L’évaluateur évalué… 4 – La Commission des finances du Sénat éreinte l’ANR (et le gouvernement)

L’Agence nationale de la recherche a fait l’objet d’une évaluation sans appel par la Commission des finances du Sénat le 26 juill 2017, grâce au rapporteur spécial Michel Berson, évaluation qui tient en une question : l’Agence nationale de la recherche a-t-elle encore un avenir ?

En dépit d’une certain nombre de recommendation, il semble bien que la réponse à cette question soit non. La Commission des finances préconise une transformation profonde des procédures — trop lourdes — et de la structure, mais surtout une augmentation significative du budget à plus de 850 millions d’euros, pour éponger le déficit de financement qui s’accumule depuis plusieurs années et retrouver le niveau de 2009. L’ANR qui mobilise 2400 expert·es, qui réalisent plus de 40 000 (!) expertises annuellement entre les préé-projets et les projets — pour un total de 1250 projets financés, épuisent les chercheurs et chercheuses.

Aujourd’hui, le taux de succès d’un projet soumis à l’ANR est de 11,4%, à comparer avec les 24% dans les organismes équivalents de l’Union européenne.

Le faible taux de succès a conduit à plusieurs organismes à s’interroger sur la pertinence de soumettre une demande de financement à l’ANR. Au vu de coût représenté par le montage des projets, la réponse de l’INSERM est : non.

« Du reste, précise le rapport, lorsqu’on les rapporte au taux de sélection drastique des projets, on comprend que certains directeurs d’organismes de recherche s’interrogent sur la pertinence d’encourager leurs équipes à candidateraux appels à projets de l’ANR».

Jean-MarcJézéquel, directeur de l’Institut de recherche en information et système aléatoires (Irisa) a sans doute formulé tout haut ce que beaucoup pensent tout basen expliquant récemment1:
«Je déconseille à mes équipesde répondre aux appels à projets de l’ANR. Compte tenu des faibles taux de succès, ils perdent du temps à monter des projets qui sont de plus moyennement intéressants sur le plan financier.«En fait, un projet ANR coûte de l’argent au niveau du laboratoire, car la surcharge d’activités administratives n’est pas compensée. De plus, l’ANR est radine sur les frais, ric-rac pour payer les gens; les coûts de mission ne sont pas suffisamment couverts. Je conseille plutôt aux équipes d’aller à l’Europe, où on a des marges pour fonctionner, ou vers les industriels, pour des contrats bilatéraux».

La conclusion du rapporteur spécial est sans appel :

En conclusion, je voudrais redire que, si les difficultés actuelles de l’Agence nationale de la recherche peuvent s’expliquer en partie par les tensions que suscitent sa programmation ou par les insuffisances de sa communication, force est de constater que la véritable raison de cette crise de confiance ne relève pas de la responsabilité de l’agence et de ses dirigeants.

L’ANR est aujourd’hui terriblement fragilisée par la faiblesse de ses moyens, qui lui sont attribués par l’État. (p. 79)

 

*
*    *

Datant de 2017, ce rapport doit être mis en relation, non seulement avec le budget actuel de l’ANR, un peu revalorisé, mais aussi au regard des autres missions de l’ESR désormais considérablement sous-dotées, avec l’augmentation du nombre d’étudiant·es de près de 250 000, sans augmentation de recrutements supplémentaires. Le temps de travail perdu dans la soumission et l’évaluation de projets n’est plus supportable.

Lien : Rapport d’information fait au nom de la commission des finances du Sénat sur l’Agence nationale de la recherche (ANR) et le financement de la recherche sur projets,Par M. Michel BERSON,26 juillet 2017

  1. AEF Dépêche n° 564617, 4 juillet 2017 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.