La chute de l’Université

À l’instar d’Université ouverte, et du recueil de témoignages « Notre Université est de qualité, mais jusqu’à quand ? » depuis février, Academia accueille les réflexions et les témoignages de collègues, jeunes ou expérimentées, que la rentrée 2020 ou l’expérience du conflit LPPR leur inspirent. La collègue qui écrit ici énonce enfin ce que nous craignons depuis plusieurs années : elle ne choisira pas de travailler à l’université, toxique. Le choix de l’anonymat — demandé par l’autrice — est un autre indicateur d’un monde gouverné par l’omerta.

  • par Claire C., chercheuse en sciences humaines et sociales

À l’heure où la LPPR est débattue à l’Assemblée nationale, plusieurs générations de jeunes chercheur·es sont désespéré·es. La dépression est une constante dans notre milieu face au panorama auquel nous faisons face. La précarité s’accroit et touche peu à peu aussi celles et ceux qui ont eu des financements… Comment attendre 15 ans sur le banc de touche en faisant des missions similaires à des titulaires, sans en avoir la reconnaissance matérielle, ni aucune assurance qu’une issue heureuse — un emploi de titulaire — arrivera au bout du chemin ?

Face aux politiques menées ces dernières années, le Ministère et ses rares partenaires se sont engagés à faire des réformes qui n’en ont que le nom : elles approfondissent la privatisation de l’enseignement supérieur et la recherche et sacrifient sans vergogne la jeune génération sur l’hôtel du profit. Pour les jeunes chercheur·es  plusieurs éléments vont achever définitivement de faire sombrer le navire de l’ESR, qui prend l’eau depuis de trop nombreuses années.

L’arrivée du doctorat « chocolatine » nous rend allergiques au chocolat

Commençons par la mauvaise surprise de cette fête de célébration désespérée et précipitée à l’occasion de l’examen du projet de loi de la LPPR par l’Assemblée nationale : la mort du doctorat comme titre universitaire validant un niveau d’expertise et de réflexion dans le secteur de la recherche. Depuis quelques années, la production des thèses sur article avait déjà creusé un fossé, entre la production de 3 à 5 articles enrobée à l’anglo-saxonne, face à la rédaction de manuscrits de plusieurs centaines de pages auxquelles s’ajoutent des publications d’articles. La dévalorisation de la recherche doctorale était déjà à l’œuvre, sous prétexte que la quantité ne reflète pas la quantité, articulée à une pression accrue pour la réduction de la durée des thèses.

https://www.flickr.com/photos/deniscollette/22707255250/in/photolist-2j3dJTy-HD9QHV-BVGy5u-21fLwuX-2bt1ghH-qZXa4E-jvVe5Z-2jsUs4J-REey14-iAXAFi-9nMn1M-xgjdCm-p6S9YX-p5sXxN-AAyBSS-61oaBY-qZsHY4-23umT7z-oEtYio-4VFLSq-Vpvwrm-6b3fih-bs5t5D-G8FJP4-qHbwp6-D2McAH-7aUXws-hZFdJL-83NdDX-aJFHMK-2j6UWbL-AFrZKJ-Bicw6r-9EGzrg-g37yuu-GN5G5F-qZwAUY-6Vj2XZ-2iKGwvi-2gs95pw-25rxXMh-2ir6CYs-23Mjeh5-DgJgYY-Y8XFmM-92mYK1-r64zq7-5GEC3N-4BKhvS-5QG33D

