Antoine écrit à sa députée

Quelque part en France, dimanche 20 septembre 2020

À l’attention de Madame Stéphanie Atger,
députée de la 6e circonscription de l’Essonne

Madame la députée,

Mathématicien, professeur à l’université de Paris, vivant dans votre circonscription, j’écris ce courrier ce soir pour vous faire part de mon immense inquiétude devant la loi de programmation de la recherche qui va être étudiée à l’Assemblée nationale dès demain.

Les trois rapports préparatoires à cette loi ont été publiés il y a tout juste un an. Financement, attractivité, recherche partenariale, sur ces trois thèmes, le dessin qu’il font de la recherche française est aux antipodes des besoins du monde académique, parce qu’ils le regardent du mauvais côté de la lunette, c’est-à-dire le score d’une compétition internationale.

Durant l’automne et l’hiver 2019-2020, la communauté académique s’est émue de ces projets, parfois bruyamment : manifestations, bien sûr, mais aussi sociétés savantes, comité national de la recherche scientifique, jusqu’au Conseil économique, social et environnemental qui, dans son avis du 26 juin 2020, a même posé la question : « peut-on soigner un système avec les outils qui l’ont rendu malade ? »

Hélas, les instances qui administrent la recherche ont refusé d’y prêter oreille : Antoine Petit, président du CNRS, a ironisé sur son mauvais mot de « darwinien » (mauvais, car à la fois inapproprié et faisant un contresens
sur la théorie de l’évolution) ; Frédérique Vidal, ministre de la recherche, a prétendu que cette loi n’existait pas encore ; Thierry Coulhon, conseiller du président de la République, y développait la même vision devant le Haut comité à l’évaluation de la recherche qu’il désirait présider…

En matière de financement, cette loi donne la priorité à la recherche sur projet, par un financement accru de l’Agence nationale de la recherche (ANR), alors que la communauté réclame un plus grand soutien de base des laboratoires. Le virologue Bruno Canard a par exemple eu l’occasion d’expliquer comment ses travaux précurseurs sur les virus à ARN
(dont font partie les coronavirus) se sont vu refuser des financements ANR dans les années 2015-2020, quand ce thème n’était plus à la mode…

Selon cette loi ensuite, l’attractivité de la recherche française semble d’abord
être une question de recrutement de stars venues de l’étranger. L’expérience unanime, c’est pourtant qu’il n’y a pas de problème de recrutement à l’université française.

En mathématiques, c’est au moins une centaine de candidats qui se pressent pour un poste de maître de conférences. Par contre, les universités croulent sous les heures complémentaires que doivent assurer des enseignants-chercheurs s’ils ne veulent pas voir des formations fermer ; ce sont aussi d’innombrables vacataires au statut précaire, payés souvent plus d’un an après les cours qu’ils ont assuré.

Autrement dit, si problème de recrutement nous avons, c’est de ne pouvoir recruter, faute de postes et de financements, les talents nécessaires à l’avancement des recherches et à l’enseignement de nos disciplines.
Faut-il vous rappeler, d’ailleurs, l’état de sous-investissement immobilier, et la stagnation du nombre d’enseignants-chercheurs alors que cette année, 60 000 nouveaux étudiants arrivent à l’université.

(Avec ironie, nous avons l’habitude de regretter que le classement de Shanghai ne prenne pas en compte le taux de toilettes par étudiant.)
Faut-il vous rappeler également le faible niveau des salaires des enseignant-chercheurs en France, problème d’ailleurs aggravé par le gel du point d’indice et qu’une revalorisation de primes ne pourra pas régler.

Mon expérience de chercheur me conduit à contester également la présentation qui est faite des chaires junior. On voit en Allemagne comment une dizaine d’années de ce régime conduira à des publications court-termistes dont l’impact, à visée essentiellement bibliométrique, nuit en fait à la recherche scientifique, sans pour autant offrir à leurs auteurs, dans un contexte de contraction de l’emploi pérenne,  des carrières dignes de leurs efforts.

