Rencontre avec Frédérique Vidal – AEF info Live. Un compte rendu

En dépit de nombreux problèmes de connexion, la rencontre en visio-conférence s’est tenue. Une auditrice a eu l’amabilité de prendre des notes que nous publions sans filtre en faisant remarquer le contraste entre la qualité des réponses et celle des réponses de la Ministres.

Q- impact financier de la crise sanitaire sur secteur ESRI ? Quels moyens pour la rentrée ? Allemagne : plan de relance 130 Md€, dont la moitié pour ESR.

Vidal : crise inédite, impact sur bcp de secteurs, dont ESRI. Impact complet pas encore connu. Les établissements font remonter un décompte des difficultés rencontrées (baisse ressources propres avec formation continue, contrats de recherche…). Plusieurs outils : abondement sur programme vie étudiante, Contrat de Plan Etat-Régions (bâtiments) avec régions (CPER), programme d’investissement d’avenir (PIA), plan de relance (remettre de l’humain, accompagnement des jeunes et étudiants) investissement de long terme via LPPR.

Q- Calendrier CPER maintenu ?

Vidal- Lettres d’intentions partagées qui vont alimenter le plan de relance idéalement avant l’été, signatures de contrat fin d’année ou début 2021 pour ne pas prendre de retard.

Q- PIA4 : est-ce que la crise sanitaire rebat les cartes sur les priorités (innovation, numérique avec AAP récent) ? Est-ce que ça fait partie des leviers à activer en termes d’investissement ?

Vidal- oui, numérique, infrastructures, pour soutenir R&D ; nous avons des équipes qui font le lien avec monde socio-économique. On repense les outils pour en renforcer certains.

Q- Calendrier PIA4 déjà connu sur les grandes orientations ?

Vidal- Non, objectif : le lancer pour 2021. Quasiment terminé, peut-être un peu de retard à cause des remaniements actuels.

Q- Ca peut être un levier pour la transformation numérique de l’ESR ?

Vidal- oui, il y a déjà eu bcp d’initiatives pour transformation de pédagogie avec de nouveaux usages pour le numérique, on a vu à quel point il fallait qu’on soit mieux préparés, établissements ont fait des miracles (fourniture d’ordis au étudiants, repenser les formations, utiliser les outils collaboratifs, maintien de liens avec les étudiants). Très compliqué de n’utiliser que le distanciel pour enseigner, impact de la relation humaine dans l’acte même de transmettre des connaissances. Néanmoins, outils numériques permettent d’enseigner autrement et faire d’autres formes de pédagogie, ça a été testé en temps réel et je suis admirative par le travail qui a été fait par l’immense majorité des équipes.

Q- Et le plan de relance, est-ce que vous espérez que l’ESR aura une bonne place ou est-ce que pour l’ESR c’est le CPER qui va jouer ce rôle-là, ou est-ce qu’il y aura d’autres volets dans ce plan de relance qui pourraient nous concerner ?

Vidal- Bien sûr, il y a aura des volets sur l’ESR, un certain nombre d’annonces ont été faites (soutien à l’apprentissage, propositions pour impact le plus contenu possible de cette crise sur les étudiants et sur les labos de recherche – bcp ont dû arrêter des expérimentations, ça signifie des semaines et des mois de travail à ré-initier, on a perdu toute la saison de printemps, par exemple semences [semis ?] pas pu être faites dans un centre INRAE donc 1 année de retard). Il faudra qu’on accompagne par le plan de relance tout le secteur de l’ESRI.

Q- Quel calendrier pour le plan de relance ?

Vidal- On y travaille, ça fait partie de ce que le président de la république souhaite faire dans les prochaines semaines, juste avant ou juste après le mois d’aout, tous les ministères y travaillent, nous y participons très activement.

Q- Donc la LPPR ne sera pas le plan de relance de l’ESR, il y aura sans doute d’autres leviers à activer ?

Vidal- Ça fait 18 mois qu’on travaille à la LPPR, lancée par le premier ministre en février 2019, confirmée par président fin 2019, son ambition a été annoncée par le président pendant la crise. On était déjà convaincus qu’il fallait réinvestir dans la recherche, c’est une brique essentielle de la souveraineté d’un pays que la production de la connaissance. La crise nous a convaincus plus encore qu’il fallait le faire, que dès 2021 les premiers budgets de programmation de la recherche puissent être inscrits dans les projets de loi de finance. Tout était quasiment prêt pour le mois de mars, planification en conseil des ministres prévue fin mars, avec crise du covid, on s’est concentrés sur d’autres sujets, mais président et premier ministre ont souhaité que la LPPR soit remise le plus vite possible dans le circuit, car cette crise a démontré l’importance de la connaissance dans la gestion des crises.