Arbre des marais, par Denis Collette, 2015

La distribution de doctorats comme des petits pains aux énarques et aux titulaires d’école de commerce en manque de légitimité tuera-t-elle définitivement la valeur du diplôme ? L’octroi facilité du diplôme ne pourra que réduire considérablement l’indépendance du milieu de la recherche avec les élites économiques et politiques, afin que ces milieux se positionnent de manière compétitive sur le marché de la connaissance mondiale. Finie la recherche fondamentale, finies les grandes découvertes fruits d’un heureux hasard qui ont révolutionné l’histoire des sciences. Il est à craindre que les logiques de productivité, de compétition et de rentabilité se développent de manière bien plus féroce, broyant la recherche publique telle que nous la connaissons aujourd’hui encore. En effet, quand une entreprise peut proposer un contrat de droit privé pour embaucher un doctorant, à quoi sert encore l’université ? Pour cela, je suis contente de bientôt voir l’aboutissement de mon manuscrit de thèse, je soutiendrai ma thèse avant la génération des thèses « chocolatines », qui dévalueront évidemment ce diplôme accordé par les institutions françaises sur le marché international. Bien que je sois encore passionnée par ma thèse, dans le contexte actuel il me semble évident que je ne me lancerai pas dans une barque si précaire, de si mauvaise qualité, par un temps où les politiques du ministère provoquent des tempêtes qui en font déjà chavirer plus d’un.

Ce fléau invisible : la baisse de l’attractivité du doctorat dans le contexte d’un fort accroissement de la précarité étudiante, organisé par l’État

Il serait intéressant que le ministère mène une enquête précise pour dénombrer les découragements à la fin du master 2 — pour les étudiant.e.s qui entrent en début d’année avec l’idée de faire une thèse ensuite — et durant la thèse de la réalisation d’un doctorat. De mon point de vue localisé, c’est une évidence que l’accroissement de la précarité étudiante de ces dernières années a amoindri de manière alarmante l’attractivité de la thèse de doctorat. Cette perspective est d’autant plus criante en sciences humaines et sociales, où les financements sont particulièrement bas. Enfant de la classe moyenne, j’ai réussi à ne pas me laisser miner par la précarité en thèse grâce au soutien de mes parents — qui m’ont permis de vivre jusqu’à mes 30 ans à leur domicile —, à un petit pécule provenant d’un héritage de mes grands-parents — qui a fondu comme neige au soleil —, à l’exploitation de l’université française pour qui j’ai donné plusieurs centaines d’heures de vacation d’enseignement — payée sous le SMIC horaire (selon la grille de calcul du décret ministériel qui régit ce statut) et avec de nombreux mois de retard — et grâce à Pôle Emploi qui m’a permis de financer une année de recherche grâce aux droits acquis pendant une année de CDD d’enseignement et de recherche à l’université (ATER). Ma recherche a pourtant intéressé, j’ai pu toucher au total 5 200 euros de la part d’institutions de recherche françaises pour contribuer à hauteur de 1/3 mes frais de vie sur mon terrain de thèse à l’étranger. Mon laboratoire m’a aussi soutenu financièrement pour que je puisse aller faire quelques communications lors d’évènements scientifiques internationaux, j’ai pourtant financé la grande majorité des coûts de participation à ce type d’évènement sur mes deniers personnels. Dans les disciplines de LSHS, la jeune recherche publique est principalement financée par les thésard·es et leurs proches, et non pas les institutions dont la raison d’être est d’en assurer la promotion.

La précarité financière est de très loin l’aspect le plus difficile de ces années de doctorat. Pour autant, je suis arrivée à le mener grâce à des soutiens multiples. Pour autant comment font d’autres collègues moins favorisé·es ? Ces personnes tentent de garder la tête hors de l’eau, occupent des emplois souvent non qualifiés et leurs familles sont très souvent un soutien pour pallier les retards de paiement honteux des institutions d’enseignement supérieur françaises. La débrouille est nécessaire à leur survie. Une doctorante de mon laboratoire a vécu avec 200 euros par mois — elle est logée à titre gratuit — pendant plusieurs années, elle se trouve en situation d’extrême pauvreté, et ne souhaite pas retourner dans son pays autoritaire où elle irait rapidement en prison — du fait de son objet de recherche. De fait, les doctorant·es en situation d’extrême précarité sont exclu.e.s des systèmes d’aides sociales, comme le CROUS. Dans le même laboratoire, des doctorant·es sous contrats sont à l’ENS, et ont bénéficié d’une année de pré-doctorat financée par cette institution publique opulente. Cet écart de situations est intenable, les grandes écoles doivent être abolies pour que leurs financements puissent profiter au plus grand nombre dans les universités. J’ai honte de mon pays et je ne peux absolument pas le recommander aux (jeunes) chercheur.e.s (étranger.e.s), qui y sont précarisé·es.

