« Création de 30 000 places à l’université » ? La Ministre Vidal nous insulte

La Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) fait un peu de communication dans un quotidien ami du gouvernement, qui ne manqe pas de titrer le verbiage «Les établissements sont prêts à accueillir les étudiants » et sous-titre que la Ministre annonce la création de 30 000 places à l’université, sutout dans le domaine de la santé et dans le virage numérique que doit prendre l’université (sic).

Les réactions de la communauté universitaire, des enseignants-chercheurs aux bâtiments,  ne se sont pas fait attendre.

Un florilège.

Médical

https://twitter.com/yannbisiou/status/1301826809328218113?s=20Géographique.

https://twitter.com/OuCarPo/status/1301979615079133184?s=20.Linguistique.

https://twitter.com/_P_Y_M/status/1301804323014402051?s=20

Sociologique

https://universiteouverte.org/2020/09/05/bientot-nous-ne-pourrons-plus-du-tout-une-universitaire-repond-a-frederique-vidal/

[Extrait] Mais quelle colère ! Quelle colère quand je découvre en fin de semaine l’interview de notre ministre Frédérique Vidal qui annonce qu’elle va « créer 30000 places supplémentaires dans les Universités », sans un seul recrutement !
On fait comment ? Quelle est le secret de ces “places magiques” ? Vraiment, à la fin de cette semaine, la seule chose que je sais c’est que JE NE PEUX PAS FAIRE PLUS. Ce n’est plus possible. Il n’y a plus d’heure de sommeil ou de temps de famille à rogner.Attention : je suis bien évidement foncièrement favorable à l’ouverture de places supplémentaires. Je suis pour que tou·tes les bachelièr·es aient accès aux études supérieures, sans la sélection sociale et raciste mise en place par Parcoursup et l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant·es extra-européen·nes. Pour accueillir tous ces étudiant·es, il manque au minimum 60 000 postes d’enseignant·es-chercheur·es et probablement autant pour les personnels administratifs et techniques. Ces personnes sont à nos portes, en attente d’être recruté·es pour assurer ces 35 heures supplémentaires faites en une semaine. Ils et elles sont déjà à la fac, font quelques heures payées au lance-pierre, survivent avec un peu de chômage ou le RSA. Mais Macron nous l’a dit : recruter des enseignant·es “c’est le genre de créations d’emplois qui vont aggraver le déficit et qui ne servent pas à redresser le pays”. Voici donc 100 milliards d’euros pour les grandes entreprises et même pas quelques miettes pour le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui forme la jeunesse et produit des savoirs essentiels à notre avenir et à notre vie démocratique.


Nous sommes épuisé·es par tant de mépris. Nous sommes épuisé·es que le gouvernement choisisse cette période où nous sommes à bout de souffle pour faire passer en force – “en procédure accélérée” – une LPPR qui détruit nos statuts et contre laquelle nous avons été en grève partout en France l’an dernier. Nous sommes à bout car tout s’effondre : un bout de bâtiment à l’université de Caen, les conditions de vie des étudiant·es, le volume d’heures dans les formations, la possibilité de produire de la recherche essentielle aux enjeux contemporains, le moral et les corps des collègues. Nos universités accueillent 300000 étudiant·es de plus qu’il y a 10 ans, et nous devons le faire avec moins de travailleur·ses titulaires, dans des bâtiments toujours plus vétustes.

Tout ne tient plus qu’à un fil, l’université est au bord de l’effondrement.

Architectural

https://www.leparisien.fr/societe/la-corniche-d-un-batiment-l-universite-de-caen-se-detache-a-quelques-jours-de-la-rentree-01-09-2020-8376390.php#xtor=AD-1481423553

À quand une presse nationale qui ne soit pas au garde-à-vous, nourrie uniquement d’éléments de langage du gouvernement, sans une once d’esprit critique, du moins dans la titraille ?

Just asking.

Liens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.