Q- Comment vous comparez les 50 ou 60 milliards de l’Allemagne, dont on ne sait pas encore quelle est la planification, mais c’est assez énorme, avec ces 25 milliards ; et 2è question, 92 millions d’euros par an de revalorisation pour les personnels, est-ce qu’il y a un lien, une condition de suspension liée à la loi-retraite dont on ne connait pas encore le sort aujourd’hui, ou est-ce que c’est complètement indépendant ?

Vidal- Non, pas du tout, la question de l’attractivité, de la revalorisation de ces carrières est prégnante depuis plusieurs années, c’est totalement disjoint de la question de la réforme des retraites. Il y a un vrai besoin, pour continuer à former des jeunes et accueillir de nouveaux talents dans le monde de la recherche, un vrai besoin de revalorisation. Quand on est recruté après 8 ans d’études et plusieurs années de postdoc, à des salaires de l’ordre de 1,4 ou 1,5 SMIC, on est dans un pays qui maltraite sa recherche et ses jeunes chercheurs. C’est essentiel qu’on puisse travailler à ces revalorisations et c’est totalement disjoint.

Q- Et les 60 Mds allemands, par rapport aux 25 Mds en France ?

Vidal- là encore, vous le savez, en France ça faisait un moment, une vingtaine d’années quasiment, qu’on avait pour ambition d’atteindre les 3% du PIB, l’Allemagne les avait atteints, et l’Allemagne avait annoncé que la marche suivante serait 3,5% du PIB. Ce que permet la LPPR, c’est de tenir cet engagement de 3% du PIB, le principe même de l’organisation en Allemagne est extrêmement différent, les universités sont régionales, la recherche est dispatchée dans des instituts, le mode d’organisation est totalement différent, je crois que ce qui est important est qu’on fasse le meilleur usage de cet investissement massif dans la recherche qui n’a pas été vu depuis les années 50.

René-Luc (fait la synthèse des questions des internautes)- question urgente qui concerne la prolongation des contrats doctoraux et post-doctoraux, inquiétude sur les moyens disponibles pour ces prolongations.

Vidal- La première étape, l’autorisation de prolonger ces contrats, a été franchie. Je me suis engagée à ce que les doctorants, en lien avec un directeur de thèse et leurs écoles doctorales puissent faire valoir une demande de prolongation de la durée de leur contrat, qui évidemment, lorsque ce sont des contrats financés par l’Etat, sera assorti à une prolongation du financement. Y’a aucune ambigüité là-dessus, que ce soit des contrats doctoraux dans le cadre de la subvention de chargé de service public, et que ce soit des contrats doctoraux dans le cadre des projets et programmes de l’ANR, c’est un engagement qui avait été pris, évidemment ça n’avait pas de sens de prolonger les contrats doctoraux sans prolonger leur financement. Donc ça, c’est un engagement de la part de l’Etat. Je suis aussi en train de travailler avec les régions, puisqu’un certain nombre de contrats doctoraux sont financés aussi par les régions, de manière à voir avec eux quels critères les régions souhaitent mettre pour la prolongation de ces contrats, de manière à ce qu’on puisse avancer. Ça concerne tous les doctorants qui sont inscrits, ce qui signifie que ça peut être des prolongations pour des doctorants qui sont déjà en troisième année, ou des doctorants qui sont en deuxième année mais qui ont eu un impact très fort sur leur recherche de par cette crise, et c’est à la demande des doctorants, des directeurs de thèse et des écoles doctorales. Le ministère assurera derrière les financements. On a aussi des doctorats qui sont financés par d’autres voies, des associations, dans ce cas-là on regardera au cas par cas comment on peut travailler ; ce sont des volumes de doctorants beaucoup plus petits, mais il n’empêche que derrière il y a aussi des étudiants, donc on y portera une attention particulière.

Q- Vous n’avez pas une enveloppe prédéfinie pour la prolongation ?

Vidal- Non, en fait c’est un vrai droit de tirage, donc on assumera cette prolongation.

RL- la LPPR prévoit une revalorisation du montant accordé aux doctorants qui bénéficient d’un contrat doctoral à partir de 2021. Est-ce que ça concerne seulement les nouveaux doctorants ou l’intégralité des doctorants qui ont déjà un contrat doctoral ?

Vidal- C’est une revalorisation à hauteur de 30% des contrats doctoraux, c’est une augmentation aussi du nombre de contrats doctoraux, vous savez que mon souhait, mon ambition est que tous les doctorants en formation initiale aient une source de financement. Je trouve que c’est extrêmement compliqué d’avoir des doctorants sans financements, ils sont certes encore en formation car ils sont encore étudiants et ils ont à obtenir un diplôme, mais ils sont aussi les forces vives de la recherche. Donc ça me parait normal de ce point de vue-là qu’ils puissent avoir des financements.

Q- Est-ce que ça veut dire qu’il faut interdire les doctorats sans financement ?

