Le dramatique décrochage de l’encadrement universitaire

Julien Gossa, arpenteur infatigable avec Guillaume Miquelard, des données publiques sur l’enseignement supérieur, propose une traduction graphique des relations entre encadrant·es et enseignant·es.

Julien Gossa poursuit:

On peut donc mesurer le nombre de recrutements qu’il faudrait faire chaque année pour retrouver le taux d’encadrement de 2012, et c’est 5667 en 2018, donc plus que ce que promet la #LPPR pour 2030. Depuis 2018, la situation s’est aggravée. Et les effectifs étudiants vont continuer à monter dans les prochaines années. La #LPPR va non seulement rester à la traîne, mais de beaucoup !

 

Pire, dans les 5200 postes prévus par la #LPPR sont comptées les chaire de professeurjunior (CPJ), dont le service d’enseignement sera (beaucoup) moindre. Du niveau des missions d’enseignement. On peut donc affirmer que la #LPPR est très très loin du compte en matière de postes.

Que pourrait-on faire à budget constant ? Les CPJ coutent 3x plus cher que MCF. Y renoncer permettrait, pour le même budget, de porter à 10 000 le nombre de recrutements. Ouverts immédiatement, ils permettraient de retrouver les taux d’encadrement qu’on avait y a ~20 ans.

Espérons que la Commission des Affaires culturelles va prendre très au sérieux la menace actuelle que fait peser sur la qualité de l’enseignement l’effondrement du taux d’encadrement dans les universités


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.