Hold up. Newsletter du 21 au 27 septembre 2020

Semaine étrange que celle que nous venons de vivre. La tension législative était palpable dans l’hémicycle ; la douche de l’adoption s’est avérée d’autant plus froide que les amendements apportés à la Loi de programmation de la recherche n’y ont rien changé, sinon en pire. Telle une lame de fond, la stratégie du choc adopté par le gouvernement au moment le plus fort de la crise COVID19, paie : la phalange Paris-Cergy-Nice continue son hold up sur le service public de l’ESR, alors qu’agents et usagers se débattent avec des conditions de rentrée dantesques. Pour nombre d’observateurs et d’acteurs de la vie politique française, il s’agit bien d’un « grave déni de démocratie ».

https://www.flickr.com/photos/98192834@N07/21221080762/in/photolist-ykezYN-BMTLm-fKWGcS-22cY52i-5RFVup-cBam85-22cY5Ja-22ahoqL-22aho8w-22ahoPb-22ahiPm-217JPDN-217JMrb-22ahnBm-9224Ps-2jk4dbn-4Yrp8d-2gr8bsb-2jCF4zb-gwVJST-yCb97d-22cY5RV-22cY5nP-M5ewZn-QedwnR-217JPX3-euMEm-22ahnSG-QAHGS9-qHncAX-4kuiSf-4jocb-52jyuC-3iERMh-SYS6pB-22ahmXA-7YN2dM-887WXU-5n3cqY-2iKq1RK-T7cv5q-55Y9Pu-2iHo1Xi-2gb3jXe-2iG7VM4-2igifFT-4X2Thg-s5jVXh-SnubYe-2ghei15

Hold Me Up, by Julie Jablonski, 2015

La séquence législative a achevé de décrédibiliser l’Assemblée nationale, tant les député∙es de la majorité — rapporteur∙es en tête— se sont révélé∙es incompétent∙es, tant les concessions faites à l’opposition ont été nulles, tant enfin la Ministre a pu mentir sans vergogne à la représentation nationale. Pourtant, nous savons que les différentes instances, collectifs, membres de la communauté universitaire, titulaires comme doctorant∙es, universitaires en devenir ou assistant professors repentis, sont allés au charbon et ont aussi précisément que possible documenté les conditions de travail et de rémunération honteuse, les besoins, les attentes, les espoirs. Il n’y a donc plus rien à attendre de la première chambre législative. La question reste entière de savoir de quels leviers va disposer le Sénat. Comme le précise RogueESR dans sa lettre circulaire du 28 septembre :

Le Premier Ministre a en effet imposé au ministère, contre sa volonté, l’examen du projet de loi en procédure accélérée, de sorte à libérer l’agenda parlementaire d’un texte qu’il juge sans importance. L’examen en séance publique de la loi de programmation pour la recherche aura lieu au Sénat à partir du 27 octobre. Le projet de loi sera réécrit, voire vidé de sa substance. Il sera alors examiné en Commission Mixte Paritaire, composée de députés et de sénateurs, la semaine suivante. Si une mobilisation faite de coups d’éclats, à l’ANR, au HCERES, au CoNRS, dans les universités, survient dans la seconde moitié d’octobre, l’Elysée et Matignon peuvent décider de ne pas perdre une semaine parlementaire de plus et accepter le texte de compromis. Il reste en effet excessivement peu de temps pour faire passer des lois politiquement valorisables auprès de l’électorat conservateur, avant la présidentielle.

N’ayons pas trop d’espoir cependant sur la rectification apportée par le Sénat. C’est hors du Parlement que les choses prendront forme désormais.

Pas tout à fait en dehors cependant. Pendant que rive gauche sévissait une novlangue insupportable, la troisième chambre du Parlement réunie au Palais d’Iéna, le Conseil Économique, Social et Environnemental, a rendu son avis définitif sur la loi, adopté à l’unanimité, par 204 voix et 1 abstention le 22 septembre 2020,. Le projet que dessine l’avis présenté au nom de la section des activités économiques, par Sylviane Lejeune, et approuvé par une coalition unanime réunissant patronat, professions libérales, syndicats de salarié∙es, mouvements de jeunesse, associations — familiales et environnementales — s’ancre dans les analyses approfondies et critiques de la communauté universitaire, fatiguée de la bureaucratie, usée par le sous-financement, et intimement consciente des enjeux qu’il lui reste à relever en matière de formation supérieure de la jeunesse, d’égalité territoriale en métropole et dans les outre-mers, de recherches sur les défis contemporains — santé, environnement, inégalités. Contrairement au projet de loi imposé par le gouvernement, c’est un contre-projet qui doit servir de socle aux discussions futures, à commencer par le Sénat.

Hors les murs législatifs, la presse, longtemps organe du baratin gouvernemental, a cessé d’ajouter foi aux dires de la ministre. Une revue de presse multimédia d’une semaine haute en couleur fait prendre la mesure de la défiance journalistique. Depuis mercredi, on ne cesse de débusquer des lièvres, comme le jeu du bonneteau que le gouvernement envisage de faire avec nos retraites pour financer sa loi. Seule la sulfureuse proposition de nomination de Thierry Coulhon à la présidence du HCERES, contrevenant à tout principe élémentaire de déontologie, n’a-t-elle pas été une surprise…

La défense et l’illustration des universités et de la recherche françaises viendra de nous : ne nous leurrons pas. La mobilisation, forte, viendra de la réappropriation, locale, intelligente, de notre outil de travail commun. À côté des blagues potaches, grinçantes et pince-sans-rire, la réflexion collective s’organise : RogueESR et Politique des sciences ont accueilli deux journées de réflexion prospective filmées ; Julien Gossa inaugure la Conférence des praticien∙nes de l’enseignement supérieur et la recherche (CPESR) pour que les acteurs et actrices de terrain puissent être entendues, par un petit sondage.

Et d’ores et déjà, plusieurs collectifs invitent à une réunion nationale à distance le jeudi 1er octobre à 18h, à distance. Et le mardi 13 octobre 2020, l’intersyndicale appelle d’ores et déjà à des manifestations dans toutes les universités et à une manifestation nationale à Paris.

D’aucuns souhaiteraient-ils faire main basse sur l’université ? Nous sommes là.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.