La parole des collègues

Voparoleus avez déjà remarqué comment, en réunion, en séminaire, ou même en cours, la parole et son temps se trouvent in fine très inégalement distribuée, entre hommes, femmes, seniors, collègues au statut moins établi. Tel collègue est brutalement interrompu; telle autre se voit expliquer ce qu’elle pense véritablement. S’agit-il d' »incivilités cognitives », pour reprendre le terme de Judith Lazar? Une interprétation en termes de genre peut aussi en être proposée.

Deux concepts « hommeterruption » (manterrupting) et de « mecsplication«  (mansplaining) : prendre la parole est un acte de pouvoir et de domination. Quand cela induit l’appropriation cavalière des idées, une stratégie: l’amplification (ou la shine theory).

Deux vidéos savoureuses et pédagogiques sur ces concepts.

Sur le site de NRV (France inter) – novembre 2016: https://mobile.twitter.com/LaurentGoumarre/status/798306048545320960/video/1

Sur celui de Francetvinfos (http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/emploi-des-femmes/video-ces-hommes-qui-interrompent-les-femmes_1877937.html)

 

Et sur un tout autre sujet: une autre façon de prendre et de donner la parole: « A voix haute » de Stéphane de Freytas (MyBox Production, 2016) – passé sur France 2 le 15/11/2016.

 

 

Référence:  Judith Lazar, « L’incivilité cognitive: une autre facette de la violence », Revue du M.A.U.S.S., 18 (2001): 282-291.


Laisser un commentaire