire menaçante… À tous égards, les étudiant.es méritent plus de tenue et de respect. Mais bon, comme l’écrivait Hugo, « la forme, c’est le fond qui remonte à la surface »
Témoignage anonymisé capté sur Facebook, 2 octobre 2020

Si la lecture que je fais de ces propos est critique, il me faut ajouter tout de même qu’ils émanent pour l’essentiel de femmes ennuyées par l’affaire, qui s’efforcent d’ouvrir le débat, quitte à le refermer. Chez leurs collègues masculins, c’est plutôt silence radio.

https://www.flickr.com/photos/24931020@N02/15619407060/in/photolist-pNexxJ-9q1pTB-DgPHU-E3fo5i-ed7mHf-7HAyWZ-7WhTcB-nWPrqc-edaok2-6bqhus-bLXypF-JdmYMV-JL2qRE-ncTPjt-9u5Rph-cd6kE-GvdbQo-6bRRzH-6cb9pS-eudAtz-4FMG6y-Jrw1Pb-67YtNS-4CsPRQ-7TUb87-9wUzJ3-4J8fAs-9q1AqZ-7W9dRg-by3BGy-K5jQp-9zz9Hp-8EMz6q-4CsPSu-e7Cvn-Hhg7ey-4tQaPv-ntBiMu-7QwDN1-woUp3j-5gqeJQ-e6qaPw-6ezt9W-spTatY-retvm5-7UJ8ZS-ncsiKD-rxAP6C-7QaxNS-FETZLu

(c) Ozzy Delaney, 2014

*
*  *

S’innocenter

Pour qui a connu une ou plusieurs expériences de discrimination — raciste dans le cas d’un très proche, sexiste dans le mien — la musique est familière : ce n’est pas grave ; cela existe depuis longtemps ; il y a plus important…  Cela représente en fait, pour la victime, une deuxième violence, sans doute la plus brutale. Loin de prendre fait et cause contre l’injustice, les dominant·es nient la violence subie et font corps avec l’agresseur et l’exercice abusif de son pouvoir. Ce paradoxe a d’ailleurs été remarquablement théorisé pour les Pays-Bas — et pour tous les anciens empires coloniaux — par Gloria Wekker dans White Innocence (2016). L’anthropologue essaie de comprendre

un paradoxe central de la culture néerlandaise : le déni passionné de la discrimination raciale et de la violence coloniale qui coexiste avec le racisme agressif et la xénophobie. En mobilisant des archives culturelles construites sur 400 ans de domination coloniale néerlandaise, Wekker remet fondamentalement en question l’exceptionnalisme racial néerlandais en sapant le discours dominant des Pays-Bas en tant que nation « douce » et « éthique». [… Dans son ouvrage,] Wekker met au jour l’héritage postcolonial de la race et son rôle dans la formation du moi blanc néerlandais, en présentant l’héritage contesté et persistant du racisme dans le pays3.

L’innocence blanche, dans l’histoire postcoloniale, ou plutôt l’auto-innocentement blanc, est une façon de performer la domination « blanche », en déniant toute réalité de la violence raciste, dans l’histoire coloniale ou dans la société contemporaine, ou en minimisant son importance, en passant sous silence leur histoire4 — ou, plus simplement, en bloquant l’accès aux archives classifiées secret-défense, comme vient de le faire le gouvernement Macron. Cette domination blanche est aussi une domination « mâle », comme nous l’apprennent les femmes engagées dans la dénonciation de l’omerta sexiste dans les départements universitaires.

Quel rapport, me direz-vous, entre l’antiracisme et la révolte étudiante dans un amphi de Paris-1 ? L’analogie paraîtra sans doute tirée par les cheveux, en particulier aux yeux de celles et ceux qui se sont moqués du buzz autour de l’École de droit de la Sorbonne. Dans l’« affaire Mardirossian » se joue pourtant bien une scène de représentation du pouvoir pédagogique : dans un cours magistral, l’enseignant·e professe ou profère le savoir académique que l’étudiant·e reçoit passivement, sans capacité admise de discuter ou de contester ces savoirs. Une relation entre majeur et mineur, sans la dimension économique inscrite dans la relation entre maître et domestique ou esclave5. Une forme particulière de domination : la domination savante.
On peut faire ainsi l’hypothèse que la réaction assez unanime des collègues de Mardiroussian, soit par le déni, soit par le silence, ressortit bien du champ des luttes de domination, que théorisent si bien les épistémologies féministes et décoloniales. Ne pas s’occuper de ce que les étudiant·es reçoivent en cours, en brandissant les libertés académiques, c’est refuser aux étudiant·es le droit au respect et à la qualité pédagogique. Qui plus est, c’est entailler la protection que ces libertés académiques confèrent aux mêmes universitaires, si aisément attaqué·es sur le contenu de leurs enseignements quand ces derniers ne plaisent pas au pouvoir6, ou aux forces droitières qui militent dans ce pays7.  Mais c’est aussi offrir à tous et toutes, étudiant·es et enseignant·es, la possibilité de se resaisir de la relation pédagogique comme d’un champ de forces, théorisé en 1976 par Pierre Bourdieu pour la recherche et l’édition scientifique, et d’en faire un espace d’émancipation et de conquête.
*
*    *