« Tu souhaiterais travailler au CNRS ou dans une université française ? » : cette question d’un autre temps réactualisée par l’apparition du nouveau contrat de tenure track

Au détour d’un couloir d’une soutenance de thèse en février 2019, je me souviens de ce docteur de 40 ans, brillant, expérimenté, déprimé, qui m’avait questionné : « tu te vois plutôt chargée de recherche au CNRS ou enseignante-chercheure à dans un établissement d’enseignement supérieur ? ». Je suis restée estomaquée par la question qui m’a paru d’un autre temps. À l’époque, je me voyais encore dans le milieu, je rêvais d’arriver à décrocher un contrat postdoctoral à l’étranger sur la thématique de mes rêves — qui intéresse peu en France, fait peu l’objet de recherche, mais qui déferle la chronique depuis plusieurs années. Ce n’est qu’en cours de contrat postdoctoral que je me serais autorisée à penser sérieusement à la titularisation, un jour peut-être, quand j’aurai eu le temps de publier davantage, si je suis encore compétitive et n’ai pas encore craqué dans ce système qui broie les cerveaux plus qu’il ne les nourrit.

Aujourd’hui, avec un parcours riche et sinueux fruits de mes questionnements et de mes expériences — plusieurs masters dans différentes disciplines, des expériences professionnelles hors de l’ESR, plus de 500h d’enseignement, une quarantaine de communications scientifiques, quelques publications dans des revues scientifiques, un travail de vulgarisation, oral comme écrit, l’organisation en équipe d’évènements scientifiques, des élections à des postes de représentation de doctorant·es, … — mon profil est estimé comme sérieux et intéressant pour une fin de thèse, comme en témoigne le nombre important d’offres positives et stimulantes que j’ai reçues à la suite des plusieurs dizaines de candidatures d’Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche que j’ai réalisées ce printemps. Ces propositions m’ont semblé encourageantes, mais ne suffisent pas à me redonner envie de travailler dans l’ESR. J’ai d’abord hésité à ne pas accepter un poste pour pouvoir finir d’écrire ma thèse en me focalisant sur ce projet, mais cela m’aurait obligé à vivre grâce au RSA, avec donc une moindre sérénité matérielle présente et future.

La LPPR crée un nouveau type de contrat, présenté comme un CDD d’excellence : les tenures track ou chaire de professeur junior, inspiré de nos voisins anglo-saxons. Il s’agit d’un nouveau nom pour une poignée de postes destinés aux plus compétitif·ves et aux mieux connecté·es aux réseaux de pouvoirs du secteur bénéficieront de quelques années de relatif calme et de reconnaissance financièr, sans commune mesure avec ce qui existe à l’étranger néanmoins. À son terme, il sera bien temps de replonger dans le bain de boue qu’est devenue la compétition pour avoir un poste de titulaire dans l’ESR… si ce type de poste arrive encore à être financé par les universités ! Comment en attendre quelque chose ? Rien dans le panorama qui ne freinera structurellement la chute de l’ESR, ni en l’état actuel des choses, ni avec la LPPR. On propose un sursis à peine acceptable pour quelques un·es alors qu’on sacrifie les personnes qui sont dans la salle d’attente et les générations futures de jeunes chercheur·es. Il s’agit d’une publicité mensongère, où l’on nous oblige à acheter le bien à crédit et de force, et où l’on nous crache au visage en nous demandant de baisser les yeux et d’entrer dans le rang, puisque les titulaires sont incapables de se mobiliser de manière forte et rapide, qu’ils ont aussi « fait leurs armes » aux précédents Hunger Games, et qu’au fond, ils ne savent plus comment dire ou faire entendre leur « non ».1. On voit où les précédentes acceptations (bon gré mal gré) ont mené le secteur, il serait opportun de changer pour éviter de se prendre le mur qui se rapproche dangereusement.

Que restera-t-il de l’attractivité de l’université française ? Spoiler : pas grand-chose à par des distributions d’antidépresseurs et des faireparts d’enterrement.

