Motion des personnels de Paris School of Economics

Cette motion a recueilli 43 signatures

Nous, un groupe de doctorant·e·s, d’enseignants·es-chercheurs·ses et de personnels ingénieurs et techniciens et administratifs de l’Ecole d’Economie de Paris, nous opposons au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), tel qu’il a été communiqué par le MESRI au CNESER le 12 juin 2020. Cette motion n’est pas une simple opposition de principe, mais le fruit de nombreuses discussions depuis les rapports préalables disponibles à l’automne 2019. L’accélération imprimée par le gouvernement au dépôt du projet de loi, dans un contexte d’état d’urgence sanitaire où l’expression collective est restreinte, ignore de façon opportuniste le large désaccord exprimé par les personnels de l’ESR tout au long de l’hiver.

Au constat du manque alarmant de financement de la recherche, le gouvernement répond par la mise en concurrence des chercheurs·ses. L’effort de dépenses de l’Etat porte presqu’exclusivement sur les crédits compétitifs liés aux appels à projet de l’ANR, sur la revalorisation d’un système de primes et dotations conditionnées à la performance des individus ou des équipes, et enfin sur la création d’emplois à durée limitée associés à des missions ou conditionnés à des objectifs.

Nous estimons qu’ériger les appels à projets, notamment individuels, comme source principale de financement portera préjudice au bon fonctionnement de la recherche. La mise en compétition des institutions et du personnel de recherche renforcera les inégalités déjà présentes entre petites et grandes structures, entre champs disciplinaires, et entre collègues au sein même des laboratoires. La coopération entre chercheurs·ses – essentielle à notre travail collectif – en sera d’autant plus fragilisée. Les projets de recherche véritablement innovants s’inscrivent dans le temps long, et nécessitent que l’ensemble de notre corps de métier – tous personnels sans distinction – puisse bénéficier de conditions de travail décentes, avec des contrats stables et pérennes. Le glissement vers des embauches contractuelles à la place de la création de postes augmentera et allongera la précarité des jeunes chercheurs·ses et des personnels ingénieurs et techniciens et administratifs. L’absence de définition des critères d’évaluation de la performance nous inquiète quant au caractère autoritaire de ce qui sera désormais considéré comme l’excellence académique. La sélection par le MESRI de domaines de recherche privilégiés, l’évaluation permanente de tous les personnels et structures de l’ESR, le monopole conféré à l’ANR pour l’attribution des nouveaux moyens programmés sans répondre aux dysfonctionnements de cette agence, enfin le rôle renforcé du monde de l’entreprise dans l’évaluation et l’orientation de la recherche, sont autant de signaux alarmants. Prenant pour acquis le besoin d’une plus grande perméabilité entre la recherche publique et le secteur privé, le projet s’attache à favoriser les transferts en direction des entreprises, sans rien prévoir concernant les risques de conflits d’intérêts, et sans considération pour les autres acteurs de la société que sont les secteurs publics, associatifs ou civils.

Malgré l’annonce de moyens supplémentaires, nous craignons que la réforme annoncée ne soit contre-productive et qu’en appliquant les méthodes de la mise en concurrence et du secteur privé à la recherche publique, celle-ci en ressorte affaiblie, éloignée des véritables enjeux scientifiques de long terme, et détournée du bien commun. Le projet occulte d’autres questions, comme par exemple celle de l’effort à poursuivre pour élargir l’accès aux études supérieures sans en dégrader la qualité. Nous appelons fermement à repenser cette réforme, en lien avec l’ensemble des parties prenantes, étudiant·e·s, doctorant·e·s, personnels ingénieurs et techniciens et administratifs, chercheurs·ses et enseignants·es-chercheurs·ses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.