Vidal- Non, la question, c’est jamais d’interdire, ça n’a pas beaucoup de sens, il y a des cas particuliers. Mais avoir pour objectif le fait que tous les doctorants aient un financement, je crois que c’est un objectif que nous avons tous intérêt à porter et à travailler ensemble et c’est pour ça qu’on augmente le nombre de contrats doctoraux financés par l’Etat, on va aussi augmenter le nombre de contrats CIFRE et on va aussi travailler à avoir de plus en plus de financements possibles pour financer un maximum de doctorants. Sur la question de comment ça se met en place dans le temps, c’est au cœur même des discussions que nous avons actuellement avec l’ensemble des représentants des personnels et des corps constitués, y compris avec les associations de doctorants et de jeunes docteurs, tout ça c’est en train d’être calé, en tous cas l’objectif est celui qui est inscrit dans la loi.

RL- Dans la LPPR, on voit arriver de nouvelles formes de contrats, dont l’une ressemble étrangement à ce que les anglo-saxons appellent la tenure-track, et il y a plusieurs questions au sujet de ces chaires de professeurs juniors, pour savoir quel est l’avantage d’introduire ce type de contrat à l’université d’une part, et d’autre part pourquoi ces chaires sont contingentés alors que les universités sont autonomes.

Vidal- ce sont des questions très différentes. L’une est une question d’observation de ce qui se passe. On a en France deux niveaux de recrutement actuellement, maître de conférences ou chargé de recherche, et puis un deuxième niveau de recrutement qui est professeur d’université ou directeur de recherche. Il nous manque un métier intermédiaire pour des jeunes qui sont partis, qui ont démarré leur carrière à l’étranger, qui souhaitent revenir en France, ou pour des jeunes qui souhaitent, après avoir fait leurs études ou leur début de carrière à l’étranger, revenir en France, qui n’ont pas encore un dossier suffisant pour concourir sur un emploi de professeur, et qui ont un dossier qui leur permet d’espérer un recrutement un peu plus haut que les maîtres de conférences. Il y a eu plusieurs tentatives par le passé pour essayer de résoudre ces sujets-là, il y a eu les chaires partagées entre les universités et les organismes, où on rajoutait un morceau de salaire supplémentaire pendant 5 ans, et puis au bout de 5 ans ça s’arrêtait et puis voilà. Plusieurs choses ont été testées. Ce qui nous semblait important de faire, c’était d’en faire une nouvelle voie possible d’entrée dans la carrière, sur des populations intermédiaires qui ont déjà une expérience reconnue en recherche, et qui n’ont pas encore le niveau nécessaire pour être recrutés comme directeur de recherche ou comme prof d’université. Quand je dis le niveau, c’est les antécédents, le background, les publications, les compétences, etc. Le principe de ces chaires de professeur junior c’est qu’on peut donc être recrutés avec une période de transition qui conduit à une titularisation comme professeur ou comme directeur de recherche au bout de 3 à 5 ans. Donc c’est une sorte de pré-embauche sur la fonction publique, où on donne l’opportunité à ces personnes pendant 3 à 5 ans de faire définitivement leurs preuves pour qu’elles puissent rejoindre le corps des DR ou des profs. Ce qui nous est apparu comme essentiel c’est évidemment, qu’on n’utilise pas les emplois de MC ou profs offerts chaque année, et qu’on soit capables de créer de nouveaux emplois sous plafond. C’est ce que prévoit la loi de programmation de la recherche, elle prévoit de créer 5200, de mémoire, nouveaux emplois sous plafond Etat sur la période qui vient. Et donc c’est aussi pour ça que, évidemment, pour le moment nous avons souhaité limiter le nombre de chaires de professeur junior, car c’est important qu’on garantisse derrière qu’il y ait bien possibilité de titularisation. C’est une autre voie d’accès à la fonction publique qui a été pensée pour ces catégories intermédiaires pour des personnes qu’on avait du mal à attirer ou à réattirer en France après un séjour dans d’autres pays. Donc voilà, c’est le choix qui a été fait, c’est effectivement de les limiter à, au maximum, 25% des recrutements.

Q- Et par ailleurs c’est aussi une mesure qui crispe une partie de la communauté, est-ce que vous le comprenez, est-ce que ça ne risque pas de polluer un peu le débat sur les moyens, parce qu’il y a ces tenure-track, il y a aussi le CDI de mission scientifique qui n’est pas toujours accueilli avec grand enthousiasme, et plusieurs types de contrats, est-ce que ces contrats-là, ça risque pas de polluer un peu l’accueil des moyens supplémentaires que vous soulez dégager pour la recherche ?

