Que la Higher School of Economics de Moscou se conforme aux exigences de liberté d’expression et de liberté académique. Une pétition

Pétition

À la direction et au conseil académique de l’École supérieure d’économie :

Nous vous écrivons pour vous faire part de notre profonde inquiétude concernant les développements au sein de votre Faculté des sciences humaines qui, à notre avis, menacent les principes de la liberté d’expression et de la liberté académique.

Comme l’indique le site web de l’université, ses organes directeurs ont approuvé la fusion de l’École de philosophie et de l’École d’études culturelles en une seule École de philosophie et d’études culturelles, ainsi que la fusion du Département de philologie générale et appliquée et du Département d’histoire et de théorie de la littérature pour créer une École d’études philologiques. Cette lettre n’entend pas critiquer ces décisions en elles-mêmes, ni exprimer une opinion sur les processus complexes et importants de restructuration que les institutions universitaires du monde entier doivent parfois entreprendre. Toutefois, nous souhaitons exprimer notre inquiétude face aux indications selon lesquelles l’administration de l’université pourrait appliquer des critères d’évaluation des membres du corps professoral douteux et non transparents dans le cadre de ces transitions.

Au cours des dernières semaines, de nombreux rapports médiatiques ont indiqué que les activités des membres de la faculté universitaire dans le domaine des médias et des médias sociaux, en particulier leur défense des droits des autres membres de la faculté et des individus à la liberté d’expression et à la liberté académique, sont devenues un facteur d’annulation de contrats ou d’ajustement dans le processus de restructuration administrative. Dans certains cas, des universitaires primés et de renommée mondiale ayant de brillants antécédents en matière de publications internationales sont menacés de perdre leur poste. Leur départ contredirait clairement les affirmations publiques selon lesquelles l’administration de l’université fonde ses décisions de restructuration sur des critères académiques uniquement – y compris, et c’est le plus important, les résultats de la recherche et des publications – pour remodeler l’institution.

En tant qu’universitaires, nous tenons la Faculté des sciences humaines de l’École supérieure d’économie en très haute estime. Nous collaborons fréquemment avec les membres du corps professoral de tous les départements et écoles qui sont actuellement en cours de restructuration et nous citons leur travail. Nous craignons que, si la réorganisation se déroule effectivement d’une manière aussi inadaptée, l’école perde certains de ses plus brillants esprits et ternisse sa réputation mondiale d’excellence académique. Non seulement les étudiants seraient privés d’une expertise académique de renommée internationale, mais une telle évolution entraînerait une érosion des partenariats, tant institutionnels que collégiaux, qui lient la Haute école d’économie à son groupe de pairs composé d’institutions internationales de premier plan.

À la lumière de ce qui précède, nous appelons l’administration de l’université à réévaluer le processus de restructuration en cours et à réaffirmer sa conformité avec le principe institutionnel internationalement reconnu de la liberté académique ainsi qu’avec le droit de l’homme à la liberté d’expression. Les considérations politiques ne doivent pas entrer en ligne de compte dans les décisions relatives au personnel enseignant, qui doivent être fondées sur une évaluation sobre des seuls critères académiques et professionnels. Ce serait une grave perte pour la communauté scientifique mondiale si, à la suite de décisions administratives mal motivées, la Higher School of Economics devait saper son bilan international enviable en matière de recherche pionnière en sciences humaines.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués,

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

To the leadership and Academic Council of the Higher School of Economics:

We are writing to express our profound concern regarding developments in your Faculty of Humanities that, in our view, threaten the principles of freedom of speech and academic freedom.

As the university website indicates, its governing bodies have approved a merger of the School of Philosophy and the School of Cultural Studies into a single School of Philosophy and Cultural Studies, as well as the merger of the Department of General and Applied Philology and the Department of the History and Theory of Literature to create a School of Philological Studies. This letter intends no critique of these decisions in and of themselves, nor does it express any opinion regarding the complex and important processes of restructuring that academic institutions throughout the world at times must undertake. However, we wish to express our concern regarding indications that the university administration may be applying questionable and non-transparent criteria for assessment of faculty members in carrying out these transitions.

In the past weeks, multiple media reports have indicated that the social-media and media activities of members of the university faculty, in particular their advocacy for the rights of other faculty members and individuals to free speech and academic freedom, have become a factor in contract annulments or adjustments in the administrative restructuring process. In some cases, prizewinning, world-renowned scholars with brilliant international publication records are threatened with loss of their positions. Their departure would clearly contradict public claims that the university administration is basing restructuring decisions on academic criteria alone—including most importantly research and publication records—in reshaping the institution.

As scholars, we hold the Faculty of Humanities of the Higher School of Economics in the highest esteem. We frequently collaborate with and cite the work of faculty members of all of the departments and schools that are now undergoing restructuring. We are concerned that, if the reorganization indeed takes place in such an unfitting manner, the school will lose some of its very brightest minds and tarnish its global reputation for academic excellence. Not only would students be deprived of internationally renowned scholarly expertise, but such developments would lead to an erosion of the partnerships, both institutional and collegial, that link the Higher School of Economics with its peer group of leading international institutions.

In light of the above, we call on the university administration to reassess the ongoing restructuring process and to reaffirm its conformity with the internationally recognized institutional principle of academic freedom as well as the human right to freedom of speech. Political considerations should not enter into faculty personnel decisions, which should be based on a sober assessment of scholarly and professional criteria alone. It would be a grave loss to the world scholarly community if, as a result of inappropriately motivated administrative decisions, the Higher School of Economics were to undermine its enviable international track record in pioneering humanities research.

Sincerely,

The American Association of Teachers of Slavic and East European Languages
The Association for Slavic, East European, and Eurasian Studies

Pour signer : Pétition


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.