Le CESE achève d’enterrer la loi Vidal

La fabrique de la loi #22

← Article précédent

Article suivant­ →

Update: 29/9/2020

Pendant que les citoyen·nes subissent le soi-disant « débat » à l’Assemblée nationale, démoralisant, où le courage et l’engagement d’une opposition allant de LR à LFI n’est surpassée que par l’incompétence et la mauvaise foi des député·es et des rapporteur·es et de la Ministre, il convient de signaler le véritable événement politique qui s’est produit mardi 22 septembre 2020.
La séance plénière du CESE était consacrée le 22 septembre à la présentation du projet d’avis « Contribution du CESE au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche« , rapporté par Sylviane Lejeune (groupe CGT), au nom de la section des activités économiques, présidée par Delphine Lalu.
Le Conseil Economique, Social et Environnemental — qu’on considère comme la 3e chambre parlementaire sous la Cinquième République, puisqu’il représente syndicats salariés, patronaux, professions libérales et associations — vient de voter à l’unanimité un avis par 204 voix (202 voix pour, 0 contre, 2 abstentions) très critique de la LPR 2021-2030 (ex-LPPR).  C’est véritablement historique : le CESE, patronat inclus, enterre le texte.
Le rapport adopté ce mardi transforme ainsi l’essai de juin, requis avant la présentation au Conseil des ministres, où l’abstention des syndicats SGEN et UNSA avaient été remarquée.
La séance plénière a suscité une réelle émotion après six mois de novlangue indécente, alors que les situations personnelles des étudiant·es, des doctorant·es et des personnels, notamment non-titulaires, sont chaque jour plus insupportables en cette rentrée 2020. Une chronique de la séance sur Twitter donnera une idée, même imparfaite, de la qualité de l’enquête conduite auprès de la communauté universitaire. La section des activités économiques, chargée de l’avis, a construit l’avis en articulation avec la section de l’éducation, de la culture et de la communication et aidée de la contribution de la délégation à l’Outre-mer du CESE. Syndicats, professions libérales, patronat et associations soutiennent sans faille les universités et engagent la représentation nationale de prendre urgemment la mesure du problème et d’y rémédier immédiatement.
Les préconisations du CESE s’articulent autour de 4 axes :
  • Le niveau de financement au regard des défis de recherche
  • Les conditions pour assurer la continuité, l’indépendance et la créativité de la recherche
  • Le renforcement de la place des sciences  dans la société
  • Des pistes pour approfondir les liens utiles entre recherche et entreprises
*
*   *
La bataille va se jouer maintenant au Sénat, qui saura sans doute mieux entendre ce message du CESE, surtout si les universitaires aident à faire passer le message.
  • Lienmini-livetweet de la présentation du rapport, 22 septembre 2020, par Christelle Rabier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.