Né·es avant la honte. Le président, les ministres et la prix Nobel française

Hier, nous apprenions qu’Emmanuelle Charpentier, de nationalité française, recevait le prix Nobel de chimie, avec l’Américaine Jennifer Doudna, de chimie pour leur travail sur le développement d’une méthode du séquençage et découpage de gènes (for the development of a method for genom editing).Les réactions ne se sont pas fait attendre, comme les réactions aux réactions, ou les mobilisations d’archives.

Parfaite démonstration, donc, du caractère vraiment nocif de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, en cours d’examen au Sénat.

https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1313823056343769088?s=20

L’ignominie est d’autant plus criante lorsqu’on lit un entretien de L’Express avec Emmanuelle Charpentier, à l’occasion de la remise de son prix L’Oréal-Unesco, en 2016.

Quelques extraits :

Les femmes ne représentent que 33% des chercheurs en Europe. C’est peu…

C’est un milieu difficile pour les femmes1… comme à peu près tous les milieux que dirigent des hommes blancs d’un certain âge! Il n’est pas évident de pénétrer des réseaux déjà bien établis. Tant qu’il s’agit de travailler pour quelqu’un et d’étoffer son CV, en thèse et en post-doctorat, cela va à peu près. Les choses se corsent quand vous devenez chef de groupe ou de laboratoire.

Cela vous est-il arrivé?

Mes difficultés étaient plutôt liées à ma nationalité. Il faut être meilleure que les locaux pour obtenir quelque chose, doublement meilleure si vous êtes une femme. Plus en Allemagne, d’ailleurs, qu’en Suède, en Autriche ou aux Etats-Unis. Mais je suis une scientifique avant d’être une femme scientifique et j’ai toujours fait en sorte d’être considérée ainsi.

Le mécanisme CRISPR-Cas 9 vous vaut une pluie de récompenses. Vous et Jennifer Doudna figurez dans le classement des 100 personnalités les plus influentes de Time en 2015. On parlait même de vous pour le Nobel

Je ne contrôle pas bien ce qui m’arrive en ce moment – un comble pour moi qui tiens tellement à contrôler mes choix et mes activités scientifiques! J’ai toujours aspiré à un certain degré de perfection, mais les prix n’ont jamais été un but, ni la raison pour laquelle j’ai choisi la science. Dans ce milieu, on se bat pour soi-même, pour trouver des financements, on passe beaucoup de temps à s’évaluer les uns les autres. Voir la communauté scientifique me soutenir ainsi est donc très gratifiant, également pour mon équipe de très jeunes chercheurs associée au projet CRISPR-Cas 9. L’intérêt que celui-ci suscite montre que notre société évolue et que nos vies s’améliorent grâce à la recherche fondamentale. Dans un contexte de réduction budgétaire généralisée, il est capital de ne pas l’oublier.

[…]

Vous avez quitté la France il y a plus de vingt ans: y travaillerez-vous de nouveau un jour?

Après ma thèse à l’institut Pasteur, le plus évident était que j’y reste. Mais je suis partie aux États-Unis pour développer ma carrière et mon identité scientifique. Là-bas, je me suis rendu compte que j’aurais du mal à intégrer une structure française. Puis j’ai choisi l’Autriche, pour des raisons personnelles et parce que j’avais la possibilité d’y conduire ma propre équipe de recherche – je suis très attachée à ma liberté et à mon indépendance.

Aujourd’hui, ce serait encore plus compliqué de rentrer, de me sentir étrangère en mon propre pays. Je garde de très bons contacts avec mes collègues français, surtout à l’Institut Pasteur, qui m’a approchée régulièrement pour étudier un éventuel retour. Le système français est plus adapté aujourd’hui que jadis à l’intégration des chefs de groupe juniors indépendants, mais il reste déficient dans le recrutement externe de chefs de laboratoire seniors, pour des raisons budgétaires, mais également culturelles.

« Il faut plus de moyens pour cultiver l’expertise scientifique et l’innovation françaises » estime Emmanuelle Charpentier.(c) Gordon Welters, L’Express

Dans Le Monde, vous considériez que les syndicats étaient responsables du « manque d’innovation » en France…

Mon propos a été mal retranscrit, puisque je n’ai pas d’expérience en France, que je n’ai été qu’étudiante dans mon pays — où j’étais d’ailleurs assez proche des syndicats étudiants. Le souci, ce sont les structures en général, qui ne sont plus adaptées à la compétition, à la vitesse nécessaire pour mettre en place des projets, récolter des fonds, les réorienter… Une sorte de pesanteur s’est installée. La santé de la recherche en France, comme dans d’autres pays européens, n’est pas au mieux et je suis touchée, voire déprimée, lorsque j’en discute avec mes collègues français. Je ne sais pas si, étant donné le contexte, j’aurais pu mener à bien le projet CRISPR-Cas 9 en France.

Pourquoi?

Si j’avais fait une demande de financement, il est probable que l’Agence nationale de la recherche (ANR) n’aurait pas alloué de fonds à mon projet. On parle de fuite des scientifiques, les fameux « cerveaux », mais il y a un nombre incroyable d’excellents chercheurs qui n’ont pas quitté la France. On devrait pouvoir leur donner plus de moyens pour cultiver l’expertise scientifique et l’innovation françaises. CRISPR-Cas 9 a d’ailleurs été pour l’essentiel financé par des fonds attribués à… d’autres projets, parce que, en Suède et en Autriche, j’ai pu utiliser le budget de mon laboratoire de manière flexible et ré orienter ces financements. Aujourd’hui, pour réussir, un bon scientifique doit être un bon manager, doublé d’un stratège financier.

Les agences nationales de financement de la recherche sont trop frileuses?

Les applications de CRISPR-Cas 9 sont de plus en plus nombreuses, mais il s’agissait à l’origine de recherche très fondamentale… que les agences nationales de financement ne soutiennent pas assez. Il est essentiel qu’elles le fassent davantage, plutôt que de soutenir des projets de partenariat avec l’industrie, qui devraient être financés par d’autres sources. Il est aussi essentiel qu’elles allègent les procédures administratives d’évaluation de projet de financement.


Mini bio

1968 Naissance à Juvisy-sur-Orge (Essonne).

1995 Doctorat en microbiologie à l’institut Pasteur.

1996 Post-doctorats à New York et Memphis (Etats-Unis).

2002 Université de Vienne (Autriche).

2009 Enseigne à l’école de médecine de Hanovre, au Centre Helmholtz (Allemagne) et à l’université d’Umea (Suède).

Juin 2012 Publication sur CRISPR-Cas 9 dans Science.


Lien :

  1. Rappelons que la LPR la rendra encore plus difficile: Le Haut Conseil à l’Égalité femmes-hommes recadre la loi, 17 septembre 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.