L’année dernière m’a décillée : le naufrage de l’université française, largement organisé par le ministère et les personnes qui mettent en œuvre ses décisions, était en cours. Le premier semestre d’enseignement à l’Université Lyon 2 a été particulièrement mouvementé à la suite de la tentative de suicide par immolation d’un étudiant et surtout de la crise de gestion qui a suivi — début de mobilisation étudiante réprimée par l’envoi à cinq reprises des forces de l’ordre sur le campus, accompagnées par deux fois des brigades anticriminelles — répression inédite dans un milieu à haut risque de suicide. Face aux manques de moyens, de communication et de réactions, il y a des étudiant·es qui voient le désespoir dans nos yeux d’enseignant·es, et se veulent rassurant·es en nous disant « Ne vous en faites pas Madame, je ne pense pas me suicider dans les prochains mois. J’ai ailleurs promis à ma mère récemment que si je me suicidais, ça ne serait pas par immolation ». La fissure survient alors : une perte de sens abyssale…

https://www.flickr.com/photos/rotundus_iii/23948068904/in/photolist-Cud7xJ-LfonwV-DkMzcH-ERWcFh-Xt36QX-LXtydQ-Mi8smK-DSf5mD-25w3toi-EALaow-rx8W6P-ufrS11-2dyzzLo-Mu36zk-F1qR5G-Gnykw7-RFMdv5-PShNtZ-UBq5Dk-RrZx5V-2Tov9h-29UsaK3-RcAMJf-31dtxp-SJTth1-JDHfM2-FiibUe-GjP9iH-ZHj83A-t5qURD-Pteew5-rZbL5S-B6gW3G-rQXRBV-25Tbtfa-rbJ3Wg-s58noF-U8gxjb-TA46uN-NEgyop-RVQkB3-JieTcz-289pmpz-ruVj4x-TvFECC-T98DSU-qWa7G1-QQfNzM-FwXq3b-EWMPSZ

Tree of life, by Rotundus III, 2016

Heureusement face à la situation, principalement entre enseignant·es précaires nous nous sommes entraidé·es, mettant en place une dynamique collective solidaire pour faire face du mieux possible à la situation, qui a fortement affecté nombre d’entre nous. Et ce, face au silence gêné des titulaires, occupé·es à faire une tribune expliquant pudiquement les ressorts sociologiques de la précarité étudiante. Accueillant des étudiant·es de plus en plus précaires, sans moyens supplémentaires, l’université prend l’eau depuis déjà longtemps, et les enseignant·es invisibles — les vacataires — sont les premier·es à y faire face.  Sans bouée contre les réformes, ces tempêtes qui affaiblissent encore nos institutions, nous buvons la tasse. En témoigne notamment le désintérêt face au droit de retrait que nous avons tenté d’exercer devant le CHSCT de l’établissement, qui n’a jusqu’à maintenant toujours pas mené d’enquête, malgré sa promesse, dans ce contexte surréaliste. Quand l’institution ne fonctionne plus au point de ne même pas entendre ses personnels en souffrance, qui parfois travaillent en situation irrégulière, sans contrat de travail, face à une situation qui a tout d’exceptionnel, qu’est-ce que cela dit sur l’état général d’un navire qui prend l’eau dans la tempête ? Une chose est sûre : cela ne présage rien de bon ni pour cette institution-là, ni pour les autres.

Le statut de vacataire confronte au quotidien aux méandres de l’institution, à ses manquements, à ses paradoxes, à son mépris. La médecin du travail m’a proposée de m’arrêter quelques jours quand je l’ai vu début décembre 2019, j’ai refusé net : il me restait à enseigner 1h45 de cours devant des étudiant·es qui n’allaient pas bien, cela m’aurait aussi fait perdre des jours d’allocation chômage qui me permettent de payer mon loyer, contrairement à la rémunération de l’université qui est sous le SMIC horaire et qui arrive avec de longs mois de décalage. Début février, une autre étudiante de la même promotion se suicide, l’institution étouffe l’information. Le silence radio en rassure certain·es , et glace les autres. En parallèle, une mobilisation inégale contre la LPPR prend forme, où quelques titulaires, des ATER et de nombreux vacataires optent pour une rétention des notes qui durera jusqu’à début mai, lâchée de manière consensuelle sous une menace crasse de rétention sur salaires de la part de l’administration. La crise sanitaire ronge l’ensemble de l’institution, mais ne freine nullement les logiques répressives de cette institution malade qui creuse sa tombe.