Il est vrai que la recherche doit aussi, in fine, se traduire en applications industrielles, et c’est le rôle spécifique de la recherche privée qui, en France, est classiquement insuffisante. En principe, le crédit impôt recherche pourrait permettre un soutien public à la recherche privée. Pourtant, les études de la Cour des comptes ou de France stratégie le démontrent : ce crédit impôt recherche — plusieurs milliards d’euros, un montant supérieur au budget de l’ANR ! — est souvent détourné par des grandes entreprises sans qu’aucune recherche ne soit véritablement mise en œuvre.

Pas plus que des éléments de langage ne font une politique, cette loi n’apportera à la recherche publique française aucune des solutions dont elle a besoin pour répondre au défi de la connaissance scientifique.

En commission, les amendements ont quasi-systématiquement été évacués sans discussion lorsqu’ils n’émanaient pas du groupe majoritaire. Même lorsqu’il s’agissait d’amendements d’apparence aussi consensuelle que les n° 321 et 325 qui visaient à renforcer l’égalité femmes-hommes dans le monde académique.

Dans ce contexte, madame la députée, je pourrais espérer que vous refuserez de voter ce texte, mais ce serait probablement vain.

Je vous supplie néanmoins de porter la plus grande attention aux remarques qui seront faites concernant cette loi, quand bien même elles seront issues de l’opposition gouvernementale.

Je vous supplie, par exemple, de voter l’amendement important,  déposé par le groupe Socialiste, qui vise à garantir la transparence de la nomination du président du Haut conseil à l’évaluation de l’enseignement supérieur et la recherche.

Je vous supplie aussi de voter contre les deux amendements n° 521 et 522, proposés par les rapporteurs, qui diminueront la représentation des chercheurs et enseignants-chercheurs dans ce Haut conseil.

Je vous supplie également d’œuvrer à la plus grande limitation possible de l’usage des chaires junior, en particulier en votant contre les amendements n° 391 et 533 proposés par les rapporteurs.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Madame la députée, l’expression de mes salutations respectueuses,

Antoine Chambert-Loir

Mathématicien
Professeur à l’université de Paris.

Machine à écrire


2 réflexions sur « Antoine écrit à sa députée »

  1. Il peut être intéressant de vois ce que répondent les députés à nos interpellations. Voici ce que répond l’assistante parlementaire du mien à qui j’ai écrit:

    Le député vous remercie pour cette prise de contact ; il partage votre constat concernant le décrochage de la recherche française et souhaite bien sûr que ce texte de loi puisse y remédier de la meilleure façon possible.

    Je souhaitais revenir sur plusieurs points que vous mentionnez. Vous parlez d’un accroissement des dépenses qui concerne surtout les prochaines mandatures : pourtant, il est prévu que dès l’année prochaine, plus aucun chargé de recherche ou maître de conférences nouvellement recruté ne soit rémunéré en dessous de deux SMIC. Par ailleurs le projet de loi de finances pour 2021 intégrera 400 millions d’euros de financements additionnels -sur le présent quinquennat, c’est 1,2 milliard d’euros supplémentaire qui sera consacré à la recherche-.
    Concernant la création de chaires de professeur junior, ce dispositif sera très encadré et vise les grands talents, avec un objectif maximum de 1500 recrutements sur 10 ans. Pour chaque poste junior mis en place, un poste de titulaire est également créé.
    Concernant le CDI de mission scientifique, il vient notamment répondre aux difficultés sociales connues par les contractuels de l’enseignement supérieur et de la recherche qui voient leurs contrats s’interrompre au bout de 5 ans.
    J’entends votre demande d’une ouverture de plus de postes au concours ; cependant les outils créés par cette loi viennent s’ajouter aux voies existantes pour répondre à des situations qui sont particulières, dans le but de réduire la précarité.
    Si vous souhaitez nous apporter des éléments supplémentaires qui vous amènent à condamner de façon aussi définitive cette loi, n’hésitez pas.

    Bien à vous,

    Céleste DURIEZ
    Collaboratrice parlementaire de Thierry Michels
    Député de la 1ère circonscription du Bas-Rhin

    • As-tu besoin d’un argumentaire ? Parce que les éléments de langage de FV, ce serait bien que les député-es les confrontre à l’expérience très réelle du travail à l’Université.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.