Meurtre à la fac – une enquête du lieutenant Collenduo

L’inspecteur : Pardon, madame…
Elle : Qui êtes-vous ? Et qui vous a permis d’entrer chez moi de cette façon ?
L’inspecteur : Vous êtes bien madame Frédérique ?
Elle : Cela ne vous regarde pas… Et veuillez sortir immédiatement… Vous allez salir mes tapis en peaux d’ATER.
L’inspecteur : Oui, pardon, madame… Vous avez raison, madame… Il faut que je me présente… Lieutenant Collenduo de la police française… Ah mais je vous rassure… Pas de celle qui vous attaque au LBD… On n’a jamais voulu m’en donner un. Moi j’ai juste un 3,825.
Elle : Mais c’est quoi un 3,825 ?
L’inspecteur : Un 7,65 coupé par la moitié en raison des baisses de budget… Il parait qu’à la police criminelle, on n’a pas besoin d’armes pour attraper les criminels. Tandis que la police de rue en a besoin pour attraper les désarmés…
Elle : Mais enfin, inspecteur, que me voulez-vous ? J’allais justement sortir pour aller au gala caritatif au profit des startups éducatives désoeuvrées…
L’inspecteur : Je promets de ne pas vous déranger trop longtemps, madame…
Elle : Tant mieux…
L’inspecteur : Mais je me dis, madame, que si vous sortez ainsi pour un gala, c’est que vous ne connaissez pas la terrible nouvelle.
Elle : La nouvelle ?… Quelle nouvelle ?…
L’inspecteur : L’université française… Assassinée…
Elle : Assassinée ?…
L’inspecteur : Oui, madame… Je sais, ça fait un choc… Surtout quand ça arrive comme ça… Un dimanche alors que la France a la tête tournée vers l’arrivée du Tour de France… Comme une privatisation des routes nationales un 14 août. Dans l’indifférence quoi…

