Réalité et emprise à l’Université. Newsletter du 7 au 14 septembre 2020

L’actualité de la semaine s’annonçait hautement politique, avec l’avis de la Commission des finances et l’audition de la Ministre. Alors que s’ouvre de ce 14 septembre quatre jours de débat sur les amendements devant la Commission des affaires culturelles avant le passage en hémicycle la semaine prochaine et la préparation d’une journée de mobilisation nationale le 17 septembre, la semaine passée a rappelé la réalité et ses rapports de domination au cœur des discussions de la communauté universitaire.

*
*   *

Plusieurs interventions de syndicats ou de collectifs nous ont confié l’analyse faite en audition de la Commission aux affaires culturelles ou auprès de ses membres – Sud éducation et Sud Recherche EPST, Confédération des Jeunes Chercheurs, Facs et labos en lutte – avec une belle unanimité. Pierre-Alain Raphan, rapporteur-adjoint, a quant à lui choisi de rencontrer une jeune maîtresse de conférences qui lui a relaté son expérience et exposé les dangers de la #LPPR ; tandis que le groupe La France insoumise poursuivait et filmait ses auditions en marge des auditions en plénière. Nous espérons que ces prises de contact, sans le filtre orwellien de l’administration de la recherche, contribueront à nourrir la séance en hémicycle qui débutera le 21 septembre.

Nous sommes revenu·es sur l’audition de la présidente de la CP-CNU, le 27 août dernier. Sylvie Bauer nous a rappelé – à l’occasion de la parution au Journal officiel de dispositions touchant le Conseil national des universités qui n’en avait pas été informé – de la désinvolture du Ministère comme des attaques répétées vis-à-vis de l’instance nationale. À ses yeux, le CNU qui fonctionne avec peu de moyens, compte tenu de la charge de travail qui est la sienne, se trouve menacé, menaçant par la même occasion les libertés académiques. Elle a fait entendre, dans une tribune publiée en février, que « garantir le bon fonctionnement du CNU est une garantie d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité des décisions et des libertés universitaires ». Mieux connaître le CNU, lui donner les moyens d’accomplir sereinement ses missions, ne pas chercher à recruter hors CNU, comme le rapporteur-adjoint Berta avait proposé de le faire : telles sont les inquiétudes et les recommandations que Sylvie Bauer a portées devant la Commission des Affaires culturelles.

Le mercredi, la Commission des finances a examiné les amendements proposés, ne retenant que ceux portés par le parti majoritaire, voire par son rapporteur (sic). Pourtant l’opposition y a fait entendre le caractère très critiquable du projet de loi : étude d’impact ignominieuse, durée et trajectoire incompréhensibles. L’essentiel du pouvoir d’amendement revient, avant l’examen en séance, à la Commission des Affaires culturelles, la procédure exigeant que les amendements soient déposés la veille avant 17h.

https://www.flickr.com/photos/virtualwayfarer/46842369682/in/photolist-2enioxu-rokWkr-24J1X5c-WyqEJL-q9rNSU-J9zpNL-R33TAp-HYtop3-XooYfK-JYZ4M4-J1LTjR-RCQbMv-SCUTCw-HFQjP9-K6Uyp6-K3Tkxq-Jat3qw-t12QAF-HchBiy-saFqhB-2echEGe-2d8nWpm-Cjsrsa-KkKY1x-JWpaRu-LsRctv-s7eTtg-TjbN3P-UR6eWo-ShJDhf-RA7WVN-Hcp9x4-xzmArm-25BADM3-PQDJYj-26P8h1n-BKV7iB-JE6jZu-G24wpP-K3VYfu-HYtcYU-XwDcZ9-Cjmgi4-Hcpcyp-PaHyGt-TL44F5-2b6dusK-XMzghc-Ch5FcG-BKU1Ke