Vidal- Il faut vraiment comprendre que ce sont des outils supplémentaires. Si les établissements estiment qu’ils ne cherchent pas à faire cela, et moi ce n’est pas ce que j’ai entendu quand je me suis déplacée, que ce soit dans les labos, que ce soit auprès des instances de pilotage des universités, c’est un outil intermédiaire qui m’a été demandé. Après c’est un outil, c’est-à-dire que je n’impose pas un minimum de recrutements par cette voie-là. C’est un outil supplémentaire qui est offert parce que, là encore, on a des disciplines où les doctorants ne terminent même pas leur doctorat. On a des disciplines où on a une aspiration de toute la force de recherche qu’il est difficile de contrer si on n’a pas des mesures d’attractivité un peu innovantes. C’est aussi une demande que j’ai entendue de la part des personnes qui ont pu être recrutées sur les programmes prioritaires de recherche sur le climat, qui nous disent ‘nous on est venus pour 3-5 ans et qu’est-ce qui se passe dans 5 ans’. On a le choix dans les établissements et c’est toujours possible de le faire, de faire des CDI. Ça c’est déjà faisable, mais quand on est en CDI on n’a pas un statut de professeur d’université ou de DR donc parfois c’est compliqué à comprendre de l’étranger. Donc il vaut mieux avoir un statut de prof car globalement c’est plus reconnu dans le monde, quand on dit prof d’université tout le monde voit dans le monde universitaire à quoi ça correspond. Donc voilà, c’est un outil de plus qui a été donné. Les CDI de mission, c’est autre chose, c’est vraiment une demande très très forte pour lutter contre ce qui se passe actuellement dans les établissements où on recrute des gens sur contrat, et par exemple ils s’occupent de plateformes ou de données et au bout de 3, 4, 5 ans maximum on a peur de prolonger leur contrat parce qu’on ne veut pas les CDIser parce que là encore les CDIser signifie supprimer un emploi de fonctionnaire pour pouvoir continuer à les payer sur les fonds de l’établissement. Donc ce qu’on a créé c’est un CDI de mission et là aussi on a augmenté les plafonds d’emploi pour faire en sorte que ces CDI de mission permettent de conserver les gens, leurs compétences, tout ce qu’ils apportent à des équipes, vous savez, c’est très long de constituer des équipes en recherche, il faut plusieurs mois, plusieurs années pour vraiment s’imprégner de la recherche qu’on fait, et pour pouvoir les conserver, y compris si les sources de financement varient. On peut avoir une première ANR, une ERC, ensuite vouloir les payer sur d’autres fonds du labo ou de l’établissement et on ne pouvait pas aller au-delà de 5 ans sinon on avait une CDIsation obligatoire. Et ce côté obligatoire de la CDIsation, avec ce que ça impactait en termes d’absence de recrutement en parallèle de fonctionnaire, bloquait le système. Donc ces CDI de mission scientifique permettent de garder ces gens, de garder ces compétences, de faire en sorte qu’ils puissent être financés sur du long terme, en utilisant différentes sources de financement et différents contrats de recherche. Et pour répondre par anticipation à une question qui revient très régulièrement qui est puisque vous faites des CDI de mission sous plafond, pourquoi vous ne créez pas directement des postes d’ingénieur ou de technicien, la réponse est qu’on ne peut recruter un fonctionnaire d’Etat que sur le financement de subvention pour charge de service public. On ne peut pas les recruter avec d’autres sources de financement. Or l’immense majorité de ces personnes sont payées au travers d’autres sources de financement. Donc pour faire en sorte qu’ils puissent continuer à travailler pour leurs équipes et dans leur établissement on a inventé ce CDI de mission scientifique. Ce sont les deux nouveaux outils, et une fois de plus ce sera aux labos de s’en emparer, en tous cas ils ont été demandés par une partie de la communauté, et donc comme une nécessité de quelque chose de législatif, j’ai utilisé la LPPR qui est une loi budgétaire pour autoriser ces deux nouvelles façons de recruter les gens.

Ratrick Lemaire (PL)- des participants attentifs ont regardé l’étude d’impact de la loi et qui ont une question à propos de l’évolution du nombre de postes mis au concours, et de l’évolution des départs en retraite. La question est de savoir si finalement il y aura des créations de postes d’enseignants-chercheurs, ou si on se contentera de remplacer les départs en retraite.

Vidal- Ce que prévoit la LPPR dans sa volumétrie sous plafond Etat c’est qu’on puisse recruter des titulaires, c’est qu’on puisse titulariser les chaires de prof junior et que l’on puisse asseoir les CDI de mission scientifique sur des emplois pérennes. Donc les trois choses sont prévues dans la trajectoire, et j’ajouterais une particularité, c’est que les financements qui vont avec sont prévus. Quand on a vécu la période précédente on s’est rendu compte que, certes, le nombre d’emplois pouvait augmenter, mais en réalité pour supporter les augmentations de masse salariale, alors qu’on avait autorisation de créer des emplois, en réalité en supprimer pour continuer à payer les gens qui étaient là, on avait une véritable érosion de l’emploi scientifique. Là, l’objectif c’est qu’au travers de cette loi on puisse non seulement annoncer des ouvertures de postes, mais aussi les financer.

RL- Pourquoi faire le choix de renforcer, de manière importante quand même, puisque c’est un milliard de plus à terme qui vont aller au budget de l’ANR, donc de renforcer considérablement la logique des appels à projet plutôt que de renforcer plus directement les crédits récurrents, donc la subvention pour charge de service public qui serait versée directement aux établissement et aux organismes de recherche et qui pourrait irriguer de cette manière directement les laboratoire ?

