Du darwinisme social à Paris-1

Gouverner Paris-1 S2 épisode 2

Le ministère réserve décidément un traitement d’exception à l’université Paris-1 Panthéon Sorbonne. Par dérogation à la prolongation – elle-même déjà dérogatoire aux règles du Code de l’éducation – des mandats des président·es d’universités du fait de l’épidémie, voilà que l’administrateur provisoire de Paris 1, Thomas Clay, reçoit encore un peu de rab.

Academia salue l’innovation, en se demandant bien à quoi bon au vu de la gestion de la rentrée.

Une « super-exception » à la démocratie universitaire

Par un arrêté du 18 septembre 2020, publié au Journal officiel de ce vendredi 2 octobre, le mandat de ce dernier est en effet prolongé jusqu’au 31 décembre 2020, c’est-à-dire jusqu’à l’extrême limite de la dérogation que permet l’article 15 de la loi d’urgence du 23 mars 2020.

À notre connaissance, cette exception à l’exception, ou « super-exception », est unique en France.

Au passage, on notera que sur le plan juridique, le montage retenu est étonnant. Il est loin d’être sûr que le mandat d’administrateur provisoire de Thomas Clay entrait effectivement dans le champ de l’article 15 de la loi d’urgence : la prolongation prévue par la loi d’urgence ne vaut, normalement, que pour les « mandats, échus depuis le 15 mars 2020 ou qui viendraient à l’être avant le 31 juillet 2020 », ce qui n’est pas le cas du mandat de l’actuel administrateur provisoire de l’université Paris 1, nommé par un arrêté du recteur de l’Académie de Paris du 16 juillet 2020.

https://www.flickr.com/photos/cibar/25984209941/in/photolist-FA8SkF-26eHV1u-4qANZb-3swRFN-x74nSW-eahzCt-4jsboo-qyiXGe-qh38Vg-oTj7mr-qh4G1p-pawPET-oTiaAB-paNqy4-p8LhCm-qh38qD-nTNWuM-oTi89H-oTi5kM-oTj956-qgVbiq-qh36gP-oTjbtq-oTjeqM-oTj9iJ-rWD5B3-qgVP6A-qytLm2-BJYbXG-2iCd4ni-rYWjzB-2jvKeQj-pBu9By-qgVNpA-pBu81C-qyiXJZ-qgVPN7-rWD6cS-qh37qc-oqJFSw-2jvKgyP-ayf5p-eaofMQ-9Qh3HP-qyiY6v-e5yzTs-e5sVYk-8ZNXBf-6XxkU4-oFcz9j

(c) Cibar, 2015

L’administration en mode YOLO ou le darwinisme social argileux

https://twitter.com/Dina_Morgabiin/status/1306270194390765568?s=20

@Dina_Morgabiin, 16 septembre 2020

Si Thomas Clay vient de passer plusieurs semaines à organiser la structure dirigeante de directeurice de cabinet et autres chargé·es de mission, il semble s’être nettement moins intéressé au principal problème de la rentrée — pour ne parler ici que de la rentrée étudiante1. : l’épidémie de COVID19 et l’absence de direction ministérielle informée, claire et cohérente.

C’est ainsi que la présidente du groupe Socialistes et apparentées Valérie Rabault a pu interpeler la Ministre sur les inégalités entre UFR d’histoire et de science politique d’une « grande université du centre de Paris ». Vidéos et photos lui donnent raison : « l’État abdique de ses responsabilités », a-t-elle déclaré à Frédérique Vidal, qui rejetait la faute sur les étudiant·es.

Et, avant même l’État, la présidence (provisoire) de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Vendredi 2 octobre, agitation générale. Le Ministre de la Santé aurait fait de nouvelles annonces.

Les employé·es reçoivent un message leur indiquant que les équipes allaient passer à mi-jauge. Pour les étudiant·es, le message de Thomas Clay fut autrement plus direct.

https://twitter.com/Academia_carnet/status/1312035960121630722?s=20Ainsi « une place vide doit être laissée impérativement entre chaque étudiant. (…) Il en va de votre responsabilité ». Quelle place vide, demandent les étudiant·es, qui sont déjà assis dans les couloirs, à même le sol.

« J’ai bien conscience des difficultés que cela occasionne et de la déception inévitable, et je la partage. J’ai une pensée particulière pour les étudiants (sic) de L1 qui découvre l’université cette année, dans ce contexte si difficile. Mais, au fond, la capacité d’adaptation et la résilience font aussi partie des apprentissages nécessaires, particulièrement éprouvés cette année ».

Antoine Petit rêvait de darwinisme social pour la recherche ; Thomas Clay l’a mis en œuvre pour les étudiant·es de Paris-1.

Il ne reste plus qu’à demander à la commission d’enquête parlementaire sur la rentrée universitaire qu’Academia appelle de ses vœux s’il ressortit bien des attributions d’un administrateur d’une grande université parisienne de se défausser de ses responsabilités, même provisoires.

  1. Thomas Clay est plus laconique sur les scandales qui secouent l’École de droit de la Sorbonne, comme l’affaire Aram Mardirossian, sur lesquels Academia reviendra bientôt. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.