« L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat

La fabrique de la loi #28

← Article précédent

Article suivant­ →

Les interviews de Vidal sont quand même devenues totalement dystopiques.  Celle sur LCP là, il faut l’archiver et la mettre en boucle partout le soir de l’apocalypse.
Les vêtements, les clusters, l’été, les ordis, les betteraves, c’est une réelle merveille.
Son apogée. 

Flavien B., Twitter, 28/9/2020

Update. 29/9/2020

L’annonce était partout : Frédérique Vidal était interrogée sur Public Sénat ce soir, par Valérie Rabault, présidente du groupe Socialistes et apparentés, et par Stéphane Piednoir, rapporteur-adjoint préssenti pour la LPPR au Sénat.

https://twitter.com/StephPiednoir/status/1310571901924839425?s=20Fallait-il en attendre quelque chose, habitué·es que nous sommes aux mensonges quotidiens de notre ministre de tutelle ? Public Sénat a publié une séquence sur la crise sanitaire dans les universités ; Christelle Rabier a tenté un livetweet de l’émission qui voyait se succéder des journalistes ; et les deux parlementaires.

L’intégralité de l’émission se trouve ici.

https://twitter.com/FredericSawicki/status/1310674836285526016?s=20Sachez, braves gens, que les étudiant·es ne se contaminent qu’en soirée ; et qu’on repère mieux les infections à l’Université parce qu’on y teste plus qu’ailleurs. Que le masque, enfin, est la solution « efficace » au problème de surpopulation étudiante.

https://twitter.com/sluniversite/status/1310867416663162881?s=20

(c) Sauvons l’université

En prévision d’un reconfinement, le Ministère a fait acheter 5000 ordinateurs pour les 2,7 millions d’étudiants et la centaine de milliers d’enseignant·es. Le reste à l’avenant.

« On a fait acheter 5000 ordinateurs pour équiper les étudiants », Frédérique Vidal sur Public Sénat, 28/9/20 – infographie : Julien Gossa

Une mention spéciale pour Valérie Rabault,  offensive sur les deux principaux points de crispation collective : le budget n’est pas à la hauteur ; la Ministre se défausse de sa mission en n’assurant pas l’administration de la question sanitaire. Pour Valérie Rabault, il n’est pas normal que « l’État abdique de ses responsabilités ».

À défaut d’abdiquer de ses responsabilités, l’émission aura abandonné sa raison en agitant le chiffon rouge qu’on n’aurait attendu d’un journaliste de CNews, pas de Public Sénat, ni même du Figaro, encore moins d’un sénateur. Et donc on connaît désormais la prochaine manœuvre de diversion pour ne pas traiter des vraies problèmes de l’enseignement supérieur et de la recherche : après celle des lycéennes, ce sera donc le problème critique de la tenue des étudiant·es que sera en ligne de mire des sénateurices. Juste avant celui de « séparatisme à l’université » (?).

https://www.flickr.com/photos/jmenj/49636595441/in/photolist-oVsGUm-2izJ3Ur-2iCdwvF-Y8jxof-UqpqH5-Vsn9n1-UqpzPw-V7LZN7-7UinfD-2iCaPh9-2iCaPRa-2j9xBbW-2hywbAt-2hywby9-2hyz1qR-2hyAeTw-K4pZ9F-jocBSN-22HNzVa-22HNyMt-K4q2Ap-sUN1Xh-7uzzcJ-22HNFfi-246g6uR-22HNE1p-22VvqZW-22HNBGM-K4q2bM-9JoL4w-241hWpn-cNY1KC-RKGXVK-fKut7j-fKxCFg-fKQfkA-2hyz1u3-fKcVbc-fKQiBb-4tRoih-fKxFfn-fKutxm-fKuoYw-fJifrV

8 mars 2020 à Paris (c) Jeanne Menjoulet

Par bonheur, la journée avait commencé avec Adèle Haenel, sa voix et son engagement contagieux sur France inter. Que on pour se lever et se casser  quand on s’est levé et qu’on s’est cassé — et qu’on est déjà dehors ?  demandait Augustin Trapenard à la comédienne. « Déjà on reste debout et on continue de gueuler », a-t-elle répondu.

Pour l’université, on le sait : on reste debout, on continue de gueuler déjà. On ravitaille les valeureuses et valeureux restés faire le ménage.

Et on garde le temple, en attendant les hordes barbares.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.