Don’t forget me…

  • par Penelope II, le retour

Alors que Dexter Morgan n’est qu’un tueur en série de fiction, l’État français, quant à lui, écartèle et démantèle bel et bien l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Pour illustrer ce triste constat, j’ai souhaité vous partager deux œuvres extraites de mon corpus de thèse1.

Laocoon, par Saâdane Afif (2005)

La première, un mobile de Saâdane Afif, s’intitule Laocoon (2005). La seconde, non sans faire écho à toutes les jeunes chercheuses et chercheurs qui quittent l’ESR sans un mot, a pour titre Don’t forget me. Réalisée par Hui Cao (2012), elle consiste en une Vénus de Milo de chair et d’os découpée en 69 pièces.

Don’t forget me, par Hui Cao (2012)

  1. Ma thèse porte sur les références à l’Antiquité grecque et romaine dans l’art contemporain (post 1980). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.