 Vidal- C’est pas parce qu’on augmente les financements au travers de l’ANR qu’on refuse de soutenir la recherche de base. Je dirai même que la façon dont nous allons le faire, c’est l’inverse. Nous avons une ANR qui aujourd’hui finance environ 16% des projets qui sont déposés, ce qui est infiniment plus faible que toutes les agences nationales de recherche, et donc une revendication depuis longtemps est de dire que tant que l’ANR ne financera pas au moins 25% des projets qui lui sont présentés on aura toujours une part de très bons projets qu’on arrive pas à financer parce que les financements de l’ANR ne sont pas suffisants. Donc nous avons choisi d’avoir pour ambition que 30% des projets déposés à l’ANR soient financés. La 2e chose que nous avons choisi de faire est de faire arriver le plus possible l’argent directement dans les labos. Ça veut dire que quand on aura une équipe qui dans un labo demandera 100 pour faire un projet, l’équipe aura 100 et l’ANR donnera 40 de plus. Une partie de ces 40, c’est normal, ce sera les frais de gestion, ce sera les frais d’hébergement, et actuellement c’est parfois payé sur les budgets des projets eux-mêmes, ce qui déjà pose un problème, ce ne sera plus le cas, ce sera à part. Mais une partie de ces 40 ira aussi au labo auquel l’équipe qui a gagné son ANR appartient. Parce que c’est très important qu’il y ait un soutien à la recherche collective et à la politique scientifique de l’ensemble du labo, pas seulement des équipes qui remportent des ANR dans les labos. Parce que si une équipe remporte une ANR dans un labo, en réalité c’est l’ensemble du labo qui l’a aidée, qui a facilité les choses donc c’est normal qu’il y ait un retour collectif sur le labo qui lui évidemment est totalement libre et qui doit aller à d’autres équipes que celle qui a gagné l’ANR et qui permet de soutenir de l’émergence, des jeunes équipes, des projets dont on a l’impression qu’ils sont très brillants mais qui à leur stade de maturité ne sont pas éligibles sur des financements de type projets de recherche. Et puis une partie ira abonder la politique scientifique au travers des organismes et des universités. Et donc finalement c’est une façon d’utiliser un tuyau qui existe déjà pour amener les financements au plus près et qu’une partie de ces financements aille au labo qui abrite l’équipe et une partie des financements supplémentaire aille à la politique de site et à la politique scientifique des établissements. Pour donner un ordre de grandeur actuellement il y a environ 50 millions d’euros de financements autres que les financements des projets qui sont versés par l’ANR aux établissements. On passera à 450 millions d’euros par an. Donc c’est un investissement massif dans la recherche totalement dicté par les politiques scientifiques des labos et par les politiques de site et d’établissement.

RL- Une question porte sur le périmètre des mesures qui sont portées par la LPPR : concerne-t-elle les enseignants chercheurs qui relèvent d’autres ministères, par exemple le ministère de l’agriculture ? Est-ce que cette loi est universelle à ce sens-là ?

 Vidal- oui, absolument, c’est la raison pour laquelle nous commençons l’ensemble des consultations qui sont nécessaires et qui concernent tous les ministères. Les processus qui sont prévus, en termes de revalorisation, sont des processus, en termes de financements, qui concernent les EPST comme les EPIC, les écoles comme les universités, et donc nous passons devant les comités techniques et les comités consultatifs de l’ensemble des ministères, c’est 17 instances consultatives qui vont être consultées dans les semaines qui viennent.

Q- Vous avez évoqué une certaine défiance de la communauté, est-ce que vous pensez que cette loi va créer de la confiance, restaurer de l’enthousiasme, comment vous pensez que cette loi va pouvoir restaurer cette confiance ? On sent quand même qu’il y a des attentes fortes, avec beaucoup de craintes d’être déçus, qu’est-ce que vous pouvez répondre à la communauté sur ce sujet ?