J’avais hésité à enseigner cette année-là, à cause du statut de vacataire enseignante. Je ne sais pas si je regrette. La leçon a été riche, mais lourde de conséquences : mes valeurs ne sont plus en adéquation avec cette institution. Je ne souhaite pas travailler dans une institution où l’envoi de la force armée est vu comme une solution face à un conflit social où est portée désespérément, à bout de bras affolés, la question fondamentale de la précarité. Je ne souhaite pas être mise dans une telle position, où mes conditions matérielles sont plus proches de celles de mes étudiant·es que celles de mes collègues titulaires, qui en appelle « à un retour à la normalité » (laquelle ? elle semble empirer chaque jour dans le contexte actuel), au « professionnalisme » (c’est-à-dire à assurer les cours à tout prix, en faisant fi du contexte), et à la confiance dans l’institution (qui sur bien des plans n’est pas en accord avec le droit du travail minimum de manière récurrente). Ma désillusion n’est pas contre mon institution, je ne pense pas que les choses se seraient passées très différemment ailleurs, c’est ce qui est le plus dérangeant.

Pour autant, si j’accédais à un poste de maitresse de conférences, la situation serait-elle fondamentalement différente pour moi ? Je sortirai de la précarité et c’est déjà beaucoup. Cet aspect est de loin le plus pesant de ma thèse, avis partagé par l’ensemble de mes collègues de doctorat. Cependant, mon analyse institutionnelle changerait bien peu, elle serait davantage centrée sur une gestion administrative de l’urgence, face au manque de moyens et à la dégradation rapide des conditions de vie des étudiant·es, face à une institution qui choisit de fermer les yeux. Je ne souhaite pas donner en pâture mon intégrité mentale et physique à l’institution, peu importe le salaire. Je ne souhaite plus faire de burn-out, je ne souhaite plus perdre mon sommeil, rogner sur le peu de temps que je prends pour moi — le mot vacances n’existe pas dans mon monde — je ne souhaite pas faire d’AVC à 45 ans comme certain·es collègues pour une telle institution. J’ai pris la décision que je ne donnerai plus jamais de vacations dans un établissement d’enseignement français, les conditions sont beaucoup trop mauvaises, les droits sociaux minimum quasi inexistants et la paie est insultante, même sans tenir compte de notre niveau de diplôme. Il est temps pour moi d’être cohérente et d’arrêter de relayer ce type d’annonce, basé sur notre chair à canon2, à l’occasion d’une rentrée qui se déroule dans des conditions chaotiques. Il est nécessaire de refuser collectivement ce statut, d’arrêter face aux demandes de recommander des collègues compétent·es pour que ce système les broie, au détriment de leur santé mentale, physique et de leur vie personnelle : le jeu n’en vaut pas la chandelle, c’est la leçon que je tire de huit années à donner des vacations dans cinq établissements différents.

Au mieux on est invisible, au pire on se retrouve au milieu de tensions et de dysfonctionnements qui nous dépassent, pour une rémunération horaire entre 2 et 3 euros l’heure de travail réel quand on monte un nouveau cours. Si en parallèle, le ou la vacataire a « la chance » de toucher des indemnités chômage, qui lui permettent de payer son loyer à temps et de dédier régulièrement plusieurs heures pour faire face aux dysfonctionnements que son statut de vacataire crée dans le système de Pôle Emploi nécessairement à ses dépens. La différence pécuniaire est dérisoire, la perte de temps est abyssale, et la satisfaction que l’on y trouve alimente la dépression.

