Les Conseils centraux de l’EHESS demandent le retrait de la LPPR

Le Comité technique (18 juin), le Conseil d’administration (26 juin) et le Conseil scientifique (30 juin 2020) de l’EHESS ont voté trois motions concordantes.

Motion du CT de l’EHESS

À la veille du confinement, au mois de mars dernier, l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche était traversée depuis plusieurs mois par un ample mouvement de protestation vis-à-vis des projets de loi sur les retraites et de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), ponctué de nombreuses actions et d’une forte mobilisation (notamment lors de la journée « le 5 mars, l’université et la recherche s’arrêtent »). Les personnels et étudiants de l’EHESS et de nombreuses instances de notre établissement ont clairement exprimé leur désaccord avec les projets du gouvernement (Assemblée des enseignants, Conseil scientifique, mentions de Master, conseils de laboratoire des unités de recherche, comités des rédactions des revues, etc.).

Les conditions qui ont suscité la mobilisation contre la LPPR sont toujours en vigueur à l’heure actuelle. Pourtant, le gouvernement a décidé de passer outre. Le ministère a mis à l’ordre du jour la LPPR lors de plusieurs instances nationales convoquées en visio-conférences (CNESER les 12 et 18 juin, CTMESR le 19 juin) et sa soumission au conseil des ministres est programmée pour le 8 juillet.

La poursuite de ce projet de réforme, contesté durant tout l’hiver par l’ensemble de la communauté universitaire, survient alors que les universités et laboratoires ont été fermés quatre mois durant, et doivent dans l’urgence dresser le bilan de cette période, notamment de l’usage du numérique et des enseignements à distance, pour préparer la rentrée 2020 dans des conditions très contraignantes. L’accélération de l’agenda politique participe, dans ce contexte, d’une véritable falsification du débat démocratique. Conçue pour enrayer la « perte de rationalité dans nos sociétés » et la « perte de crédit de la parole scientifique » (rapport annexe au projet de loi, p. 5-6), la soumission de ce projet de loi consacre une démonétisation profonde de la parole législatrice.

Les membres du CT de l’EHESS se déclarent opposés au projet de LPPR et en plein accord avec les prises de positions déjà exprimées dans notre établissement à ce sujet. Ils se joignent à l’opposition unanime des organisations représentatives du personnel et des étudiant·e·s de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) exprimés ces dernier jours à la suite de l’annonce gouvernementale.

Vote lors de la séance du CS du 30 juin 2020 : 12 pour, 0 contre, 3 abstentions.
 

*****

Motion du Conseil d’administration, 26 juin 2020

Le conseil d’administration de l’EHESS appuie la motion du CT de l’établissement, votée le 18 juin dernier et reprise ci-dessous. Les conditions du vote du CNESER le 19 juin, et l’avis très majoritairement défavorable du CESE le 24 juin, puis du CT du MESR le 25 juin, rendent d’autant plus urgents l’arrêt de l’avancée de cette loi et la mise en place d’une véritable concertation avec tou·tes les acteurs et actrices de l’enseignement supérieur et la recherche publiques.
Motion du CT de l’EHESS:
A la veille du confinement, au mois de mars dernier, l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche était traversée depuis plusieurs mois par un ample mouvement de protestation vis-à-vis des projets de loi sur les retraites et de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), ponctué de nombreuses actions et d’une forte mobilisation (notamment lors de la journée « le 5 mars, l’université et la recherche s’arrêtent »). Les personnels et étudiants de l’EHESS et de nombreuses instances de notre établissement ont clairement exprimé leur désaccord avec les projets du gouvernement (Assemblée des enseignants, Conseil scientifique, mentions de Master, conseils de laboratoire des unités de recherche, comités des rédactions des revues, etc.).

Les conditions qui ont suscité la mobilisation contre la LPPR sont toujours en vigueur à l’heure actuelle. Pourtant, le gouvernement a décidé de passer outre. Le ministère a mis à l’ordre du jour la LPPR lors de plusieurs instances nationales convoquées en visio-conférences (CNESER les 12 et 18 juin, CTMESR le 19 juin) et sa soumission au conseil des ministres est programmée pour le 8 juillet.

La poursuite de ce projet de réforme, contesté durant tout l’hiver par l’ensemble de la communauté universitaire, survient alors que les universités et laboratoires ont été fermés quatre mois durant, et doivent dans l’urgence dresser le bilan de cette période, notamment de l’usage du numérique et des enseignements à distance, pour préparer la rentrée 2020 dans des conditions très contraignantes. L’accélération de l’agenda politique participe, dans ce contexte, d’une véritable falsification du débat démocratique. Conçue pour enrayer la « perte de rationalité dans nos sociétés » et la « perte de crédit de la parole scientifique » (rapport annexe au projet de loi, p. 5-6), la soumission de ce projet de loi consacre une démonétisation profonde de la parole législatrice.

Les membres du CT de l’EHESS se déclarent opposés au projet de LPPR et en plein accord avec les prises de positions déjà exprimées dans notre établissement à ce sujet. Ils se joignent à l’opposition unanime des organisations représentatives du personnel et des étudiant·e·s de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) exprimés ces dernier jours à la suite de l’annonce gouvernementale.

