Sidération. Newsletter du 28 septembre au 4 octobre 2020

La stratégie du choc.

On a beau le savoir, avoir lu Naomi Klein, avoir vu et revu La stratégie du choc (2008), on reste subjugué par la puissance de la mécanique, l’efficacité du rouleau compresseur.

Rappelons la séquence que nous, chercheur∙ses et universitaires, venons de subir : nous avons découvert les grands traits d’une Loi, dite de Programmation pluriannuelle de la recherche, à l’automne 2019, et son idéologie morbide dite « darwinienne » dans la bouche du pdg du CNRS. Plusieurs collectifs — précaires, Facs et labos en lutte, RogueESR, Sauvons l’université, syndicats réunis en intersyndicale — ont appelé à une mobilisation croissante jusqu’au point culminant du 5 mars 2020, lors de l’événement « L’Université et la recherche s’arrêtent », dont l’ampleur a surpris préfet et Ministère. Le gouvernement a ensuite placé la société française un état d’urgence bientôt plus politique que sanitaire. Méfiants, nous avons présenté à la Ministre une pétition, soutenue par de nombreux collectifs et sociétés savantes, ainsi que 17 000 signatures, pour exiger que le report de l’examen de la LPPR à la sortie de l’état d’urgence. La Ministre a décidé d’initier le processus législatif au moment le plus difficile pour les universités, pleinement engagés sur l’évaluation des diplômes en juin ; et dans l’accueil des étudiant∙es à la rentrée 2020.

L’Université et la recherche s’arrêtent, Paris, 5 mars 2020

Non seulement le gouvernement a-t-il engagé une procédure accélérée pour l’examen d’un texte devenu entre-temps « Loi de programmation pour la recherche 2021-2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur », mais il a refusé de financer les surcoûts d’une rentrée dantesque, de recruter des agents supplémentaires, d’engager des budgets d’équipement. Qui plus est, le Ministère ne s’est pas préoccupé d’accompagner les établissements dans la gestion de cette situation inédite ; il n’a eu de cesse d’énoncer des injonctions contradictoires — scenarii à préparer pendant l’été ; tout présentiel à la rentrée ; responsabilité individuelle des étudiant∙es dans la propagation de l’épidémie ; jusqu’à l’imposition du 50% de jauge du jour au lendemain au moment où nous bouclons cette Newsletter.

Tous les efforts de la Ministre se portent sur le vote de la LPR. Academia a continué à décortiquer la loi et ses divers amendements. Julien Icard a repéré un cheval de droit législatif visant à faciliter la privatisation de l’enseignement supérieur. Un collectif de géographes a proposé une analyse de la désertification scientifique en cours. « L’État abdique de ses responsabilités » dans la gestion de la rentrée, déplore Valérie Rabault, députée PS. Il est temps d’avoir une autre interprétation : le Ministère organise le chaos, en vue de briser toute contestation et d’imposer une loi décriée par tous, même par les facultés de droit.

Autogestion : tel est le mot d’ordre désormais. Ou doit-on parler de darwinisme social, comme le propose l’administrateur provisoire de Paris-1, imposant une place vide sur deux du jour au lendemain, jugeant qu’il en va de la responsabilité des étudiant∙es ?

« J’ai bien conscience des difficultés que cela occasionne, écrit-il, et de la déception inévitable, et je la partage. J’ai une pensée particulière pour les étudiants (sic) de L1 qui découvre l’université cette année, dans ce contexte si difficile. Mais, au fond, la capacité d’adaptation et la résilience font aussi des apprentissages nécessaires, particulièrement éprouvés cette année ».

