Sur La chute de l’Université. Christelle écrit aux député·es

Lettre adressée aux 577 député·es de l’Assemblée nationale

Marseille,
le 23 septembre 2020, 23h55

Madame la députée,
Monsieur le député,

Vous êtes sur le point de vous prononcer sur l’avenir de l’université et de la recherche françaises lors du vote final sur la Loi de programmation de la recherche 2021-2030. Permettez-moi —maîtresse de conférences à l’EHESS, normalienne, agrégée d’histoire, passée par la London School of Economics et la Cité des sciences — qui anime depuis 2013 Academia.hypotheses.org, un blog sur les conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche très suivi (1,5 millions de pages vues depuis janvier 2020) — de vous faire part de mon désarroi.

Je n’irai pas par quatre chemins : nous sommes inquiets et inquiètes. Non pas pour nous titulaires, même si nous aurions de quoi l’être. Mais pour la relève, désormais exsangue, et qui, après l’engagement personnel et intellectuel — que vous ne mesurez peut-être pas— sur lequel repose la thèse de doctora, s’apprête à faire défection.  Sans eux, sans elles, dont nous avons besoin sur des postes de fonctionnaires, stables, protecteurs, nous ne pourrons continuer à travailler, relever les défis sociaux et politiques que vous et vos mandant·es attendent de nous, ni former celles et ceux qui doivent nous succéder.

Je vous invite à lire un texte qui est parvenu à la rédaction d’Academia au lendemain d’une première séance en hémicycle, dont le visionnage nous a heurtés, tellement la représentation nationale — désengagée au mieux, méprisante au pire, généralement médiocre et incompétente — semble faire fi du service public que nous portons au jour le jour sans moyens, ni considération sinon celui de nos pairs à l’étranger. Ce texte, sobrement intitulé « La chute de l’Université », vous donnera à lire le quotidien qui est celui de ces jeunes chercheuses et chercheurs, qui ont accepté de prendre sur leurs deniers et leur santé pour explorer dans un domaine qu’ils et elles jugeaient porteur d’avenir, exigeant intellectuellement, innovant et de l’enseigner. Aujourd’hui, grâce ou malgré vous, ces jeunes chercheurs et chercheuses ont compris, plus rapidement et plus cruellement que nous, que, ni pour elles, ni pour eux, il n’y avait pas d’avenir dans la recherche publique.

Ils et elles s’en vont.

Il n’y a pas de problème d’attractivité à l’université publique, seulement d’insupportables conditions de travail et comportements bureaucratiques de l’administration. Grâce à la publicité des débats parlementaires, nous pourrons vous tenir responsables, ainsi qu’à la Ministre Vidal, d’une dynamique nouvelle : l’extinction des vocations.

https://www.flickr.com/photos/145642363@N04/43941630694/in/photolist-29WYkUj-RzKESd-2F3dNg-b84mUk-2gKuwbz-8ByxAQ-2ivJssu-2jbMf5r-vo3b9Q-og3pDt-Ee6fey-dFmNto-2aUDkbd-22KJBb9-a9wqqP-2jjCP1n-2hQmTj6-2k6aqq-2jbMeXn-2iJvaUa-7fQScd-Kkitwf-2g2JoB2-pY8Sxb-M1Ew2z-232DPmU-6UUWT5-MXFbhJ-D6qc9E-JubY3R-Ly7AoS-pd4mZb-Q9CB26-ovJrVk-2geVBLp-JYnNV-GNxZhu-dS46J-DS7RmY-9hpPG8-8vTDrs-TZy4in-SAzqXD-2fRn7qf-84bCDC-q3Nqh1-2hEceTL-42V3w-8d9PFC-VB4jSE

British Columbia forest fires, by Aimee, 2018

 


La chute de l’Université, par Claire C., jeune chercheuse

En espérant que vous soyez parvenu·e jusqu’ici, veuillez agréer, Madame la députée, Monsieur le député, l’expression de mon indéfectible attachement à l’université française et à la République,
Christelle Rabier
_________________________
maîtresse de conférences
Post-scriptum: Après une nuit de sommeil, et toujours autant de colère, je dédie ce texte à Amandine, Camille, Céliane, Fleur, Gaia, Lucie, Maroussia, Noémie, Nathalie, William (liste non close).
Post-scriptum (2) : J’adresse aux président·es et aux rapporteur·es de la Commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale et du Sénat, ainsi qu’à mon ancien collègue à l’École normale supérieure, aujord’hui député, Cédric Villani tous les témoignages portés à l’attention de la rédaction d’Academia, sur un filTwitter.
Vae victis.