Crise de confiance institutionnelle et salle d’attente de l’ESR : ceci n’est pas une perspective « attractive » de carrière

Face à ces expériences, il n’est plus possible de faire confiance à l’institution universitaire, tellement ses dysfonctionnements rongent notre quotidien de galérien·nes. Pourtant Madame Frédérique Vidal et ses soutiens promeuvent une LPPR qui ne permet pas de remèdes face aux maladies institutionnelles qu’au contraire elle alimente : pas de réinvestissement massif dans les institutions à hauteur de 1% du PIB annuel malgré les préconisations internationales et pas de création significative de postes pérennes dans les établissements malgré les besoins et l’accroissement des effectifs d’étudiants. Au contraire, ils retirent à l’ESR son rôle de service public, en favorisant la marchandisation de l’enseignement et en le dérégulant, mais aussi en créant les conditions pour une véritable privatisation des connaissances au profil du privé financé par la recherche publique.

Il est temps de mettre définitivement fin au crédit impôt recherche, dont les fonds ne font pas l’objet de contrôle,selon la Cour des comptes, mesure d’optimisation fiscale, donc, qui n’a pas permis de créations d’emplois scientifiques de manière significative et se fait au profit principalement de grandes entreprises lucratives. Parallèlement à cet argent récupéré, il est temps de réinvestir massivement dans l’éducation, pour offrir des conditions d’enseignement digne pour tout, sans promouvoir l’endettement des étudiant·es au profit du système financier. Rattraper le retard de ces dernières années et tenir la promesse d’un investissement pérenne à hauteur de 1% du PIB annuel dans la recherche publique (pas sur des projets de recherche de court terme, sur des financements durables de laboratoires) appelé « objectif de Lisbonne », pourraient être un premier pas positif. Si les grandes entreprises veulent financer la recherche, leurs actionnaires n’ont qu’à réduire leurs gains et sortir des fonds des bulles spéculatives qu’ils s’appliquent à nourrir, au détriment du travail productif (de l’usine au laboratoire de recherche). Ce n’est pas l’État à financer avec des fonds publics ce type de recherche qui n’en a que le nom, quand les gains des PDG et des actionnaires des grandes entreprises sont majoritairement générés par l’investissement dans la sphère financière des bénéfices générés par les travailleurs et les travailleuses.

Une fois le plus haut diplôme international en poche, je ferai partie de ce groupe sélect les « docteur·es » si prestigieux dans d’autres pays, mais pas en France. La défiance du marché du travail (hors du secteur de la recherche) vis-à-vis des doctorats est importante3, la méconnaissance des compétences apportées par ce diplôme des DRH est sidérante. Je suis donc promise à une recherche d’emploi toujours plus difficile dans mon pays, où le taux de chômage des docteur·es est supérieur à celui des masters (auxquels nous donnons parfois cours !). Il me faudra sûrement de nouveau expliquer à mon père que j’ai fait « un vrai travail » ces huit dernières années, en matière d’enseignement et de recherche, qui aurait pu être rémunéré dignement si nos responsables politiques ne détruisaient pas les services publics. Et que si les choix politiques de nos dirigeant·es étaient tournés vers la préservation de l’intérêt général, j’aurai probablement un emploi qui me conviendrait, parce qu’il y a des besoins réels et que j’ai les compétences pour y répondre en réalisant un travail d’une grande qualité. Comme dans bien des familles, mes parents vivent un complet décalage générationnel et peinent à comprendre les enjeux auxquels fait face ma génération. Si j’ai encore du courage et de l’énergie — chose hautement improbable au vu de mon degré d’épuisement — je tenterai pendant un an de décrocher le contrat postdoctoral de mes rêves à l’étranger — d’une ou plusieurs années, pas un contrat bouche-trou de quelques mois— en vivant sur mon allocation chômage. Je n’aurai pas la patience et n’ai plus une croyance suffisante dans l’ESR pour vivoter précairement entre des postdoctorats courts, un statut d’autoentrepreneur cache-sexe pour donner encore des cours en tant que vacataire — payé donc sous le SMIC et avec trop peu de droits sociaux — dans des établissements aux quatre coins du pays, à ne pas avoir de vacances pour tenter de publier toujours plus et en montant toujours plus d’appels à projets qui majoritairement finiront à la poubelle pendant 7 ans ou plus (au vu du panorama qu’on nous annonce avec la LPPR)… Pour autant au vu de l’état de l’ESR en France, il est fortement probable que je le quitte pour aller voir ailleurs.