Vidal- Je connais les attentes, d’autant plus qu’à une autre époque j’ai participé à toutes les consultations qui ont eu lieu. Comme je vous le disais lundi, il y a eu beaucoup de livres blancs, beaucoup de stratégies nationales qui ont été écrites, il y a eu beaucoup de choses, et on attendait toujours l’investissement. Passer de 15Md€ par an à 20Md€ par an pour la recherche en disant injecter 25 Md€ par an pour la recherche, c’est quelque chose qui n’a jamais été fait depuis la fin des années 50. Alors on se focalise sur des points qui ne sont que des outils offerts, si les gens n’en veulent pas ils ne le feront pas, par définition c’est comme ça que ça fonctionne, et donc l’objectif c’est de redonner de la respiration. On n’a pas parlé des autres mesures, de la possibilité d’années sabbatiques, d’avoir des promotions et des avancements de carrière qui soient liés à autre chose que la seule évaluation bibliométrique de la production scientifique, on n’a pas parlé de la capacité à reconnaitre qu’une université c’est un ensemble de personnes qui travaillent à des objectifs majeurs qui sont de produire la connaissance , de diffuser cette connaissance, de prendre soin des étudiants, de regarder comment on peut les insérer professionnellement, de diffuser de la culture scientifique vers l’ensemble de la société, c’est tout ça, une université, et pour que ça fonctionne on a besoin de tout un tas de gens extrêmement différents. Pendant trop longtemps on a fait des choses qui s’imposaient à tous, et qui ne correspondaient pas aux attentes de chacun. On n’a pas aussi évoqué que les financements de l’ANR vont être adaptés en fonction des disciplines, vont porter des choses différentes. On va augmenter aussi les possibilités d’accueil à l’institut universitaire de France. Je crois qu’il faut redonner du temps, redonner des moyens, de la visibilité, c’est comme ça qu’on redonnera de la confiance. Je sais que les attentes sont très fortes, j’espère qu’elles ne seront pas déçues. Je n’ai rencontré personne qui a dit que le système dans lequel nous avons vécu dans l’ESR n’était pas perfectible. J’ai écouté les demandes des uns et des autres, j’ai rajouté les outils nécessaires et surtout j’ai fait en sorte que nous investissions 25 Md€ sur 10 ans. Ce sera à la communauté de faire au mieux avec ces financements supplémentaires. Il y a des choses auxquelles je tiens, qui consistent à revaloriser les salaires, revaloriser les carrières, l’ensemble des missions des personnels de l’ESR, quelle que soit leur catégorie, quelle que soit leur fonction. Le reste, c’est à l’ensemble de la communauté de s’en emparer de façon à ce qu’on puisse continuer à produire ces connaissances qui est essentielle pour notre pays, et essentielle de façon générale.

Je vais soutenir les établissements qui souhaitent préparer une rentrée dans laquelle les outils numériques auront une place particulière, notamment pour pouvoir accueillir les étudiants internationaux, et pour pouvoir anticiper au cas où nous aurions une 2e vague épidémique au cours de l’hiver, mais qui ont aussi décidé de s’emparer de ce moment pour transformer leur pédagogie et leur façon d’enseigner. Je n’ai en aucun cas exigé ni imposé que la rentrée universitaire se fasse 100% en formation à distance donc je ne sais pas d’où vient cette rumeur. J’aiderai tous les établissements qui souhaitent mettre en place ces formations à distance. Je pense que ceux qui anticipent une rentrée difficile pour les étudiants internationaux, une rentrée qui peut être compliquée par un retour de l’épidémie ont évidemment raison de le faire parce qu’on ne sait pas ce qui nous attend, mais une fois de plus je fais confiance à la communauté des universitaires pour savoir comment préparer au mieux la rentrée. C’est eux qui savent, qui sont sur le terrain, au contact.

Liste des questions posées par les gens inscrits

(du plus récent au plus ancien)

André-Max Boulanger il y a 6 heures

peut-être faudrait-il un nouveau live centré uniquement sur la rentrée scolaire

Gildas Loirand il y a 6 heures

J’arrive un peut tard… A-t-elle annoncé ou pas sa démission ?

Stefane Dupont il y a 6 heures

Jeudi prochain…. Mme la Ministre ne sera pas au CNESER ?

Matthieu Pinel il y a 6 heures

Merci

Giancarlo Faini il y a 6 heures

merci pour le live

Patrick Lemaire il y a 6 heures

merci pour ce live!

Jean Dupont il y a 6 heures

Bon, et bien nous vous poserons nos questions dans la rue…

Marie-Louise Jan il y a 6 heures

Merci beaucoup Madame La Ministre

Simon Larger il y a 6 heures

bravo pour ce live

Véronique del Vecchio il y a quelques secondes

une déception manifestement partagée

Gildas Loirand il y a quelques secondes

C’est une injonction au distanciel ! Même si vous dite que ce n’est pas une imposition. Les étudiants internationaux, s’il reste cjhez eux pour étudier, c’est mieux !

Adrien Frantz il y a quelques secondes

La communauté que vous mentionnez rejette massivement la LPPR, comme les remarques et questions dans ce salon en témoignent

Jean Dupont il y a quelques secondes

Mais qui sont les gens dont vous parlez quand vous dites « ces mesures étaient demandées » ?? Discutez-vous avec d’autres collègues que les membres de la CPU ?

Pierre-Yves Gilles il y a quelques secondes

(bis) Pouvez-vous aborder la question de la rentrée et l’accueil des étudiants (question posée au tout début de ce live), à ce jour pas d’unité dans les annonces des établissements et une inquiétude grandissante des étudiants (français, internationaux) et des enseignants.

Samuel Raetz il y a quelques secondes

Madame la Ministre, attendez-vous à ce que nous soyons déçu.

