« Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant »

https://twitter.com/LemoziVirgile/status/1313174391824494592?s=20

  • par PIerre Nocerino, doctorant en sociologie

Certains s’autorisent, année après année, à réaffirmer les mêmes clichés. Il est donc malheureusement nécessaire, année après année, de se répéter pour se défaire de ces prénotions.

Pour cela, je partirais de ma propre expérience : ayant fini il y a quelques jours la rédaction de ma thèse, je peux effectivement me demander si, pendant ces six années, j’ai été ou non un « bon » doctorant. Mais mon expérience n’a d’intérêt que si elle est mise en perspective. Si je n’ai pas fait d’enquête sur les doctorants et doctorantes, je peux toutefois me risquer à une généralisation en convoquant les outils sociologiques issus de ma thèse.

1 — Mon expérience

Pendant trois années de master et quatre années de thèse, je me suis engagé dans ce que j’ai cru être la bonne façon de travailler : quasiment pas de week-ends, encore moins de vacances, rarement des journées de moins de 10 heures de boulot. Ce rythme m’a aidé à honorer le poncif précité : j’étais un doctorant bien déprimé ! Mais bon, ça voulait dire que j’étais un bon doctorant. Je me disais que c’était « normal ». Plus encore, je me convaincais que c’était bien ! Que j’étais un bon doctorant, donc.

Un doctorant tellement bon que j’étais incapable de proposer des papiers : j’aurais pu (et donc dû) travailler davantage, à l’image de mes collègues qui parvenaient à repousser leurs limites plus que moi.

Un doctorant tellement bon qu’il m’arrivait souvent de décrocher, tant dans les journées d’étude, dans mes lectures ou encore sur le terrain, parce que j’étais épuisé.

J’étais un doctorant tellement bon que j’en devenais super irritable, au point de ne plus réussir à évaluer correctement les travaux de mes collègues (et même les miens).

Un doctorant tellement bon que j’ai complètement bloqué dans l’écriture, au point d’envisager très sérieusement de tout arrêter.

Tout.

Plusieurs fois.

Au final, ce n’est qu’à ma 5e et 6e année de thèse que j’ai commencé à ralentir. Parce que de toute évidence, je n’y arrivais plus. Et que ça devenait dangereux.

https://universiteouverte.org/2020/10/05/jai-passe-une-audition/

(c) Ladactylo, photographiée par une précaire détère et vénère anonyme.

Ça n’a pas été facile. En réalité, si le confinement n’avait pas eu lieu (et avec lui l’annulation de plusieurs événements), je n’aurais probablement pas réussi à prendre des week-ends pendant plusieurs semaines d’affilée (ô, folie).

Entendons-nous bien : cela ne veut pas dire que les périodes de « bouclages » sont forcément illégitimes (j’en sors). Si toutefois cela devient systématique, ce n’est plus des « périodes » de bouclage, justement. Et l’on peut s’interroger sur la pertinence de faire de cette cadence une normalité.

Clairement, si je n’avais pas eu une période moins dense avant le bouclage de ma thèse, je n’aurais probablement pas réussi à finir le manuscrit. Je me demande d’ailleurs si le fait d’avoir observé si longtemps un tel rythme n’explique pas, en partie, le fait de soutenir après six années de thèse, plutôt que cinq, voire quatre.

Pour ralentir, j’ai eu la chance de bénéficier de nombreuses aides et soutiens : ami·es, collègues, famille… De même, j’ai eu la chance de bénéficier de statut enviable (contrat doctoral, ATER). Au-delà de ces aides humaines et financières, j’ai aussi bénéficié d’un autre atout de poids. À savoir des outils sociologiques qui m’ont permis de comprendre qu’il s’agissait non pas seulement d’un phénomène individuel, mais aussi d’un problème social.

J’ai eu d’autant plus de chance que je pouvais observer des phénomènes relativement équivalents sur mon terrain d’enquête, à savoir les auteurs et autrices de bande dessinée.

