L’évaluateur évalué (6). Ne pas publier : qui ? pour quelles raisons ?

L’évaluation quantitative promue par le HCÉRES et de plus en plus nombreux jurys de recrutements et organismes de recherche, repose sur l’idée que les meilleur(e)s sont ceux qui publient beaucoup et dans de « bonnes» revues1. Pour tester la qualité de cet indicateur, il est indispensable de répondre à la question en suspens : qui ne publie pas ou plus, et pourquoi.
C’est à ce problème de sociologie des sciences que c’est attelé Louis Gabrysiak, dans le dernier numéro de la revue Zilsel.
« Publish or What? Identité professionnelle et position dans le champ universitaire français d’enseignants-chercheurs peu ou pas publiants », en accès libre pour une dizaine de jours, a mené une enquête auprès d’une quarantaine d’enseignant·es-chercheur·ses hommes et femmes d’une université non parisienne, décrite comme « 1 des 10 premières en nombre d’étudiant-es ».  Parmi elleux, l’auteur repère un douzaine de personnes peu publiantes et en dessine le profil : pour l’essentiel, des hommes et des femmes aux origines sociales plus modestes, dominé·es selon des critères de classe et de race, qui ont mis leur carrière au service du couple – plus précisément du mari. Considérant qu’ils ou elles ne pouvaient pas être promus (localement)  ils ou elles se sont investis sur d’autres activités (enseignement, associatif, famille, etc.). Le faible nombre de publications permet ainsi de repérer les dominations sociales internes et externes à l’université, qui, selon le Code de l’édudcation (article L 123-2), en ses points 3 et 3 bis pour mission de lutter contre les discriminations et construire une société inclusive2.
https://www.flickr.com/photos/stanzim/36660477435/in/photolist-XRywHa-9Frsog-quo1dr-FuWyHL-rEJq34-5JBBWa-LFyZSC-azhEon-HiN1qg-uaC4vA-uqNZd-2TW42y-woUp1W-22mmFSf-zkRRHc-ELTCkD-XKsp6S-zAMbLL-be9np2-74vpt-cJg4gS-9qFzJx-6jRLH5-hJU6bS-5De4EU-hBt2TR-g98JKJ-913rMY-FSdXnk-7285tr-3bg5d3-9YF3Su-76R81j-TvRjqF-Sk4M-dJjnGQ-3kwkNA-5x5B5n-79wjmo-JkKYbs-4VwXHd-a8g3Ne-JmXVVX-aVA4Sr-tYFK-rnSaAR-5DLmFe-2v5E9-aCEZcg-CqaaP

Spring trees, by Stanley Zimmy, 2015

Les citations d’entretiens choisies par Louis Gabrysiak, qualifiés par les prénoms et les origines sociales de l’interlocuteurice, sont éclairantes.  Florilège :
 
« Entre mes cours, les responsabilités que j’ai, c’est sûr que j’ai pas trop le temps d’aller au [labo], quand je vais au [labo] c’est que j’ai une réunion, quelque chose de spécial à faire, mais c’est pas vraiment l’endroit où je me sens à l’aise, pas du tout. On peut pas tout faire, en une seule journée c’est pas possible, donc… Ce qui en a pâti effectivement c’est mon activité de recherche. » (Samia, IUT [Sciences], père commerçant en Algérie)
« La carrière de mon mari est passée avant, je gérais la maison, les enfants. Ce que j’estimais normal, mais du coup… Faut pas qu’on me dise à un moment t’as eu un trou [dans mes publications] parce que t’as eu des enfants. Bah oui parce que je suis une femme et qu’on m’a confié les tâches là quoi. […] Et en plus il était [dans une ville assez éloignée] pendant 5 ans, donc pendant 5 ans j’ai géré les enfants et le boulot toute seule ».  [Laurence, UFR [Sciences], père artisan]
« Quand [mon premier enfant] pleurait la nuit, c’est toujours moi qui devaismelever. Ensuite, c’est moi qui devais l’emmener à l’école, aller le chercher à l’école, […] bref, m’occuper de lui la majorité du temps. » [Nathalie, IUT [LLSH], père ouvrier]
« Le seul moyen qu’il revienne sur [notre ville] c’était qu’on booste sa carrière. Donc on a… J’y ai passé beaucoup de temps, on a travaillé les publications pour lui, pour qu’il réintègre [la ville]. Et donc comme il est revenu il avait un super dossier donc rapidement il est passé prof. Mais parce qu’on a tout fait pour qu’il passe prof. […] Je me suis beaucoup engagée. Donc forcément il est passé prof et moi pas parce que j’ai géré les enfants, et après de l’autre côté on te reproche “oui mais toi t’as un trou dans ta carrière”. Bah oui parce que j’ai boosté celle de mon mari ». [Laurence, UFR [Sciences], père artisan]
Il y a plus d’un an, avant même qu’Academia et la communauté scientifique, revues en tête3, sont entrées en lutte, Antoine Petit, pdg du CNRS, entendait de débarrasser des « souches pourries », vocabulaire que nous jugions plus que discutable, et laissant entrevoir une politique scientifique assez ignoble.
Près de 40 ans après le « Champ scientifique » de Pierre Bourdieu, qui pointait à quel point les publications participaient aux rapports de pouvoir et de domination à l’Université, cet article est plus que bienvenu. Il doit nous faire réflechir à l’ensemble de nos pratiques d’évaluation de carrière et à imaginer les moyens de faire de l’université la forge de la lutte contre les discriminations, à commencer par celles envers ses membres. À commencer par celles qu’exercent, désormais sciemment, ses managers.
  1. Je renvoie ici à l’introduction de Faire revue, hors-série 2019 de Tracés. Revue de sciences humaines qui renvoie à d’autres références. []
  2. Sur les objectifs et les missions de l’enseignement supérieur, voir le billet de rappel d’Academia. []
  3. Voir à ce sujet, l’audition de Caroline Ibos, par Muriel Ressiguier, députée de la France insoumise et membre de la Commission des affaires culturelles, le 28 août, qui explique que les revues ne veulent pas jouer de rôle dans l’évaluation des chercheur·ses et de leur carrière. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.