Julien Cavero il y a quelques secondes

Une réaction sur la rentrée et sur l’affirmation selon laquelle le prétexte sanitaire pourrait être utilisé pour avancer à marche forcée vers les universités numériques

Maxime Amblard il y a quelques secondes

sur les 25Md€ il y a tout de même une clause de revoyure en 2023 qui peut casser la dynamique.

PL

Patrick Lemaire il y a quelques secondes

Quelle assurance que les 25 Md€ seront bien investis? Ils le seront au delà du mandat présidentiel actuel…

 

Vd

Véronique del Vecchio il y a quelques secondes

cette loi pressent une opposition de la communauté !

AF

Adrien Frantz il y a quelques secondes

EN 2021, d’après la LPPR, l’ANR verrait ses crédits augmenter de +20% (149M€/738M€), contre de -14% à +1,5% pour les 3 programmes cités dans le projet de loi. C’est donc bien un renforcement de la recherche sur projets. Comment le justifier?

Iv

Isabelle von Bueltzingsloewen il y a quelques secondes

Peut-on parler de la rentrée puisque tout le monde le demande ?

Jean Dupont il y a quelques secondes

Surtout ne transmettrez pas à Madame la ministre sur la rentrée et sur le calendrier imposé pour la LPPR, ce serait dommage…

GL

Gildas Loirand il y a quelques secondes

Les projets ANR reposent sur des réseaux étendus de chercheurs et EC nécessairement placés hors sol. Ils ne sont plus au service de leurs labos en tant d’instances scientifiques collectives agissantes mais de leur carrière personnelle. Qu’en pensez-vous ?

MP

Myr Pic il y a quelques secondes

Désolée c’est pas une question constructive, mais c’est consternant, cette politique, ce mépris, cette absence de communication et cet enfumage, et en face on a de la recherche et des cours qui ne se font pas et de la désespérance.

Cl

Christine le Noan il y a quelques secondes

pourquoi n’évoque-t-on pas la rentrée?

JD

Jean Dupont il y a quelques secondes

Dans la vraie vie, notamment en SHS, les titulaires croulant sous les charges administratives délèguent la préparation des demandes d’ANR aux doctorants, évidemment sans que ceux-ci puissent être payés.

JP

Jean-Jacques Pardini il y a quelques secondes

De nombreuses inquiétudes sont exprimées sur la prochaine rentrée universitaire par la communauté enseignante. Ne craignez-vous pas que ces inquiétudes se muent en oppositions ?

Frederic Guinneton il y a quelques secondes

Pouvez-vous préciser en quoi consiste la simplification du fonctionnement des UMR ?

MC

Majdi Chaarana il y a quelques secondes

Ne pensez vous pas que le terme « gagner » pour parler de financement est fortement problématique quand l’ensemble de la communauté dénonce cette logique de concurrence?

SR

Samuel Raetz il y a quelques secondes

Pourquoi passer par la case ANR pour que de l’argent arrive dans les laboratoires ? Le financement récurrent ne permettrait-il pas cela ?

MB

Michel Bessiere il y a quelques secondes

pourquoi faire simple qd on peut faire compliqué pour financer les labos!

PL

Patrick Lemaire il y a quelques secondes

Pourquoi ne pas simplement augmenter les dostations pour service d’état des établissments et organislmes?

GF

Giancarlo Faini il y a quelques secondes

pourquoi ne pas donner directement au laboratoire garant de la politique scientifique du collectif?

JD

Jean Dupont il y a quelques secondes

Les problèmes techniques que vous rencontrez pour participer à cette discussion en ligne vous poussent-ils à réviser votre position sur les bienfaits des cours virtuels ? Vous vivez ce qu’on a vécu tout le semestre.

GF

Giancarlo Faini il y a quelques secondes

il suffit d’augmenter le nombre de projets déposés pour faire chuter le taux de réussite… pas vraiment un bon indicateur

MJ

Mathilde Jean il y a quelques secondes

Pouvez-vous aborder la question de la rentrée et l’accueil des étudiants (question posée au tout début de ce live), à ce jour pas d’unité dans les annonces des établissements et une inquiétude grandissante des étudiants (français, internationaux) et des enseignants.

Vd

Véronique del Vecchio il y a quelques secondes

pourquoi ne pas redistribuer la dotation aux universités puisqu’elles ont été déclarées à fonctionner en autonomie ? laisser chaque université juger de son mode opératoire et des ses ressources ?

SA

Stéphane Aymerich il y a 18 minutes

Doctorants en 3ème année plus quelques cas de 2nde année seulement?

PL

Patrick Lemaire il y a quelques secondes

Quelle assurance a-t-on que les établissements recruteront bien pour atteindre le plafond d’emploi « pérennes ». Comment éviter que cette augmentation des plafonds d’emploi ne se solde par un fiasco analogue à celui des « 1000 postes Fioraso »?

