Classement de Shanghaï : instrument de justification du démantèlement de notre service public d’Enseignement supérieur et de Recherche

Le classement de Shanghaï est contesté depuis sa création en 2003. Il a servi de prétexte auxgouvernements successifs pour imposer les réformes qui ont déstructuré l’enseignement supérieur et larecherche (ESR) depuis 20 ans: autonomie des établissements, désengagement financier de l’État au profitde financements par projets, regroupements divers et variés, fusions-absorptions… Rien d’étonnant donc à l’auto-satisfaction de la ministre Vidal de l’ESR lors de la publication du classement de Shanghaï 2020:

«En décloisonnant universités, grandes écoles et organismes de recherche, et en leurpermettant de déployer leur stratégie au sein d’une organisation dont ils ont choisi le modèle, l’ordonnance du12 décembre 2018 a permis aux établissements français de valoriser leur potentiel scientifique et de se voirreconnaître parmi les meilleurs établissements au monde.»

Et plus loin:

«Ces nouveaux modèles d’universitésfont la preuve de leur pertinence et sont désormais reconnus à l’étranger, témoignant de la qualité de notreenseignement et de notre recherche au plan international».

Même le président Macron a jugé bon de publier un tweet:

«La qualité de notre enseignement supérieur et denotre recherche est enfin reconnue internationalement à son vrai niveau».

Pour la CGT FERC Sup, c’est exactement le contraire.

La reconnaissance scientifique internationale ne passe pas par un tel classement. Elle est le résultat de laqualité du travail des personnels du service public d’ESR. Les diverses lois (Pacte pour la Recherche, LRU-Pécresse 2007, LRU-Fioraso 2013…) ont épuisé les personnels, contourné ou supprimé les règlesdémocratiques de fonctionnement des universités, et renforcé la bureaucratie universitaire. L’ordonnancede décembre 2018 –imposer une politique en légiférant par ordonnances: bravo la démocratie!– estcélébrée alors qu’elle accélère la dérégulation en permettant de déroger pendant 10 ans à quasiment toutesles règles de fonctionnement des universités.De ce point de vue, Saclay est l’aboutissement de cette dérégulation d’un tel dérèglement: l’agglomérationd’établissements absurde et sans objectif scientifique (hors paraître «gros»)… et le risque pour lespersonnels des EPST (CNRS, INSERM, INRAE, INRIA…) d’être fondus / noyés dans le nouvel ensemble.La réalité, c’est la concurrence stérile entre établissements, au détriment des personnels et de la recherche.La réalité, c’est le financement différencié des établissements: le développement de quelques «universitésde recherche» prestigieuses et le marécage pour les «collèges universitaires» accueillant les classespopulaires. La réalité, c’est la volonté de détruire le service public d’ESR. La réalité, c’est la marche forcéevers la marchandisation et la privatisation de l’ESR. C’est le résultat d’une transformation bureaucratique et managériale de l’université à l’opposé de sa missionde production de savoirs et de leur appropriation par les étudiant·es.Le communiqué de la ministre Vidal conclut:

«La future loi de programmation de la recherche, avec uninvestissement de 25 milliards d’€ sur les 10 prochaines années, contribuera encore davantage à cette distinctionfrançaise en confortant la France parmi les grandes nations scientifiques ». Pour la CGT FERC Sup, au contraire, le développement du service public de l’ESR n’est pascompatible avec la LPPR qui remet en cause le recrutement des personnels sous statut defonctionnaire, accroît le financement de la recherche par contrat et le recours aux travailleurs ettravailleuses contractuels, et favorise ainsi le développement de la précarité qui nuit à la qualitéde la recherche et de l’enseignement. Plutôt que courir après les bons points d’un classementprincipalement destiné aux universités chinoises, nous avons besoin d’un service public national d’ESR et d’un recrutement massif de fonctionnaires.

Contact: www.cgt.fercsup.net • www.adherer.cgt.fercsup.net • tract


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.