The end of days, by Alex Berger, 2018

Jeudi, c’est devant la même Commission que Frédérique Vidal est venue soutenir son projet de loi. Fidèle à elle-même, dans un discours à la fois soporifique, approximatif, verbeux, la Ministre a achevé la rupture déjà bien engagée, connue des partis et des médias. Confronté∙es à une rentrée hors normes non préparée par le Ministère, subissant au quotidien les résultats de l’effondrement du taux d’encadrement étudiant, nous avons désormais décidé de ne plus chroniquer les discours de notre administration de tutelle pour qui les critiques de la LPPR – soit la communauté universitaire dans son ensemble – devraient « remettre la réalité au cœur de nos discussions ». C’est donc ce que nous continuerons à faire désormais : sans plus se soucier de la communication gouvernementale, ne parler que de la seule réalité.

La réalité, en cette fin de semaine, fut brutale, sordide, cruellement politique, immensément triste. Camille Zimmermann a en effet décidé de faire connaître publiquement qu’elle arrêtait sa thèse, après avoir appris la mort d’une de ses collègues doctorantes. Cette dernière, comme Camille, aurait souffert de l’emprise et du harcèlement moral de leur directeur de thèse. L’absence de communication publique de l’Université de Lorraine ne laissant pas de surprendre, Academia a mené l’enquête : par une lecture minutieuse de la lettre du président Pierre Mutzenhardt adressé le lendemain, Christelle Rabier éclaire les ressorts de l’omerta qui règne vis-à-vis de violences faites aux femmes et aux étudiant∙es des universitaires.

Quitte à ce que la Loi de programmation de la recherche remette de la réalité au cœur de nos discussions, nous espérons que le principe constitutionnel d’égalité et de la lutte contre les discriminations (genre, race, classe), avec le problème des libertés académiques et de l’intégrité scientifique, deviennent dans les jours à venir une préoccupation majeure du législateur.

La fabrique de la loi

#6 La parole syndicale (1) : déclaration de SUD éducation et SUD Recherche EPST, 7 septembre 2020

#7 Amender la loi (2) : sur le pouvoir d’amendement du Parlement et du gouvernement, 8 septembre 2020

#8 La CP-CNU dénonce le projet de loi en Commission des affaires culturelles, 10 septembre 2020

#9 Un député prend un café chez Valentine, 10 septembre 2020

#10 La Commission des finances adopte les seuls amendements LREM, 11 septembre 2020

#11 « Remettre la réalité au cœur de vos discussions » : Frédérique Vidal à la Commission des Affaires culturelles, 11 septembre 2020

#12 Auditionner à côté : le groupe La France insoumise, 11 septembre 2020

#12bis Le dramatique décrochage de l’encadrement universitaire, par Julien Gossa, 12 septembre 2020

#13 La Confédération des Jeunes Chercheurs donne sa lecture du projet de loi, 13 septembre 2020

#14 Travail d’archives : la seconde vie du recrutement hors CNU, 13 septembre 2020

Nous sommes l’ESR

Emprise : Camille Zimmermann arrête sa thèse à l’Université de Lorraine, 10 septembre 2020

Omerta mode d’emploi, 11 septembre 2020

Vandaliser ? Le bureau de Pablo vidalisé, 12 septembre 2020

Vie des Universités et des EPST

Le Conseil national des universités, garant des libertés académiques, par Sylvie Bauer, 8 septembre 2020

Motion de la section 19 (sociologie, démographie) du CNU au sujet de la LPPR, votée à l’unanimité, 11 septembre 2020

Expression syndicale

Classement de Shanghaï : instrument de justification du démantèlement de notre service public d’Enseignement supérieur et de Recherche, Communiqué de la CGT Ferc Sup, 31 août 2020

Le 21 septembre, dénoncer la LPPR devant l’Assemblée nationale !, appel intersyndical, 9 septembre 2020

From Rue Descartes

Rubrique non renseignée, faute de politique ESR digne de ce nom.

Revue de presse

Deux salles, une ambiance : l’enseignement supérieur sur France Inter, 9 septembre 2020

La LPPR à la Fête de l’Humanité, 12 septembre 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.