Soit j’irai à l’étranger pour de meilleures conditions de travail (paie, durée du contrat, conditions de travail, temps et moyens pour faire de la recherche…).

Soit que je changerai de secteur pour continuer à m’investir dans un secteur non lucratif, dans en montant avec d’autres une organisation collective, qui œuvre pour l’intérêt général dans le domaine de la formation ou dans un autre secteur, pour vivre avec une bonne qualité de vie et des revenus qui me permettent de vivre dignement4.

Si on le proposait un poste de maitresse de conférences dans l’université française, le Graal pour beaucoup de jeunes docteur·es, je pense que je refuserai après un temps de réflexion. Au vu des logiques destructrices devenues constitutives de l’ESR envers les étudiant·es et les doctorant·es, je ne souhaite pas être un rouage du tri social des étudiant·es dont les situations se dégradent, et je ne souhaiterai pas encadrer des thèses dans un tel environnement mortifère qui atteint la dignité des personnes précaires. De toute façon, je n’aurai probablement pas le temps de faire de la recherche, à part peut être sur mes vacances, ni n’en aurai les moyens financiers si je continue à travailler sur des terrains non occidentaux. Pourtant le travail de terrain, en contact avec d’autres personnes d’horizons différents, d’interrogations qui évoluent continuellement, d’épreuves et de moments de partage et de solidarité forts est un des aspects que je préfère dans ce métier. Je passerai aussi un temps considérable à remplir des documents administratifs, à participer à des réunions où se fait et se défait la discipline, au gré des réseaux et des établissements en compétitions, au gré des financements. Ainsi à cause des sous-dotations structurelles des laboratoires et de la compétition délirante des appels à projets de court terme, je serai condamnée à passer le peu de temps qu’il me reste à faire gratte-papier pour le montage d’appels à projets, et à finir par financer mes terrains sur mes deniers personnels et à les réaliser pendant mes vacances. À ce rythme-là, je signe pour être en surmenage continuel, comme le sont déjà mes collègues titulaires depuis 15 ans que je les connais. Je craquerai régulièrement, soit d’abord mentalement par des burn-out tous les x années, soit physiquement parce que mon corps me dira stop si ma tête n’arrive pas à le comprendre. Si je n’ai pas de « chance », mon accident vasculaire cérébrale surviendra quand je serai quarantenaire. Il est fort à parier que ce métier-passion, pourtant à un statut prétendument « privilégié », me broiera et que je me replierai sur moi-même, inapte à développer des relations seines et professionnelles avec mes collègues et à enseigner des connaissances et des compétences critiques pour armer mes étudiant·es adoré·es face au chao actuel et à venir. Les évolutions de statut et de paie, le cumul des fonctions ne compenseront pas ces logiques destructrices structurelles de cet ESR où l’heure sera à la débandade. Ce n’est pas la carrière professionnelle que je souhaite, ni à mes collègues, ni à personne.

Tant que le dialogue social sera un mot creux, que les inégalités s’accroitront, et que les manifestations seront systématiquement réprimées par des robocops racistes et virilistes qui nous insultent, nous humilient, nous brutalisent et nous étouffent, le panorama collectif ne fera que s’assombrir, plus violent pour tout.e.s. Les conditions actuelles de dialogue sont insuffisantes et dégradantes. Une fois la soutenance de ma thèse de doctorat passée, je me lèverai définitivement des bancs de l’université et j’irai voir ailleurs pour éviter de perdre mon temps, de gaspiller l’argent public issu des impôts de tout·es, et surtout d’abaisser mon intelligence scientifique et humaine face à leur discours creux, à leur manque de légitimité issu du désenchantement du monde produit par leurs politiques et à leur incompétence casse. Parce que je ne souhaite pas me tuer pour éduquer une jeunesse qu’ils ignorent, face à laquelle ils envoient déjà le seul rempart qui leur reste : l’usage de la force armée.