Une université qui se tient sage

Ce n’est pas l’analogie de la white innocence qui m’est immédiatement venue à l’esprit pourtant, lorsque j’ai lu les réactions universitaires au buzz médiatique. J’étais alors engagée dans l’écriture d’un autre billet sur l’autoritarisme dans lequel s’était installé l’État français. Ce qui me frappait, à mesure que je lisais les réactions aux propos du professeur de droit, c’étaient bien les images filmées, devenues virales sur Twitter et à la télévision. Faire sortir de l’amphithéâtre ces propos insoutenables s’est immédiatement apparenté au travail des gilets jaunes et des journalistes qui avaient soigneusement documenté les mutilations, les injures, les violences des policiers.
En filant la métaphore de la résistance citoyenne, on pouvait entrevoir que la « caméra » — plus précisément, l’ordinateur connecté en visio-conférence ou le téléphone — devenait un puissant outil entre les mains des étudiant·es engagé·es dans un rapport de force avec une institution — l’École de droit de la Sorbonne — plus soucieuse de protéger ses membres que de leur assurer une formation de qualité8 et, surtout, d’empêcher les agressions verbales que les hommes et les femmes qui suivent les cours de M. Mardirossian disent ressentir depuis plusieurs années.
*
*   *
La dernière réflexion que m’a inspiré cette séquence — sans doute la première par ordre chronologique — c’est combien nous, universitaires, faisions preuve d’une suffisance insupportable, ou d’une naïveté crasse, en nous étonnant du fait que les étudiant·es réussissent à faire la une avec de sordides propos d’amphi, quand l’ignominieux scandale quotidien de cette rentrée 2020 — sous-encadrement chronique, effectifs en forte hausse, gestion sanitaire volontaire et calamiteuse du Ministère, progression anti-démocratique de la loi de programmation de la recherche par les différentes instances consultatives et législatives — ne suscite guère l’attention des médias. De fait, sauf à croire que nous avions des privilèges — des white male privileges? — le travail de médiatisation, de lobbying est difficile : les militant·es le savent bien.Et on pourrait bien plutôt saluer les étudiant·es pour cette petite victoire, qui doit encore être transformée en mesures institutionnelles.
https://www.flickr.com/photos/lutmans/4946971688/in/photolist-8x9wkj-bRF5fe-7U95En-cxVTXC-9wv2B8-7RwCmt-mxAzAC-JN5Krh-nrrJzp-7S9K1u-GB7bjG-HEeSPj-qHEiyg-7V2g3j-syK7ti-wygTfY-271Jvtq-26oBUMZ-9ARRiA-9rR3ya-ScLc8w-U68KYc-9rxNKZ-EheR9L-9yqA2i-6dj8Gc-8tVfaD-ScS3Vr-bLY944-28Q8h2S-snruCW-837DQj-9Rx6XK-f3rn-hX1F-eDJWLL-4KCfQN-ehgM7T-J5Qfb-7DGq71-4x2d8q-EWShK-bXwCzL-4C7Q1n-FqrZf-by3y9m-84C13i-9Hd7fk-rQ26sQ-HnZqdN

Blossom in Valley Gardens, Harrogate (c) Lutmans, 2010

Dans la lutte qui occupe l’université depuis près d’un an, ne faudrait-il pas voir dans cette attitude de défiance vis-à-vis des étudiant·es ou des jeunes collègues, une raison des premières défaites, au CNESER, à l’Assemblée nationale ? Si nous nous y étions tous et toutes engagé·es, avec intelligence, énergie, en nombre, alors le rapport de force aurait peut-être fait reculer un peu ou complètement le gouvernement, toujours soucieux de limiter l’activité politique des universités en les fermant sous des prétextes administratifs ou sanitaires. Ce mouvement aurait été d’autant plus fort que nous aurions convaincu les étudiant·es que nous étions tous et toutes ensemble visées par les mesures budgétaires et statutaires en jeu. Peut-être que non : alors que les preuves de passe-droits, d’autoritarisme délétère, d’absence de scrupules politiques s’accumulent, il est sans doute injuste de tirer un trait sur la reconstruction d’une université commune, à laquelle se sont attelés les universitaires localement, appuyés par les collectifs comme l’Assemblée des directions de laboratoires, Revues en lutte, Sauvons l’université, RoguESR, Université ouverte, Facs et labos en lutte et Academia.
L’affaire Mardirossian nous éclaire sans doute sur les raisons d’une défaite annoncée. Mais elle nous annonce aussi des lendemains qui chantent, avec les étudiant·es caméras et enregistreurs à la main, réinventant une certaine Université perdue.
La grève est finie : vive la grève  !
  1. NB: Le Monde a corrigé en ligne la titraille initiale qui parlait de « propos équivoques ». []
  2. Je souligne []
  3. Traduction partielle du résumé de White Innnocence. []
  4. Sur ce « faire silence », voir également Michel-Rolph Trouillot, Silencing the past: power and the production of history, Boston, Mass, Beacon Press, 2001. []
  5. Ou du moins, moins directement économique. []
  6. Voir, par exemple, le président de la République accusait le 11 juin dernier dans Le Monde les universitaires d’« avoir cassé la République en deux » en mai dernier, en « ethnicisant la question sociale ». []
  7. Les études de genre, notamment, ont été particulièrement visées ces derniers années. []
  8. On se souvient ici de la saison 1 de Gourverner Paris-1et du conflit titanesque entre les étudiant·es allié·es aux personnels élu·es des conseils centraux, contre l’École de droit de la Sorbonne, le président Haddad et la Ministre. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.