La LPPR et les femmes : une priorité majeure ?

  • par Une femme1.

« On a beau le savoir, on a beau vous connaître,
on a beau l’avoir pris des dizaines de fois
votre gros pouvoir en travers de la gueule,
ça fait toujours aussi mal. »

Virginie Despentes, Libération daté du 1er mars 2020

« 4.5.1 impacts sur l’égalité entre les femmes et les hommes

Tout dispositif qui permet aux femmes d’entrer plus tôt dans les métiers de la recherche leur est favorable. En effet les Françaises ont en moyenne leur deuxième enfant vers 31 ans et les femmes diplômées de l’enseignement supérieur ont leur premier enfant en moyenne à 29,6 ans. Les recrutements dans le corps des maîtres de conférences se font en moyenne à 34 ans, soit un âge auquel les besoins éducatifs des enfants sont encore particulièrement importants.

Le dispositif prévoit à cet égard que le contrat de pré-titularisation peut être prolongé dans la limite de la durée des congés pour maternité ou adoption et des congés de paternité et d’accueil de l’enfant. »

Étude d’impact
du Projet de loi de programmation pluriannuelle
de la recherche pour les années 2021 à 2030, p. 46

À un moment, un Jean-Christophe ou un Damien quelconque, une Stéphanie peut-être, a reçu un appel de son n+quelque chose : « Il faut tout de suite rédiger un paragraphe pour dire que la LPPR, c’est bien pour les femmes, même plus : c’est mieux, pour les femmes. Tu sais, comme pour les retraites, vas-y, je compte sur toi ! » Alors Jean-Christophe s’est exécuté mais il devait avoir d’autres choses plus marrantes à faire donc il a été un peu vite, un truc bref qui claque avec des stats – c’est bon les chiffres, Jean-Chri – à midi c’est torché, envoyé avant le déj et hop, on passe à un truc vraiment intéressant.

Soit, ça s’est passé comme ça, soit. Disons que ça s’est passé comme ça, c’est préférable pour tout le monde.

 « Tout dispositif qui permet aux femmes d’entrer plus tôt dans les métiers de la recherche leur est favorable. »

« Plus tôt » que quand, que quoi, que qui, Jean-Chri ? Au-delà du fait qu’asséner des phrases non argumentées contredit la volonté de rationalité accrue affirmée par la ministre dans sa lettre du 15 mars 20192 il faudrait préciser. La réduction du temps entre la soutenance et l’embauche dans l’ESR n’est pas synonyme de dispositif favorable aux femmes. Le nombre d’étudiantes est supérieur à celui des étudiants mais la proportion de femmes dégringole dès la thèse et l’écart va se creusant à mesure qu’on grimpe les échelons hiérarchiques3.

Pour augmenter le nombre de femmes à l’embauche, avant de regarder leur utérus, il faudrait s’assurer qu’elles puissent équitablement atteindre le diplôme requis. Si elles sont moins nombreuses au départ, peu importe qu’elles attendent moins longtemps pour entrer dans une carrière (où elles seront moins reconnues), elles seront logiquement moins nombreuses que les hommes à intégrer l’ESR.

Tôt ou tard, il faudra les embaucher à parts égales avec les hommes. Idem pour les salaires.

Enfin, au risque de paraître excessivement susceptible, moi qui suis femme, je ne demande pas qu’un dispositif me soit « favorable ». « Juste » me conviendra parfaitement. Ce n’est pas une « faveur » de lutter contre les inégalités, c’est la base. Et pour établir la parité, il faut recruter autant d’hommes que de femmes. Simple, basique.

Or l’ESR manque déjà de mixité et de diversité et en manquera davantage dans l’avenir grâce à ses nombreux dispositifs récents : « Bienvenue en France », « Parcoursup » et la « Loi Recherche » étant les plus évidents freins à la richesse du débat par la diversité des participant.e.s et à l’égalité des chances entre tous et toutes.