  1. Mes pensées vont à ce collègue titulaire ponte dans sa discipline qui m’a dit qu’il ne se mobilisait pas contre la LLPR car ça ne le concernait pas, contrairement aux vacataires ; me reprochant clairement ma mobilisation qui se limitait à une rétention de notes en milieu d’année. Ce monsieur, en dépit de sa position, semblait avoir une connaissance quasiment nulle de ce projet de loi, si je retiens l’interprétation la moins vexante de la situation. Les mobilisations des précaires ont peu d’impact mais déjà plus que ce que l’on pourrait croire !), pour autant il est difficile voire impossible pour eux de se mettre en grève. Par contre, les mobilisations qui vont au-delà des tribunes, communiqués et motions ont généralement davantage d’impacts, surtout quand elles viennent des corps intermédiaires d’une organisation. []
  2. Nombre de collègues vacataires ne vont pas chez le médecin parce qu’ils n’ont pas de revenus suffisants, pas d’assurance maladie, et que le statut n’ouvre doit à aucun congé maladie. De ce fait, embaucher des vacataires dans ce contexte, souvent sans contrat de travail une bonne partie de l’année, au gré de la réactivité des DRH, pour faire tourner les formations — je pense notamment aux licences où les effectifs sont chargés — c’est mettre en danger des collègues en situation précaire, dans une situation où ils sont déjà exploité·es. []
  3. Je ne fais pas ici référence au cas des sciences expérimentales qui sont courtisées par les laboratoires pharmaceutiques et les grandes entreprises dans certains secteurs, dont les débouchés disciplinaires sont contrastés, selon l’intérêt porté à l’objet de recherche par le secteur privé lucratif. []
  4. Avoir des enfants si l’état du monde m’y donne envie (ce n’est pas gagné), récolter des revenus de mon travail qui me permettent de vivre normalement au quotidien, avoir quelques semaines de vacances par an, avoir un dessous de matelas en cas de coup dur, être propriétaire de l’endroit où je vivrais à 50 ans, envisager une retraite avant 80 ans (est-ce que ça existera encore à ce moment-là ?) sans léguer de dettes à mes enfants. []

1 réflexion sur « La chute de l’Université »

  1. Bonjour & merci pour ce témoignage dans lequel beaucoup d’entre nous doivent se retrouver.

    Perso,
    – ayant soutenu ma thèse en sciences sociales en 2019 (le jury l’a beaucoup apprécié, mais la suppression des mentions oblige à lire le rapport du jury de 20 pages pr le savoir, sans compter que – par professionnalisme & vocation – le rapport inclut aussi des critiques (histoire de…)),
    – avec une petite poignée d’offres de post-doc cette année (au demeurant, moyennement intéressantes, et souvent politiquement orientées afin de faire avaler au public les politiques menées),
    -et vu les conditions de travail actuelles (tous les moyens de production, du bureau aux livres, étant fournis par moi-même, malgré mon rattachement de droit à un labo),

    j’ai également pris la décision de prendre la tangente.

    Le fait, d’ailleurs, de voir nombre d’articles médiocres, répétitifs voire carrément scandaleux publiés par des titulaires embarqués dans le « publish & perish », jeu dans lequel je suis incapable d’entrer, participe de cette décision.

    Je n’abandonne pas la recherche – après de longues années à en faire, cela devient un habitus dont on peut difficile se défaire – mais (sauf miracle) j’abandonne l’institution de la recherche (voice, loyalty, EXIT) ; et ma recherche se mènera parallèlement avec d’autres projets, privés mais à visée d’intérêt général, qui me permettront à la fois de vivre mieux et de donner un sens à mon travail. Bref, la recherche hors-les-murs, sans devoir dépendre d’appels à projets et sans devoir attendre que l’Université & la recherche affirment, haut et fort, face au COVID, qu’il s’agit d’une activité essentielle à la nation, et qu’on ne fait pas du bon travail en virtuel.

    Bienvenue dans le monde des Zadistes de la recherche & des gens du voyage Bac+8 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.