Diables, (c) Ajuntament Sant Sadurní d’Anoia, 2019

Elle : Mais a-t-on trouvé qui a commis ce geste affreux et que personnellement je réprouve avec la plus vive indignation ?
L’inspecteur : Hélas non, madame… Le meurtrier… ou la meurtrière… a agi avec beaucoup de méthode et de sang-froid. Personne n’a rien vu venir.
Elle : C’est terrible… Merci, inspecteur de vous être déplacé pour m’annoncer avec tact cette nouvelle atroce.
L’inspecteur : C’est mon travail, madame… Et comme il y aura toujours des nouvelles comme ça à annoncer, je ne risque pas de rester sans travail, moi.
Elle : Mais pourquoi dîtes-vous ça ?
L’inspecteur : Pardonnez-moi, madame, mais vous la connaissiez cette université française ? Et elle travaillait comme qui dirait pour vous ?
Elle : Je la connaissais un peu… Comme ci, comme ça…
L’inspecteur : On a trouvé dans nos ordinateurs Amstrad 6128 de la criminelle que vous aviez eu des relations avec elle il y a quelques années du côté de Nice…
Elle : Rien de sérieux… Et d’ailleurs, vous voyez, je l’avais déjà oublié.
L’inspecteur : Vous l’aviez revue récemment ?
Elle : Qui ça ?
L’inspecteur : L’université française…
Elle : Parfois… Mais toujours rapidement… J’ai aujourd’hui plus de relations avec des chercheurs étrangers ayant au moins deux ou trois prix Nobel.
L’inspecteur : Ah oui, je vois… C’est important, ça… Il faudrait que je le note… Et évidemment, je n’ai pas de carnet. Vous n’auriez pas un bout de papier ? Et un stylo ?
Elle : Vous travaillez sans vos outils de travail ?
L’inspecteur : C’est, voyez-vous, qu’à force de les payer moi-même, j’ai décidé de ne pas dépenser plus d’un carnet par mois… Et là j’ai déjà terminé celui de septembre…
Elle : Et le stylo ?
L’inspecteur : Je l’ai cassé en cherchant à débloquer mon clavier d’ordinateur.
Elle : Vous êtes donc maladroit en plus d’être sot…
L’inspecteur : Ce doit être ça, madame… Je connais des collègues qui sont encore plus bêtes que moi et qui attendent toujours qu’on leur paye leurs heures supplémentaires de 2012.
Elle : Si vous êtes venu ici pour seulement vous plaindre…
L’inspecteur : Non, vous avez raison, madame. N’en parlons plus… Je vais noter ça à l’ancienne. Dans ma mémoire. Faut juste espérer que je ne mélange pas avec la liste des courses parce que ma femme…
Elle : Quoi votre femme ?!
L’inspecteur : Eh bien, elle dit que ça va reconfiner tellement le gouvernement s’y prend comme un pied avec ce satané virus et que je dois ramener trois paquets de papier toilette et des chips ce soir.
Elle : Vous vous égarez…
L’inspecteur : Ah ça oui… On a reçu notre premier GPS au commissariat la semaine dernière…
Elle : Je veux dire, vous me faites perdre mon temps. J’allais sortir, je vous le rappelle…
L’inspecteur : C’est vrai, je ne vais pas vous retarder davantage.
Elle : J’espère bien.
L’inspecteur : Donc, noter entre le PQ et les chips que madame n’a pas revu vraiment l’université française depuis des mois… Mais j’y pense, vous ne m’avez pas demandé comment elle était morte.
Elle : Quelle importance . C’est bien triste quel que soit le mode opératoire.
L’inspecteur : Mais là, c’est horrible… On l’a laissée crever à petit feu. Un crime lent… C’est épouvantable non ?
Elle : Sans doute… Sans doute…
L’inspecteur : Et on l’a terminée de manière violente à coups de PLPR…
Elle : PLPR ? Qu’est-ce que ça ?…
L’inspecteur : Justement, je pensais que vous pourriez m’expliquer vu que c’est dans votre domaine et pas dans le mien… Vous savez, moi l’université je n’y suis entré qu’une fois pour constater un bris de glace à la fraise au self. Je n’ai jamais eu le niveau.
Elle : PLPR… C’est une loi…
L’inspecteur : Une loi ?… Ah mais quand le légiste m’a dit que l’arme du crime était un PLPR, j’ai pensé que c’était un objet contondant… Genre un cendrier ou une boulle de billard. Un truc habituel quoi… Mais une loi ?!…
Elle : Que voulez-vous que je vous dise ?!… C’est une loi, c’est une loi… On ne va pas encore changer le nom pour vous faire plaisir.
L’inspecteur : Mais ça veut dire quoi alors ?
Elle : Je vous dirais bien de chercher dans le journal mais généralement on n’en parle pas.
L’inspecteur : Ah, c’est une arme secrète ?!…
Elle : En quelque sorte…
L’inspecteur : Et comment faites-vous pour connaître ainsi de telles armes secrètes ?
Elle : Puisque vous me poussez à vous répondre… Je les fabrique…
L’inspecteur : Vous les fabriquez ?…
Elle : Attention… Cela ne veut pas dire que je les utilise, hein ?… Personne n’accable Dassault quand des missiles français tuent au Yémen…
L’inspecteur : Je suis capable de saisir la nuance, madame.
Elle : Bien. Donc c’est un Projet de Loi de Programmation de la Recherche.
L’inspecteur : Et comment est-ce que ça marche ?
Elle : Qu’est-ce que j’en sais, moi ?! Ce sont mes ingénieurs qui mettent ça au point… Vous n’allez pas demander au PDG de la SNCF de conduire un TGV… Chacun son boulot !
L’inspecteur : Vous avez raison…
Elle : Evidemment… Bien, si vous le permettez, il faut que j’y aille.
L’inspecteur : Mais bien sûr, madame… Si vous permettez, j’aurais quand même une dernière question. C’est pour mon chef, vous savez. Il est strict et en plus il connait la bouteille de vodka de Castaner.
Elle : Une question… D’accord… Mais faites vite ?
L’inspecteur : Avant de mourir, l’université a eu le temps d’écrire sur un mur…. Vidal m’a truer… Cela vous dit quelque chose ?
Elle : Cela ne veut rien dire.
L’inspecteur : C’est ce que je me suis dit aussi…
Elle : En plus, il y a au moins deux fautes d’orthographe.
L’inspecteur : Pour l’orthographe, je ne peux rien vous dire. J’ai triplé mon CE1 à cause de ça… C’est pour ça que j’use très vite mon carnet. Je rature tout le temps les fautes et je réécrie.