8 réflexions sur « Sur La chute de l’Université. Christelle écrit aux député·es »

  1. Réponse de : Olivier FAURE, député de Seine-et-Marne – Premier secrétaire du Parti socialiste
    Mardi 29 septembre 2020

    Madame
    Le projet qui nous est proposé par le Gouvernement énonce quelques intentions qu’il faut saluer, mais il trace une perspective budgétaire qui ne permet ni de répondre aux enjeux actuels, ni d’atteindre l’objectif de 1% du PIB pour l’effort de la nation en faveur des établissements publics de recherche. Les députés du groupe Socialistes & apparentés ont pris l’initiative de construire un « contre-projet » et une autre trajectoire budgétaire, crédible, documentée et étayée. Le voici sur ce lien https://lessocialistes.fr/wp-content/uploads/2020/09/Un-vrai-projet-pour-la-recherche.pdf
    Cordialement,
    Amandine Janiaud-Vergnaud
    Cheffe de cabinet parlementaire d’Olivier Faure

  2. Réponse de : Pierre MOREL À L’HUISSIER, député de la Lozère
    Mardi 29 septembre 2020

    Madame,
    Vous m’aviez fait part de vos inquiétudes sur le projet de loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche.
    Je souhaite pour vous répondre vous partager la contribution écrite que j’ai réalisée dans le cadre de l’étude de ce texte. Nouvel outil de l’Assemblée Nationale, la contribution permet aux Députés d’inscrire en Annexe d’une loi leur position, laissant une trace des échanges et des points posant des difficultés, afin que les prochains travaux puissent s’en inspirer et répondre plus efficacement aux problématiques non-résolues et futures : http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/contributions?dossier_legislatif=DLR5L15N40171

    Avec mon Groupe [Union des démocrates, radicaux et libéraux] nous avons aussi déposé un certain nombre d’amendements, rejetés pour la plupart malgré quelques satisfactions.

    Bien cordialement
    Pierre Morel A L’Huissier

  3. Réponse de: Laurence DUMONT, députée du Calvados (Groupe Socialistes et apparentés)
    Lundi 28 septembre 2020

    Madame,
    C’est avec attention et intérêt que j’ai pris connaissance de votre courrier au sujet du projet de loi de programmation pour la recherche adopté à l’Assemblée nationale.
    Très mobilisé sur le sujet, mon groupe a déposé plus de 100 amendements au texte du Gouvernement et proposé son « contre-projet » de programmation qui présente des contributions réelles contrairement au projet du Gouvernement dont on ne retire que 5.3 milliards nouveaux et non 25 comme annoncé.
    Nous avions donné notre position très tôt sur le sujet, elle est détaillée dans le projet que je vous invite à consulter. https://fr.calameo.com/read/006398799328f2bfd1576

    Il comprend 25 mesures dont la première est de concrétiser l’objectif de consacrer 1% du PIB à la recherche d’ici à 2027 en réduisant de 10 à 7 ans la trajectoire prévue par le Projet du Gouvernement.

    Nous proposons une sanctuarisation des crédits de base des laboratoires à 65%. Le financement par appel à projets ne doit pas prendre la place de financements pérennes assurant la continuité des projets de recherche.

    Nous proposons de rendre aux enseignants chercheurs du temps de recherche et de créer des postes supplémentaires d’enseignants à l’Université.

    Nous budgétisons aussi la revalorisation des salaires des chercheurs et enseignants chercheurs et du personnel non chercheur et garantissons une rémunération minimale de 1.5 smic aux doctorants.

    Nous avançons aussi des propositions sur la Gouvernance, l‘internationalisation et la promotion de la recherche.

    Notre plan est totalement financé et opérationnel.

    À l’opposé, le projet du Gouvernement a été adopté dans la nuit du 23 septembre après un examen exprès en 3 jours, sans réponse argumentée du gouvernement et des rapporteurs aux amendements, pour un texte « historique » et alors que tous les groupes d’opposition demandaient un raccourcissement de la programmation sur 7 ans et non 10

    Sur les 132 amendements adoptés, près de la moitié (68) portent sur le rapport annexe donc sont plus des bonnes intentions que des engagements concrets. Les contrats post-doc ont été encadrés par des durées minimales (1 an) et maximales (4 ans), mais aucune garantie n’a été apportée pour les contrats les plus problématiques (les chaires de professor juniors et CDI de mission scientifique)
    – à noter qu’a été inscrit dans la loi le paiement mensuel des vacataires à partir de 2023.

    Pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, développées tout au long de l’examen de ce texte, le groupe Socialistes et apparentés a voté contre.

    Ce « grand rendez-vous » se solde par une occasion manquée et je le regrette pour la recherche française et l’enseignement supérieur.

    Espérant avoir répondu à vos interrogations, je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes salutations distinguées.

    Notre contre-projet https://fr.calameo.com/read/006398799328f2bfd1576

    Revoir la conférence de presse de présentation de notre projet pour la recherche https://www.facebook.com/socialistesAN/videos/3077594619017226

    Liste des amendements que nous avons déposés sur le texte (doc PDF joint)

    Cordialement,

    Laurence DUMONT
    Députée du Calvados

  4. Réponse de : Fabien ROUSSEL, député du Nord
    pour le groupe Démocrates et républicains (GDR)
    Jeudi 24 septembre 2020

    Bruay-sur-l’Escaut, le 22 septembre 2020

    Madame, Monsieur,
    J’ai bien pris connaissance de votre message consacré au projet de loi de programmation de la recherche.Je vous remercie pour votre contribution aux débats en cours à l’Assemblée nationale.Partageant votre analyse, les élu-e-s du groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR) seprononceront contre un texte qui, non seulement, ne répond pas aux enjeux de l’Enseignement supérieur et de laRecherche, mais, pire encore, les fragilise encore un peu plus. L’aggravation des financements sur projet, l’annonce de crédits budgétaires qui n’interviendront que dans plusieurs années, la mise en concurrence des chercheurs au détriment des coopérations, le renforcement d’unelogique utilitariste et d’une vision de court-terme de l’Enseignement supérieur, l’absence de mesures fortes pouréviter l’exil des jeunes enseignants-chercheurs, la précarisation des métiers de ce secteur clé pour l’avenir de notrepays avec la création de CDI de missions… Tout cela concourt à abîmer encore davantage nos universités et nos établissements publics de recherche.
    Ce projet de loi va à l’inverse dont notre pays aurait besoin. Plutôt que de vagues promesses budgétaires,il conviendrait, notamment, dès à présent d’amplifier l’effort financier en direction de l’Enseignement supérieur etde la Recherche publics, notamment dans le cadre du plan de relance, ou d’enfin réorienter le Crédit d’impôtrecherche en le conditionnant à la création d’emplois de chercheurs au sein des entreprises bénéficiaires de cedispositif fiscal.Stopper la fuite des cerveaux et permettre aux enseignants-chercheurs en poste de mener leurs activitéssereinement suppose de rendre les carrières plus attractives. Et il faudrait en finir avec la logique qui prévaut ausein des universités et des organismes de recherche, où l’objet principal des chercheurs est devenu la recherche…de financements pour leurs travaux, leurs laboratoires, voire leurs déplacements pour des colloques ouséminaires!Les défis sanitaires, environnementaux, sociétaux et même politiques auxquels notre pays, l’Europe et lemonde sont confrontés appellent des réponses ambitieuses, pour lesquelles l’éducation, la formation et larecherche pourraient des atouts majeurs, si tant est que les Etat les soutiennent et les renforcent sans tergiverser.
    Ce n’est malheureusement pas ce qui apparaît dans le projet de loi dont nous débattons. Le groupe GDR s’emploiera donc à porter d’autres propositions et affirmera son soutien à la mobilisation contre le texte dugouvernement, dans son état actuel.Vous souhaitant bonne réception de la présente et restant à votre écoute, je vous prie de recevoir,Madame, Monsieur, mes sincères salutations.
    Fabien Rousel

  5. Réponse de : Laurence TRASTOUR-ISNART – Députée de la Nation – 6ème circonscription des Alpes-Maritimes
    Vendredi 25 septembre 2020