Je corrigerai donc, s’agissant des femmes, par ceci : « Tout dispositif qui permet aux femmes d’entrer dans les métiers de la recherche dans les mêmes proportions qu’en premier cycle est favorable à la recherche ».

Et il n’y a aucune raison logique pour que cela signale une ambition démesurée.

« En effet les Françaises ont en moyenne leur deuxième enfant vers 31 ans et les femmes diplômées de l’enseignement supérieur ont leur premier enfant en moyenne à 29,6 ans. »

La personne qui rédige cette phrase, celle, au moins une, qui la relit, une troisième qui la valide savent-elles que cet argument est cruel et stupéfiant ? On ne résoudra pas les inégalités d’emploi dans l’ESR par des calculs de timing procréatif et d’horloge biologique, en fait. Si novatrice et surprenante que puisse paraître cette idée, la procréation ne régit pas toute la vie des femmes. L’âge du premier accouchement ne peut en aucun cas constituer une explication satisfaisante aux disparités des carrières entre hommes et femmes dans l’ESR.

Pour répondre rapidement au point qui préoccupe les rédacteurs (l’utérus des chercheuses), on ne fait pas d’enfant au moment d’entrer dans une carrière, pas uniquement parce qu’on n’en a pas envie à ce moment-là mais parfois parce que ça la plombe, dans l’ESR comme partout ailleurs. Le début de carrière des jeunes chercheurs et des jeunes chercheuses est très très long. Déjà. Pourquoi l’allonger encore ? La thèse, même avec un contrat, ne permet pas de faire un enfant dans des conditions matérielles stables ni sereines : aucun contrat doctoral ne permet l’embauche d’une nourrice, peu d’équipes ont la possibilité d’adapter les emplois du temps de cours, de colloques ou de restitution des résultats en fonction de la grossesse d’une doctorante ou d’une post-doc ou des horaires de la crèche. Je ne mentionnerai ni les événements scientifiques programmés le week-end ni les réunions du soir qui, de toute façon, devraient être évités pour préserver les vies personnelles de tous et toutes, parents ou non. Faire un enfant et être chercheuse est compliqué. Faire un enfant au moment de la thèse rend concrètement le travail infiniment plus complexe voire grève les chances d’exploiter tous les bénéfices de ses années doctorales ou post-doctorales. Faire une thèse en limitant les interventions, les articles, les cours et les séjours internationaux réduit l’ouverture, déjà minime, vers un poste de titulaire. Si l’argument était valable – ce qu’il n’est pas – on pourrait opposer que retarder encore l’âge de la première grossesse par un nouveau CDD, qui posera rigoureusement les mêmes problèmes que le contrat de thèse, est absurde. Ce n’est pas en accentuant la précarité des carrières des chercheuses qu’elles seront plus libres de faire des enfants quand elles le souhaitent. Quelles sont les chances pour une femme de se voir titularisée si sa grossesse intervient à la fin de son temps de « pré-titularisation » ?

Alors, on attend, bien obligées.

Et il arrive que ce choix se révèle douloureux. L’argument, en cela, est cruel.

En revanche, il est temps d’ouvrir des crèches sur les campus, de prévoir des allongements de crédits et de contrats automatiques sur les projets qui engagent une doctorante ou une post-doctorante en congé maternité, et avant tout de permettre un accès rapide à un emploi stable.

La précarité n’ouvre à aucune liberté. En allongeant la durée des contrats précaires ou en important l’oxymore du CDI de mission dans l’ESR, ce n’est pas seulement la liberté de chercher qu’on menace. La liberté de fonder une famille pour tou.te.s celles et ceux désireux d’exercer dans l’ESR, l’indépendance matérielle des femmes – condition première de leur liberté, le droit effectif de choisir le moment de sa grossesse, c’est tout cela et bien plus encore que condamne la précarité. Dans la recherche comme ailleurs.