Au milieu du marigot, Academia continue à suivre attentivement les enquêtes initiées péniblement à l’Université de Lorraine après le suicide et la démission de doctorantes et à s’étonner de la communication du président Pierre Mutzenhardt. La fusion de l’Université de Lyon semble avoir du plomb dans l’aile, après avoir menacé l’existence même de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. À quelques heures de la clôture des élections à l’Université d’Orléans, nous avons appris que le président sortant était devenu « témoin assisté » dans le cadre d’une « information judiciaire pour détournement de fonds publics par personne chargée d’une mission de service public, faux et usage de faux ainsi qu’abus de confiance », qui a déjà mis en examen le directeur de l’UFR de sciences. L’esprit de la LPR souffle encore.

https://www.flickr.com/photos/usting/3533030314/in/photolist-6ocGPL-cKzeas-4nhs8B-iFvn1-23Vzrj-Jwscou-pwBfg-zwwxom-25D6iVw-DA94ie-8RJsbQ-sUXxd-dquK7D-dquTkf-2iGFvax-RVqz6m-p7sxuG-2jndqRZ-3Vxo-24zCgwA-bm2iGc-4ogAqx-ogYt6-fsVBZw-7S813W-9VMtCF-28qosk-2Dd7JU-9239QN-9g5ZQs-8iWwjw-ae9N8-9X3wBN-rVNYe-fscgj5-85FfC6-4dRP3-4wDpa9-2n4HR1-uqkUw-4KE5nv-Asn4pY-f2miR3-3BxK8X-3oPfjH-3UGU8Y-8u4Ufg-PLTz2-2prsFG-4AKgXn

Stoned, by Johan Sisno, 2009

À côté de cette « bande d’imbéciles funestes » (V. Despentes) la communauté s’organise. Hors de nos frontières, la libération conditionnelle de Fariba Adelkhah apporte un rayon de soleil à une situation toujours sombre en Turquie et en Iran. Céliane Svoboda offre à Academia son nouveau Guide de survie Démerdentiel, le bordel des aides, qui vient compléter Financements de master. En France, les initiatives sont multiples aux côtés des étudiant∙es, si pénalisé∙es par le gouvernement : « à chaque occasion dire que l’on ne veut pas ce monde-là », à l’invitation des Lucioles ; dénoncer le sexisme scolaire et universitaire ; opposer, avec RogueESR, un contre-projet de petites universités dispersées sur l’ensemble du territoire, mieux adaptées aux missions de l’ESR aujourd’hui. Et le 13 octobre 2020 se mobiliser dans toute la France, interpeler élu∙es du Sénat et des collectivités territoriales de la situation insupportable de l’Université et de la recherche,

Imposer la Loi de programmation recherche dans une situation extrêmement tendue où tous nos efforts se portent vers la formation des étudiant∙es n’est pas un geste anodin. C’est l’acte anti-démocratique par excellence.

Imposer cette loi s’inscrit dans un contexte d’attaques cohérentes contre les libertés académiques, à l’instar de la fermeture des archives reclassées secret-défense, et d’une mise en lumière inédite des violences policières et des menaces sur l’indépendance de la justice, si graves qu’elles ont conduit Chantal Arens et François Molins, respectivement première présidente et procureur général de la Chambre de cassation, à sortir de leur réserve.

N’est-il pas raisonnable de tirer enfin des conclusions à cet assaut anti-démocratique ?

La fabrique de la loi

#28 – « L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat, 28 septembre 2020

#29 – Privatisation de l’enseignement supérieur : un cheval de Troie léglislatif ?, 1er octobre 2020

#30 – Une nouvelle attaque contre les libertés académiques : l’accès aux archives publiques, 2 octobre 2020

#31 – De l’expertise à l’action politique : sur la désertification scientifique du territoire français, 3 octobre 2020

Éditorial. « Manifestants, pas criminels » : de la négation active des droits constitutionnels par l’appareil d’État et des conséquences à en tirer, par Christelle Rabier, 3 octobre 2020

Nous sommes l’ESR

Guides de survie

Vie des Universités et des EPST

Expression syndicale

From Rue Descartes

Rubrique non renseignée, faute de politique ESR digne de ce nom.

Revue de presse

Plutôt en rire


1 réflexion sur « Sidération. Newsletter du 28 septembre au 4 octobre 2020 »

  1. Ping : Enseignement supérieur et recherche : Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.