    Madame, Monsieur,
    C’est avec la plus grande attention que j’ai pris connaissance de votre correspondance électronique, à travers laquelle vous avez souhaité me faire part de votre inquiétude concernant la « loi de programmation de la recherche 2021-2030 ».
    Je suis attachée à la recherche française, qui est essentielle, afin de répondre aux nombreux défis posés dans notre société. Tel est le cas, à titre d’illustration, de la question environnementale ou encore du progrès technologique. Hélas, aujourd’hui, de nombreux chercheurs préfèrent à la France d’autres pays ou les perspectives de financement de la recherche sont meilleures.
    Cette situation n’est pas normale, a fortiori, pour notre pays qui a toujours été présent aux grands rendez-vous de la recherche.
    Avec mes collègues les Républicains, je suis soucieuse de défendre une politique ambitieuse pour la recherche en permettant aux chercheurs d’avoir une meilleure rémunération.
    C’est la raison pour laquelle j’ai déposé et défendu l’amendement N° 277 sur le projet de « loi de programmation de la recherche 2021-2030 » afin de compléter l’alinéa 116 qui affirme que la revalorisation des « rémunérations des scientifiques […] permettra notamment une majoration plus marquée pour les chargés de recherche et les maîtres de conférences. »
    Il était, à mon sens, important de donner un exemple de cette majoration afin qu’elle ne soit pas symbolique mais réelle. Aussi, ai-je proposé d’ajouter à l’alinéa 116 la phrase : « Elle permettra ainsi par exemple une majoration sensiblement plus marquée de l’indemnitaire des chargés de recherche et des maîtres de conférences de classe normale, représentant l’équivalent d’une majoration de la rémunération annuelle d’au moins 10 %. »
    Vous trouverez mon intervention sur la vidéo disponible à ce lien.

    À vos côtés, je vous assure être pleinement mobilisée sur le sujet.
    Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma respectueuse considération.

    Laurence TRASTOUR-ISNART

    • Réponse de : Christelle Rabier, MCF EHESS à Mme Trastour-Isnard
      Vendredi 25 septembre 2020

      Madame la députée,

      l’urgence n’est pas notre rémunération (même si le dégel du point d’indice pour l’ensemble de la fonction publique serait plus que bienvenu). L’urgence est au recrutement de personnel enseignant, chercheur et aussi (voire surtout) BIATSS.
      Si jamais vous avez des relais au Sénat, n’hésitez pas à leur faire parvenir mon courrier, comme cette demande pressante.
      Je vous prie de trouver ici les réactions à l’annonce de l’adoption en première lecture des jeunes hommes et femmes, découragé-es, et prêts à quitter l’ESR, après de longues années de formation. C’est un énorme gâchis – qui vient s’ajouter à la bureaucratisation extrême de nos activités.

      Dans l’espoir que vous entendrez cette demande et avec mes remerciements pour l’amendement et l’opposition que vous avez portée à ce texte de projet de loi de programmation de la Recherche, veuillez agréer Madame la députée, l’expression de mes salutations les meilleures,

      Christelle Rabier

  6. Réponse de: Alexis CORBIERES
    Député de la Seine-Saint-Denis – Circonscription de Bagnolet – Montreuil
    Jeudi 24 septembre

    Chère Madame Rabier,
    Je vous remercie pour ces éléments concernant la LPPR que le groupe FI suit avec grande attention. Nous avons déposé plusieurs amendements de proposition et de suppression sur ce texte afin d’exprimer notre vive opposition à ses insuffisances et à ses dérives.
    L’avis du CESE est en effet particulièrement éclairant à ce sujet : « Peut-on soigner un système avec les outils qui l’ont rendu malade ? ». Nous n’avons pas manqué de constater les insuffisances criantes de ce projet (25 milliards de financement pour les 10 prochaines années, alors que le gouvernement ne s’engage seulement pour les deux ans à venir, et à peine 400 millions pour l’année 2020)

    De même, nous sommes bien au fait de l’absence de moyens pour réaliser le vœu pieu d’une « amplification de reconnaissance du doctorat », le gouvernement préférant créer des primes et des « tenure track », et accentuer bien d’autres problématiques.

    Merci pour vos éléments et notamment le texte « la chute de l’université » qui me permettront, ainsi qu’à mes collègues, d’enrichir le débat,

    Cordialement,

    Alexis Corbière
    Député de la Seine-Saint-Denis
    Circonscription de Bagnolet – Montreuil

  7. Réponse de : Collaboratrice parlementaire de Florian Bachelier
    Député d’Ille-et-Vilaine et Premier Questeur
    Jeudi 24 septembre

    Madame,

    J’accuse réception du message que vous avez bien voulu adresser à Monsieur Florian Bachelier, Premier Questeur et Député d’Ille-et-Vilaine.

    Soyez assurée qu’il en a pris connaissance, ainsi il me charge de vous remercier d’avoir eu la délicatesse de partager avec lui votre point de vue.

    Je reste à votre disposition pour tout complément d’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.