Le 13 octobre, mobilisons nous !

Facs et labos en lutte

Compte-rendu de la rencontre dématérialisée du 1er octobre 2020 

Jeudi 1er octobre, une rencontre nationale numérique pour la recherche et l’université publiques s’est tenue sur Discord. Nous étions une centaine, avec 21 établissements représentés (Aix-Marseille Univ, CNRS, EHESS, INED, INRAE, MNHM, Univ Angers, Univ Grenoble Alpes, Univ Lille, Univ Lyon 2, Univ Montpellier 3, UPEC, Univ Paris 2, Univ Paris 3, Univ Paris 6, Univ Paris 7, Univ Paris 8, Univ Paris 13, Univ Paris Saclay, UPJV, Univ Strasbourg, Univ Toulouse Jean-Jaurès, Toulouse INP).

Le but de cette réunion était d’organiser, sur le même modèle que la rencontre du 6 juin 2020, une discussion entre personnes mobilisées dans l’enseignement supérieur et la recherche, de toute la France et de tous les statuts, en lien avec l’intersyndicale, qui s’est réunie le 8 et le 29 septembre. Le contexte en était, à nouveau, le passage en force de la Loi de programmation de la recherche (LPR), ancienne LPPR, contre laquelle les facs et labos sont en lutte, ainsi que contre la précarité et la réforme des retraites, depuis décembre dernier.

La LPR est désormais à mi-parcours de son processus législatif : elle a été votée à l’Assemblée nationale le 24 septembre 2020, et sera examinée le 14 octobre en commission au Sénat puis en plénière le 27 octobre.

On peut d’ores et déjà se féliciter d’avoir fait reculer le gouvernement sur un certain nombre de points, qu’il s’agisse de la modulation de services initialement prévue ou de l’ampleur des postes en « tenure tracks ». Grâce à la reprise de la mobilisation dès l’été dernier puis à la rentrée (12 juin devant la Sorbonne, 18 juin et 25 juin devant le ministère, 8 juillet à Montpellier, Lyon, Nice et Paris, 21 septembre devant l’Assemblée…), il est désormais impossible d’ignorer, quand on parle de la LPR, que cette loi fait l’objet d’une contestation large et résolue de la communauté universitaire tout entière. Notre pression constante a mis le sujet sur le devant de la scène, du coup les débats parlementaires ont été houleux, nos arguments ont pu être entendus, et même des institutions ont affiché leur critique de cette loi, comme la troisième assemblée de la République, le Conseil économique, social et environnemental.

Il faut continuer et amplifier la mobilisation pour que les sénateurs·trices ne puissent pas ignorer nos revendications ! Dans cette perspective, l’intersyndicale a appelé à une manifestation le 13 octobre, et les participant·es à la réunion ont discuté des manières de mettre en œuvre cet appel.

Un tour de parole a permis de faire un état de la mobilisation dans les facs et labos. Le même constat est fait partout : la rentrée est très difficile, la situation sanitaire est au cœur des discussions et des protestations, les étudiant·es sont peu présent·es encore et surtout mobilisé·es sur les sans-facs. Il va donc falloir beaucoup de travail pour remobiliser – même si l’unanimité est toujours de mise contre la LPR et les conditions de travail.

Au cours de la réunion, différentes pistes ont été évoquées pour amplifier la mobilisation :

  • S’appuyer sur la presse, qui nous est plutôt favorable, en particulier la presse quotidienne régionale, pour donner à nos actions de l’écho.
  • Réclamer localement des postes pour faire face à la rentrée, et veiller à ce que ces demandes soient relayées au ministère.
  • Faire pression sur les élu·es, les maires, sénateurs·trices, sur Twitter, par des rassemblements locaux devant les permanences, par mail (voici les adresses) en parlant d’inégalités territoriales, d’inégalités femmes/hommes, de précarité (la Confédération des jeunes chercheurs et Academia préparent des amendements).
  • Profiter des événements publics (Fête de la science, Rendez-vous d’histoire de Blois…) pour faire entendre nos revendications, par exemple par des déclarations avant chaque cours, comme le propose le collectif Les Lucioles.
  •  Se préparer à lutter même après l’adoption probable de la loi, autour des décrets d’application, de la loi de finances, et au niveau des établissements pour empêcher l’adoption de tenure tracks et de CDI de projet.
  • Faire pression sur les instances de représentation disciplinaires (sections CNU, CNRS, etc.) pour prendre position contre la LPR.

Pour discuter de cela et préparer la journée du 13 octobre, il faut que partout se tiennent des AG et que des motions soient votées.

À Paris, la manifestation du 13 octobre partira de Jussieu à 15h. RDV le même jour à 12h30 devant la Cour d’appel de Versailles en soutien à Roga et Victor, dégagé·es d’une AG à coups de matraque lors de la mobilisation contre Parcoursup.

Partout hors de Paris, les intersyndicales locales et les comité de mobilisation réfléchissent et sont invités à appeler à des rassemblements en y conviant systématiquement la presse régionale le 13 octobre : devant les permanences des sénateurs, devant les préfectures ou encore à un endroit stratégique des campus ou des villes.

Et sur les réseaux sociaux et dans les labos, partout affichons notre détermination pour ce 13 octobre, grâce aux magnifiques visuels de Fred Sochard !



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2020, 6 octobre). Le 13 octobre, mobilisons nous ! Academia. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aiex

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.