« Balkanysation du Loiret » universitaire : les élections perturbées par une double garde à vue au sommet

Hechmi Toumi, président du département sciences et candidat à la présidence de l’université d’Orléans.• © Grégoire Grichois / France Télévisions

En 2016, peu après son élection comme président de l’université d’Orléans, Ary Bruand avait dénoncé bruyamment les malversations de son prédécesseur, Youssoufi Touré, reconnu en juin dernier coupable de détournement de fonds publics. Quatre ans plus tard, le professeur de géosciences a décidé de candidater à sa réélection. Trois autres listes ont été déposées, dont l’une menée par Hechmi Toumi, directeur de l’UFR Sciences et Techniques. Prévues pour le mardi 6 octobre 2020, ces élections se déroulent dans un contexte très particulier.

Ary Bruand, président de l’Université d’Orléans © Radio France – Eric Normand

Une semaine avant les élections universitaires, le mardi 29 septembre 2020, Ary Bruand et Hechmi Toumi ont en effet été placés en garde à vue aux côtés du médecin Eric Lespessailles, directeur d’un institut de recherche en rhumatologie, l’ISPROS. Le lendemain, la procureure de la République d’Orléans expliquait avoir « ouvert une information judiciaire pour détournement de fonds publics par personne chargée d’une mission de service public, faux et usage de faux ainsi qu’abus de confiance » pour un préjudice estimé à plus de 150.000 € de notes de frais et primes indues. Le détournement présumé de telles sommes résonne d’autant plus amèrement dans le contexte actuel d’appauvrissement organisé de l’université :

Mis en examen et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de gérer, Hechmi Toumi abandonnait dans la foulée sa direction d’UFR. La presse locale a largement couvert l’affaire :

Placé sous le statut de témoin assisté, le président Ary Bruand a pu conserver ses fonctions et le 2 octobre, à l’issue d’un conseil d’administration, il annonçait le maintien des élections prévues quatre jours plus tard, déclarant au micro de France Bleu être « totalement serein, absolument serein » et « faire confiance à la justice ». Le parquet d’Orléans venait pourtant d’annoncer faire appel de la décision du juge d’instruction et demander la mise en examen du président, décision non suivie d’effet à ce jour.

Ce lundi 5 octobre, les différentes listes ont communiqué sur la nécessité de voter pour assurer le renouveau de l’université.

Puisse le futur président ou la future présidente ne pas faire les gros titres en 2024 !

https://www.flickr.com/photos/watchsmart/1402371308/in/photolist-38Vw8E-Pg1Mam-DQhsCU-9SZd4-MiUg9i-GzQ1Bt-GXhBxp-t2S66-pXwz62-KSn7qe-8ahiKY-FKSLqe-t2SaA-pcrPZ5-Ne7Uwh-pcs4UP-ptW434-pcqYk6-ptW65v-HSYTkF-pcqW2P-ptDLmr-pcqZ7M-ptW6gH-ptW95t-pcrPwm-ptUo1A-ptDKXa-ptW9Gv-pcrfCY-prU1Po-ptUnkh-ptUjQN-pcrNvd-prTX23-ptWaq4-ptDPPt-ptUm6U-pcrYvH-ptW9fP-pcqVRP-prTZvw-ptUoz1-ptUmTL-pcqUNM-prTYeU-C8Xqn9-2bveJpE-Bm2CGj-GiHkBS

Corruption box, Leh, India. (c) Watchsmart, 2007

Liens


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.