Elle : Regardez ! C’est pas truer, c’est tuer… Et en plus c’est un infinitif au lieu d’un participe passé… J’ai toujours dit qu’il fallait interdire les étrangers à l’université pour éviter leur écriture déplorable.
L’inspecteur : Ah oui, vous avez raison…
Elle : Je pense bien…
L’inspecteur : C’est ce que dit toujours ma femme, tu es tellement bête que sans les gens instruits tu serais encore plus con.
Elle : Je pense qu’elle a bien raison.
L’inspecteur : Bref, si tout le monde a raison, je n’ai plus de raison de rester.
Elle : C’est exact.
L’inspecteur : Attendez, j’ai retrouvé mon carnet et je sais que j’ai écrit quelque chose d’important… Pizzas surgelées… Non, ça c’est encore les courses avant le confinement… Ah oui… Figurez-vous que ça c’est drôle…
Elle : Quoi ?
L’inspecteur : Le Vidal, je pensais que c’était le dictionnaire qu’ont les médecins et qu’ils consultent avant de faire une pause au logis… Mais non, Vidal, c’est aussi votre nom… Je l’avais marqué là. Regardez comme c’est bête, j’avais raturé dessus.
Elle : Il y a des tas de personnes qui s’appellent Vidal… Et même des gens très bien et au-dessus de tous soupçons…
L’inspecteur : Ah mais je ne vous suspecte pas du tout, madame… Ce sera pour le deuxième épisode, ça…
Elle : Parce que vous allez revenir ?
L’inspecteur : Je reviens toujours… Il y a toujours des petits trucs qui me chiffonnent et après je ne dors pas et après je suis en arrêt-maladie et après la Sécurité Sociale est en déficit et on veut la supprimer. Donc…
Elle : Donc ?
L’inspecteur : Je vais vous poser une autre question avant que ça me chiffonne trop fort. Votre PLPR, vous en avez vendu récemment ? Parce que je suppose que ça se vend encore moins bien que le Rafale…
Elle : C’est plutôt difficile en ce moment. la crise sanitaire tout ça…
L’inspecteur : Ben oui, je comprends… Si l’université française avait été tuée par le virus, ça aurait quand même été plus discret et la police n’aurait peut-être rien vu.
Elle : Tout ce que je sais, c’est que nous avons dû demander au gouvernement une rallonge pour pouvoir tenir financièrement.
L’inspecteur : Pour sauver la PLPR ?
Elle : Oui… Sans cela, elle aurait pu ne plus être assez efficace.
L’inspecteur : Je vois.
Elle : Nous cherchons à travailler avec des collaborateurs de haut rang, je vous l’ai déjà dit. On ne les attire pas avec des clopinettes. Il faut que chacun est Saclay pour entrer chez nous.
L’inspecteur : De la concurrence donc ?
Elle : Il en faut. C’est le moteur, l’aphrodisiaque des premiers de cordée.
L’inspecteur : Donc, votre PLPR, on peut imaginer qu’un ambitieux s’en soit servi pour éliminer la concurrence de l’université française.
Elle : C’est bien vu, ça, inspecteur.
L’inspecteur : Oui… Mais non… Parce que si on avait voulu éliminer l’université française avec le virus, on l’aurait tassée dans un endroit mal aéré, surpeuplé et sans assez de sièges pour tout le monde. Or, ça n’existe pas ça, hein ?
Elle : Cela n’existe pas… La rentrée de l’université française s’est faite dans des conditions idéales car nous étions prêts.
L’inspecteur : Eh bien voilà, je crois que ça termine mon enquête. Je vais pouvoir transmettre le dossier à mon chef en lui disant qu’il faut se…
Elle : Se quoi, lieutenant ?…
L’inspecteur : Se concentrer sur les rivaux de l’université française qui aurait eu intérêt à sa disparition surtout dans une période difficile liée à la crise sanitaire. Cela ne doit pas être très difficile à trouver ces suspects. Merci madame.
Elle : C’était un plaisir, lieutenant…
L’inspecteur : Ah, au fait, j’ai oublié… Une formalité pour le rapport… Vous avez un alibi pour le moment du crime ?
Elle : Je ne sais pas… C’était quand ?
L’inspecteur : Depuis juin 2017… Au moins… Le légiste n’est pas très sûr.
Elle : Alors oui, j’ai un alibi. Un alibi inattaquable… J’étais avec mon ami Jean-Michel sur la route du Tour de France.
L’inspecteur : Jean-Michel ?… Vous voulez dire Jean-Michel de la société Platane Band?
Elle : Vous le connaissez ?
L’inspecteur : Un peu. C’est le suspect dans l’affaire des meurtres de la rue du Bac. Trois meurtres en séries. J’étais sur le point de l’arrêter avant le confinement… mais il a fermé les écoles et je n’ai plus rien pu faire.
Elle : Et qu’en concluez-vous ?
L’inspecteur : Que vous ne devez pas avoir la conscience tranquille dans cette affaire du meurtre de l’université française. J’ai des indices contre vous mais pas de preuves suffisantes. Ah si vous vous étiez amusée à mentir sous serment, ce ne serait pas pareil !
Elle : Je suis libre ?
L’inspecteur : Vous croyez que je vais pouvoir vous arrêter avec mon 7,65 coupé par la moitié ? Non, cette affaire-là, c’est trop gros pour moi. Je n’ai pas les épaules même si j’ai oublié d’enlever le cintre en enfilant mon imperméable ce matin.
Elle : Vous ne m’aurez jamais…
L’inspecteur : A votre place, je me méfierais et je me débrouillerais pour faire disparaître ce PLPR au plus vite avant que d’autres limiers se mettent à votre recherche. Moi je vais laisser l’affaire à mon supérieur, le commissaire Mérgret…
Elle : J’ai déjà peur…
L’inspecteur : Ne croyez pas que vous vous en êtes tirée. Le commissaire Mérgret c’est lui qui a mis en taule toute la bande à Basile et qui a coffré Alain Barrière pour mauvais gestes. C’est un dur.
Elle : Je ne crains rien. Il n’est aucune opposition que je n’enterre.
L’inspecteur : Conne !
Elle : Bandit ! Je saurais m’en souvenir.
L’inspecteur : Ah oui… Une dernière chose… L’université française n’est pas encore tout à fait morte. Elle est fatiguée mais elle sait où vous trouver. Et si elle vous trouve, j’espère que vous avez le Vidal à la maison…

https://twitter.com/Gjpvernant/status/1308130638885781504?s=20


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.