Poste MCF Paris 8 : sur un recrutement sexiste en études de genre ?

Rien que cette semaine, l’INRAE en science politique s’illustre sur ce plan : 4 postes en science politique, 15 candidat·es dont 9 hommes, 4 hommes retenus en liste principale. Nous l’avions fait pour les concours du CNRS, qui ont très majoritairement déclassé des femmes ; à l’université, c’est plus diffus – et nettement moins publicisé. Nous appelons donc candidat·es et membres du jury à contribuer à l’information collective, en particulier du côté des concours de recrutements de professeur·es d’université, qui contribuent à l’élaboration de véritable « bastions masculinistes », tout particulièrement en SHS. 
Pour que les pratiques changent.



3 réflexions sur « Poste MCF Paris 8 : sur un recrutement sexiste en études de genre ? »

  1. Je trouve le débat intéressant, mais un élément m’étonne en ces temps d’intersectionnalité : on présuppose donc qu’une femme blanche est moins dominante dans l’espace académique qu’un homme non blanc ? C’est assez nauséabond comme débat, et pas très utile…
    L’appel à prendre ses responsabilités est étonnant. Faudrait-il demander aux collègues qui travaillent sur la race et qui sont blanc.he.s de démissionner de leur poste ? Faut-il demander aux sociologues des classes populaires, bien souvent des petits bourgeois, de démissionner pour laisser la place à de vrais prolo ? Je comprends la douleur des candidates recalées, je sais l’injustice, mais commencer à opposer ainsi les candidat.e.s est politiquement une faute. Il faut plus de poste, pas moins de candidat.e.s, d’autant qu’ils et elles sont souvent tous et toutes parfait.e.s pour le poste.

  2. Je ne pense pas que ce soit le seul problème: LE MAL ABSOLU de l’université française est celui d’être dans le déni complet des réalités. Nous payons tout de même 40 ans de recrutements négociés comme dans le négoce des esclaves entre négriers, mais si vous ne faites pas partie du « bon réseau », du « sérail » alors vous êtes éliminé de facto et d’une façon darwinienne. C’est cela aussi la réalité de l’université française, celui de privilégier les intérêts particuliers bien étroits au détriment de l’intérêt académique général. Et dans ce sens, je soulève mon cas. Rentré après plusieurs années académiques au RU et ayant soutenu mon HDR depuis des années, la qualification aux fonctions de PU m’a été refusée par 4 fois de suite…avec un dossier dans lequel on peut trouver une liste de publications régulières, le portage de projets H2020, FEDER, les encadrements doctoraux et post-doctoraux sans parler de la mise en place d’un groupe de recherche dans ma spécialité, mais on me refuse la qualification quand bien même des dossiers plus légers avec moins d’expérience et aucune expérience académique à l’étranger ont obtenu la qualification PU (tant mieux pour eux) car ils sont déjà MCF…allez savoir pourquoi. On me fait payer mes années à l’international dans un autre environnement universitaire. Ce que je déplore aussi c’est que bien des membres du CNU et mes rapporteurs n’avaient pas le niveau de mon dossier et jugeaient le mien…pour savoir je serais apte aux fonctions de PU. Sur ce constat amère, je suis reparti d’où j’étais venu et reprendre mon titre de Full Professor que des pseudo collègues et pour je ne sais quelle raison ont voulu me refuser, ceux-la même s’ils postulent dans mon université actuelle n’auront même pas le titre de Senior Lecturer ou de Reader, ô combien il est pauvre leur dossier. Tant pis.

    Une indication: je suis comme vous dites ici un « racisé », un terme nauséabond tant par sa portée que par sa signification.

    Voici une autre réalité !

  3. Le contenu de ce post me met vraiment mal à l’aise. Il me file presque la nausée à vrai dire.
    Et si – simple supposition -, le candidat avait juste été tout simplement… bon lors de son audition ? Et si – là encore, simple supposition – les autres candidates s’étaient tout simplement… plantées ? Cela peut arriver… Même aux meilleures.
    Mais non… Une impétrante est forcément faite pour le poste et ne peut que correspondre en tout point aux attentes de l’institution qui la recrute. Elle ne peut qu’exceller tout le temps et partout.
    Et puis, cette commission ne peut être qu’inféodée au grand pouvoir masculin qui lui dicte ses volontés. Chercheuses incompétentes et dominées ! Elles apprécieront, je pense.
    Tout est là : un soupçon de chantage à la compétence (l’autrice a supprimé des parties de la tribune ? Pourquoi ? Assumons jusqu’au bout le propos), une pointe de corporatisme bon teint, une très légère touche de complotisme. Et je ne parle même pas des messages relayés de Xanax : « Bon, c’est un mec, mais il s’appelle Mehdi. Ouf ! C’est un potentiel racisé, donc l’honneur est presque sauf ! » Ce dédain… Ce surplomb à la limite du néo-colonialisme bienveillant.
    En fait, cette tribune confond tout. Au lieu de s’alarmer, en général, de l’état de compétition exacerbée et croissante qui caractérise le monde universitaire d’aujourd’hui et qui concerne l’ensemble des jeunes docteur-e-s, elle se focalise sur un élément totalement réducteur et mono-factoriel. Donc, si je comprends bien, une femme est recrutée, le mec reste dans la précarité ? « Pas grave, tant pis pour sa gueule… Il avait qu’à postuler au bon endroit ! Perso, ça me convient. »
    Ou bien, soyons clair-e-s et ouvrons des commissions non-mixtes pour des postes fléchés non-mixtes, sur des thématiques monothétique. Et les prés carrés seront bien gardés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.