Dans les académies de Créteil et Versailles, les disponibilités et détachements pour travailler dans le supérieur deviennent quasiment impossibles

  • par le Collectif des doctorant-e-s de Versailles et Créteil

Carte des Académies de l’Education nationale, (Source: wikipedia)

Alors que dans de nombreuses matières, principalement en sciences humaines et sociales, avoir un concours de l’enseignement secondaire – si possible l’agrégation, car l’élitisme se porte bien – est un prérequis plus ou moins implicite à l’obtention d’un CDD (contrat doctoral, ATER, post-doc, contrat LRU) dans le supérieur, les académies franciliennes refusent désormais presque systématiquement à leurs agent-e-s une mise en disponibilité ou un détachement pour exercer à l’université. A Versailles, le problème est ancien (« déjà il y a vingt ans », nous dit-on) mais s’est accentué l’année dernière avec l’arrivée d’une nouvelle rectrice proche d’Emmanuel Macron et de Jean-Michel Blanquer. A Créteil, cette année, de nouvelles consignes de management ont conduit au refus presque systématique des demandes de détachement et de disponibilité pour les néo-entrant-e-s dans l’académie : en quelques jours, près d’une cinquantaine de personnes ont fait état de ce type de refus, et leur dossier n’a parfois même pas été examiné. Les syndicats de l’académie ont interpellé le recteur lors d’un Comité Technique Administratif : il se serait engagé oralement à ce que les dossiers refusés soient réexaminés. C’est l’organisation des doctorant-e-s entre elles/eux et leur lien avec les syndicats qui a permis de peser dans la balance et de dépasser les recours strictement individuels.

Au-delà de ces cas, de plus en plus difficiles, qui mettent les doctorant-e-s et jeunes docteur-e-s dans des situations impossibles (faut-il renoncer au bénéfice du concours ou bien au contrat doctoral chèrement acquis ?), la question des passerelles entre le secondaire et le supérieur doit être repensée : peut-on légitimement demander à des personnes désireuses de se lancer dans la recherche de passer des concours du secondaire, en privant au passage les académies d’enseignant-e-s ? Si cette situation était tenable quand il y avait davantage de postes, tant dans le secondaire que dans le supérieur, elle ne l’est plus aujourd’hui. L’attachement au « prestige » de l’agrégation renforce ces logiques contradictoires : à dossier égal, pour obtenir un ATER ou un contrat doctoral, on choisira un-e agrégé-e, mais l’agrégé-e en question ne pourra pas prendre son poste car l’Education Nationale ne le laissera pas partir pour « nécessités de service »…

Twitter @Collectifdocto1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.