Vote lors de la séance du CA du 23 juin 2020 : 26 pour, 4 contre, 5 abstentions.
*******

Motion du Conseil scientifique de l’EHESS, 30 juin 2020

Le conseil scientifique de l’EHESS appuie la motion du comité technique (CT) de l’établissement reprise ci-dessous, qui a été votée le 18 juin 2020 et adoptée également par le conseil d’administration le 26 juin 2020 avec l’ajout suivant : Les conditions du vote du CNESER le 19 juin, et l’avis très majoritairement défavorable du CESE le 24 juin, puis du CT du MESR le 25 juin, rendent d’autant plus urgents l’arrêt de l’avancée de cette loi et la mise en place d’une véritable concertation avec tou·tes les acteurs et actrices de l’enseignement supérieur et la recherche publiques.

Motion du CT de l’EHESS:
A la veille du confinement, au mois de mars dernier, l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche était traversée depuis plusieurs mois par un ample mouvement de protestation vis-à-vis des projets de loi sur les retraites et de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), ponctué de nombreuses actions et d’une forte mobilisation (notamment lors de la journée « le 5 mars, l’université et la recherche s’arrêtent »). Les personnels et étudiants de l’EHESS et de nombreuses instances de notre établissement ont clairement exprimé leur désaccord avec les projets du gouvernement (Assemblée des enseignants, Conseil scientifique, mentions de Master, conseils de laboratoire des unités de recherche, comités des rédactions des revues, etc.).

Les conditions qui ont suscité la mobilisation contre la LPPR sont toujours en vigueur à l’heure actuelle. Pourtant, le gouvernement a décidé de passer outre. Le ministère a mis à l’ordre du jour la LPPR lors de plusieurs instances nationales convoquées en visio-conférences (CNESER les 12 et 18 juin, CTMESR le 19 juin) et sa soumission au conseil des ministres est programmée pour le 8 juillet.

La poursuite de ce projet de réforme, contesté durant tout l’hiver par l’ensemble de la communauté universitaire, survient alors que les universités et laboratoires ont été fermés quatre mois durant, et doivent dans l’urgence dresser le bilan de cette période, notamment de l’usage du numérique et des enseignements à distance, pour préparer la rentrée 2020 dans des conditions très contraignantes. L’accélération de l’agenda politique participe, dans ce contexte, d’une véritable falsification du débat démocratique. Conçue pour enrayer la « perte de rationalité dans nos sociétés » et la « perte de crédit de la parole scientifique » (rapport annexe au projet de loi, p. 5-6), la soumission de ce projet de loi consacre une démonétisation profonde de la parole législatrice.

Les membres du CT de l’EHESS se déclarent opposés au projet de LPPR et en plein accord avec les prises de positions déjà exprimées dans notre établissement à ce sujet. Ils se joignent à l’opposition unanime des organisations représentatives du personnel et des étudiant·e·s de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) exprimés ces dernier jours à la suite de l’annonce gouvernementale.

Vote lors de la séance du CS du 30 juin 2020 : 12 pour, 0 contre, 3 abstentions.
————————————
Références:
– Motion adoptée par le conseil scientifique de l’EHESS le 28 janvier 2020
– Motion adopté par l’Assemblée des Enseignants de l’EHESS le 29 février 2020
– « La LPPR est de retour, nous aussi ! », communiqué de la rencontre numérique des Facs et des Labos en Lutte du 6 juin
https://universiteouverte.org/2020/06/14/la-loi-sur-la-recherche-est-de-retour-eh-bien-nous-aussi/
– « Retour de la LPPR, rentrée universitaire : quelles priorités pour l’ESR ? », communiqué de SLU, 7 juin 2020
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8739
– « LPPR : le projet de loi », par Julien Gossa, 7 juin 2020
http://blog.educpros.fr/julien-gossa/2020/06/07/lppr-le-projet-de-loi/
– LPPR : le projet de loi transmis au Conseil d’État et son étude d’impact, carnet Academia, 11 juin 2020
https://academia.hypotheses.org/24502
– « Avant-projet de LPPR : une gigantesque machine à précariser et à privatiser », carnet Academia, 7 juin 2020
https://academia.hypotheses.org/24364
– « LPPR : Loi budgétaire peu ambitieuse pour un darwinisme social inégalitaire », par Martin Clavey, 9 juin 2020
https://www.soundofscience.fr/2383
– « Mobilisons-nous pour obtenir le retrait du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) », communiqué intersyndical de l’ESR du 10 juin 2020
https://www.snesup.fr/article/mobilisons-nous-pour-obtenir-le-retrait-du-projet-de-loi-de-programmation-pluriannuelle-de-la-recherche-lppr-communique-intersyndical-de-lesr-du-10-juin-2020
– Tribune « L’enseignement supérieur et la recherche au jour d’après », 10 juin 2020
https://www.sgen-cfdt.fr/actu/tribune-enseignement-superieur-et-recherche-au-jour-dapres/
– « Falsifier la démocratie : l’étude d’impact de la LPPR », carnet Academia, 14 juin 2020
https://academia.hypotheses.org/24589
– « La loi Recherche à la lumière de la crise sanitaire », par Sylvestre Huet, 15 juin 2020
https://www.lemonde.fr/blog/huet/2020/06/15/la-loi-recherche-a-la-lumiere-de-la-crise-sanitaire/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.