La précarité, c’est aussi souvent renoncer à quitter un conjoint, faute de pouvoir louer un logement, quel que soit le niveau d’études. La précarisation des carrières est incompatible avec la lutte contre les violences faites aux femmes. Que devient la « grande cause du quinquennat » dans ces conditions ? Non, ce n’est pas ainsi que les métiers de la recherche seront plus attractifs, ni les femmes plus libres.

Mais surtout, c’est réducteur à un point assez sidérant de considérer l’emploi des femmes uniquement par le prisme de leur potentialités procréatrices. N’y avait-il rien d’autre à constater ? Les femmes représentent 45% des MCF mais 26% des PU4, c’est à cause de leur premier accouchement tardif, peut-être ? En quoi le contrat de « pré-titularisation », même allongé de la durée d’un congé maternité peut-il influer positivement sur cette répartition ? Les femmes ont plus de difficultés à trouver un emploi stable après leur thèse que les hommes, en quoi le CDD de « professeur junior » peut-il résoudre cette inégalité ?

Nous ne sommes pas des ventres, faut-il encore le rappeler ? Nous ne sommes pas tenues à l’écart de la plupart des positions hiérarchiques de l’ESR par notre irrépressible besoin de procréer. Il n’y a pas d’emploi parce qu’il n’y a pas de poste, il n’y a pas de femmes parce qu’il y a des inégalités à combattre, un sexisme plus ou moins latent et des habitudes ancrées. Les projections du ministère disponibles (jamais remises à jour depuis 20135) situent la parité parmi les PU en 2068, ça fait combien de générations de chercheuses à attendre ? La campagne de financement de projets de lutte contre les discriminations sexistes et sexuelles dans l’ESR aboutit à l’attribution de 1 000 à 8 000 € de crédits à 24 projets dont aucun ne concerne les recrutements dans l’ESR6. Peut-on réellement croire qu’il s’agisse d’une « grande priorité » ? Je fais partie des privilégiées, j’entame mon deuxième CDD à deux ans de la soutenance et je m’en arrange parce que je peux pour l’instant mais ça ne durera pas éternellement comme ça et mon fils aimerait bien, comme moi, que nous partagions des vacances, puisque le ministère se préoccupe de ma vie familiale. Or la précarité, ça veut aussi dire, renoncer aux congés maladie, renoncer aux vacances pour venir à bout de la mission trop copieuse si on considère le temps nécessaire pour trouver le contrat suivant, pour candidater aux rares postes, pour continuer à faire son réseau, pour poursuivre et diffuser sa recherche.

« Les recrutements dans le corps des maîtres de conférences se font en moyenne à 34 ans, soit un âge auquel les besoins éducatifs des enfants sont encore particulièrement importants. »

Oui, et ? Cette phrase reste un mystère. On aurait pu écrire aussi « Il reste de la vaisselle dans l’évier. », ç’aurait été tout aussi éclairant.

Les femmes sont donc davantage sollicitées jusqu’aux 6 ans de l’enfant ? Et donc ? On prend acte et on ne change rien ? Doit-on comprendre qu’elles sont moins susceptibles d’être recrutées dans le corps des maîtres de conférence parce qu’elles sont accaparées par leurs petits ? Il faut encore attendre pour les embaucher ? Puis, elles seront trop vieilles, trop fatiguées, plus assez décoratives pour les réunions importantes ?