2 — La généralisation via des outils sociologiques

En suivant les auteurs et autrices de BD, j’ai effectivement pu observer des cas très similaires de souffrance au travail et, surtout, de relativisation de ces souffrances. J’ai ainsi pu montrer à quel point la manière dont le travail s’organisait limitait les chances de « victimisation » des auteurs et autrices de BD. Non pas que les auteurs et autrices sont des victimes qui s’ignorent, mais qu’ils et elles ont de grandes difficultés à réaliser (naming) qu’il y a préjudice, à reprocher (blaming) à des tiers leurs responsabilités dans ces préjudices et à réclamer (claming) des réparations1.

http://socio-bd.blogspot.com/2018/11/la-recherche-cest-aussi-avoir-le.html

La recherche, c’est aussi avoir le sentiment d’être un imposteur… , par PIerre Nocerino, 2018

J’ai ainsi décrit une « tendance à la responsabilisation des auteurs et autrices », qui prend souvent la forme d’une « responsabilisation de soi » : ces professionnels ont de fortes chances de se considérer spontanément comme responsables, que ce soit de leurs réussites ou de leurs échecs.

Plus encore, j’ai montré que cela donnait lieu à une « autonomisation contrariée ». En effet, il est attendu des auteurs et autrices qu’ils et elles fassent preuve d’autonomie, mais étant donné l’organisation du travail, ils et elles seront incités à s’autonomiser en se rendant responsable de tout. Et donc s’interdire une autonomisation qui prendrait la forme d’une responsabilisation de tiers.

Pour le dire autrement, au nom de l’autonomie, les auteurs et autrices se retrouvent à choisir des modes d’autonomisation particuliers, où ils/elles ont tellement de responsabilités qu’ils/elles ont de fortes chances de commettre des fautes professionnelles.

Dit encore autrement, à force de vouloir bien faire, on fait mal. Ce qui entraine de nombreuses souffrances au travail. Souffrance dont, en plus, on se considère comme entièrement responsable.

Même si je n’ai pas fait l’enquête, je ne pense pas me tromper en disant que la logique est similaire dans le milieu de l’ESR. C’est d’ailleurs assez logique : la manière dont s’organise le travail y est finalement assez proche. Quand bien même l’ESR fournit des situations plus stables que celles des auteurs et autrices de BD, il y a malgré tout une forte précarité, doublée d’une forte compétition susceptible de réduire les formes de solidarités au sein de la profession.

Bref, dire « Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant », c’est sociologiquement faux. Il faudrait plutôt dire « Un doctorant qui ne déprime pas, c’est peu probable vu la manière dont le travail est organisé ».

Sauf que la première formulation est extrêmement dangereuse. Elle incite effectivement à voir dans la dépression un signe du professionnalisme. Alors qu’il conviendrait plutôt de s’interroger sur les conditions concrètes qui rendent ce raccourci possible.

La récurrence d’une telle prénotion est frustrante. D’autant plus que l’on dispose, grâce aux sciences sociales, de tous les outils qui permettraient de dénaturaliser cette idée. Et ainsi d’interroger ce qui, dans nos pratiques, peut contribuer à nourrir ces prénotions2.

L’ampleur des réactions face à cette nouvelle déclaration me rend confiant. Nombreuses sont les personnes qui remettent en cause cette relation supposée naturelle/normale entre recherche et dépression. J’espère juste qu’un jour, il sera possible de constituer encore davantage ce problème comme un problème public, nécessitant une réflexion collective à l’échelle de la profession. Et j’espère surtout qu’il ne sera pas nécessaire, pour cela, d’en arriver à cumuler des drames.

Même si, ne nous mentons pas, ces drames arrivent déjà…

Pour finir, je souhaite beaucoup de courage aux collègues qui se lancent dans le doctorat. C’est une expérience magnifique. Elle le sera d’autant plus si vous arrivez à vous entourer de personnes vigilantes à ces questions.

Liens :

  1. Pour reprendre les termes de Felstiner William, Abel Richard L. et Sarat Austin, « L’émergence et la transformation des litiges : réaliser, reprocher, réclamer… », Politix, 1991, vol. 4, no 16, p. 41‑54. Sur une approche par la victimisation, voir Barthe Yannick, Les retombées du passé. Le paradoxe de la victime, Paris, Le Seuil (coll. « La couleur des idées »), 2017. []
  2. Ma frustration était si grande que, dans les périodes où je ne parvenais à rédiger ma thèse, j’ai ressenti le besoin de produire différentes bandes dessinées sur le sujet (sur, d’une part, l’idée de syndrome de l’imposteur et, d’autre part, la mise en scène de soi au travail). Bien que partiales et partielles, ces quelques planches me semblaient nécessaires pour, à ma mesure, pointer l’existence de mécanismes socio-organisationnels renforçant des prénotions délétères. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.