On voit mal ce que vient faire cette considération, si ce n’est qu’il semble évident que le rédacteur ou la rédactrice semble associer sans la moindre hésitation âge tendre de l’enfant et accaparement de la mère, sans la moindre idée, même lointaine, de remettre en cause cette équivalence…

Dès lors, ce ne sont pas seulement sept petites lignes rapidement rédigées qui soldent la question de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les 187 pages du texte de l’Étude d’impact de la LPPR, c’est bien un positionnement sur la condition féminine dans l’ESR et au-delà qui est révélé. La question de la place des femmes dans la recherche est abordée en considérant leur maternité potentielle, c’est tout. Les disparités salariales à grade égal, la diminution du nombre de femmes dès l’inscription en thèse alors qu’elles sont majoritaires auparavant, les freins à la carrière qui conduisent à une très moindre proportion de femmes parmi les professeurs des universités ou les directeurs de recherche, le moindre nombre de femmes déposantes et lauréates, logiquement mais pas seulement, aux appels à recherche ANR ou H2020 ne sont pas même évoqués.

Comment ne pas lire dans ces lignes un propos réactionnaire sur les femmes et les moyens mis en œuvre pour atteindre l’égalité entre femmes et hommes ?

L’émancipation est incompatible avec la précarité subie.

La LPPR est injuste pour tous et toutes mais avec ces sept petites lignes, on a bien compris qu’elle se préoccupait encore moins de l’être avec toutes qu’avec tous. Alors on va le dire calmement mais fermement : on n’écrit pas une thèse avec son utérus, nos recherches ne sont pas plus dépendantes de notre désir de procréer ou non que celles des hommes, il n’existe aucune justification aux inégalités entre femmes et hommes dans l’ESR si ce n’est les résidus rances d’un patriarcat qui ne l’est pas moins. La précarité subie fragilise, pour l’heure la place des femmes dans l’ESR doit être renforcée. Ce texte est plein d’effluves irrespirables d’une conception hors d’âge de l’emploi des femmes, rejoignons alors Virginie Despentes : c’est terminé. On se lève. On gueule.

On prend notre place.

https://www.flickr.com/photos/133462628@N07/19044043151/in/photolist-v1RGxz-mLLwqk-2K2xf6-4W3w2B-629Ktf-24K9c3H-4nHrgg-4nMv39-Ln3iE-4Gn7cW-6cu1f8-4Kav5S-WC48cB-VKVV2E-4nMuXL-8YDQnp-6Btz5k-9fRhxq-5J9WQ-unK5vr-5w5YcD-NkXY-2eaTMRR-KraB9L-7qevDB-6L5R6N-3njCq-57WAmu-2isYGY1-Qgy1cx-6L1CEK-4EgsHB-2dAyJQL-4xNuaC-aYTgEr-QQEvb-odjLuS-QyL4Y4-nvYQ3k-8NdmWT-ckYcbo-9UimKj-unT7z-qJzF3X-2h4jJzA-8JLeAN-5nQJeS-y9Msn9-PVAyjU-8i1DJR

Sexism, by Ariadne Limite, 2012

  1. dans le civil, Camille Noûs []
  2. Vidal Frédérique, Lettre de la Ministre aux acteurs de la recherche, consulté le 14 juin 2020. []
  3. MESRI, Vers l’égalité femmes-hommes, chiffres-clés 2020, p.14, consulté le 14 juin 2020. []
  4. MESRI, Vers l’égalité femmes-hommes, chiffres-clés 2020, « Avant-propos » de F. Vidal, consulté le 14 juin 2020. []
  5. MESR, Égalité entre les femmes et les hommes, Chiffres clés de la parité dans l’enseignement supérieur et la recherche, consulté le 14 juin 2020. []
  6. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid148396/financements-de-projets-en-faveur-de-l-egalite-des-sexes-et-de-la-lutte-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles-au-sein-de-l-enseignement-superieur-et-la-recherche.html, consulté le 14 juin 2020. []

2 réflexions sur « La LPPR et les femmes : une priorité majeure ? »

  1. Texte très révélateur des difficultés rencontrées par les chercheuses dans le début de leur carrière !! Merci !

  2. Superbe texte
    Le pire c’est que rien n’a changé depuis les années 80 dans l’enseignement supérieur et dans bien d’autres milieux
    Le cri est toujours le début d’un chant de lutte
    KatTheKat aka La Claviste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.