GR

Mme la Ministre, êtes-vous satisfaite du fonctionnement de l’ANR nonobstant une augmentation de son budget et de son taux de réussite dans le cadre de la LPPR ?
Je pense à la question des projets interdisciplinaires avec l’obligation d’un porteur disciplinaire.

GL

Si les CDI vous gênent autant que les postes de titulaires pourquoi de privatisez-vous pas explicitement l’ESRI par l’extension des CDI de mission ? Vous avez au passage avoué vouloir faire avaler la couleuvre de ces CDI de mission à la faveur d’une loi budgétaire. N’est-ce pas un peu malhonnête ?

 

JF

J’ai l’impression que ça ne répond pas à la question sur les retraites

TL

Justement, vous dite « profiter » d’une loi budgétaire pour réformer beaucoup plus largement les statuts : n’est-ce pas un détournement ? Le titre de la loi ne décrit pas son contenu.
Il faudrait 2 lois distinctes et du temps pour y travailler dessus.

JD

Vous plaisantez Madame la Ministre ? Il suffit d’augmenter les subventions pour charges de service public et le nombre de postes de titulaires.

MP

Que dites-vous aux étudiant.es à qui on supprime 10% des cours (une mesure qui se généralise) car il n’y a pas assez d’ouvertures de poste pour faire face ? Que vous assumez la fin de l’enseignement supérieur pour tou.tes ?

JG

Pourquoi ne pas augmenter les subventions pour charges de services public plutôt que créer un statut (puisque c’est ça le problème) ?

Pourquoi adapter les statuts au financement, au lieu d’adapter le financement aux besoins.

SR

Ces personnes sont payées par d’autres voies car il n’y a pas de possibilité de les titulariser par manque de poste. C’est quand même dingue d’entendre ce genre d’arguments…

MP

Myr Pic il y a une minute

Pourquoi créer des « CDI » de mission encore plus précaires que les CDD ? ça en fait que pérenniser la précarité. Les deux revers d’une même médaille : CDI mission et chaires…

JD

Jean Dupont il y a une minute

Madame la Ministre, plutôt que de chercher à créer de nouveaux statuts précaires, ou d’expliquer pourquoi les vrais CDI sont difficiles, pourquoi ne pas simplement créer des postes de titulaires ?? C’est ce que tout le monde demande !

GG

Gregory Goyau il y a quelques secondes

Quelle est l’analyse financière globale posée par le Ministère sur les Universités à la sortie de cette crise sanitaire (à aujourd’hui) ?
Des pistes de financements complémentaires (plan numérique ?) sont-elles envisagées ?

FL

Frédéric Lefebvre il y a une minute

Bonjour,

Quid du RIFSEEP pour les chercheurs et EC ?

Merci

SR

Samuel Raetz il y a une minute

Mais pourquoi pensez-vous que nos métiers manquent d’attractivité et surtout que cette « nouvelle » voie rendrait la recherche en France plus « attractive » ??

AB

Anne Bory il y a quelques secondes

Les labos et les UFR veulent des postes pérennes, avec des statuts permettant de stabiliser les équipes et non de les diviser à coups de statuts différenciés. Les chaires sont un gadget labellisé excellence, pas un « outil » qui permet de construire un service public d’ESR de qualité

Gildas Loirand il y a quelques secondes

Comment justifiez vous devant nous d’avoir placé un Conseiller d’Etat à la présidence du CNESER disciplinaire plutôt que d’y laisser un professeur d’université ?

Jean-Jacques Pardini il y a quelques secondes

Question de juriste : que devient le service public de l’enseignement supérieur avec les transformations déjà opérées et (surtout) à venir ? Si le service public obéit, notamment, au principe de mutabilité (ou d’adaptabilité), le rythme des changements doit être raisonnable.

Maxime Amblard il y a quelques secondes

Qui va financer les tenures tracks ?

Julien Gossa il y a quelques secondes

Macron juge le “monde universitaire coupable” d’avoir “cassé la République en deux”

Souscrivez-vous à cette analyse ?

https://www.lesinrocks.com/2020/06/11/actualite/societe/macron-juge-le-monde-universitaire-coupable-davoir-casse-la-republique-en-deux/

Vd

Véronique del Vecchio il y a quelques secondes

difficile d’accueillir des outils supplémentaires sans moyens nouveaux supplémentaires !

 

 

MB

Michel Bessiere il y a quelques secondes

Ne faudrait-il pas mieux un « corps » de CDI (mais des vrais!) de missions pouvant passer d’un projet à un autre que des CCD de missions renvoyés chez eux à la fin? Ce type de profils existe déjà ds certains EPIC.

CB

Capucine Boidin il y a quelques secondes

Le nombre de postes de professeur a diminué ces dernières années. Le nombre de mcf hdr frustrés dans leur carrière augmente. Et les tenures tracks leur passeront devant!!??

YB

Yves Bertrand il y a quelques secondes

Que pensez-vous de la maturité des équipements numériques dans l’ESR pour assurer dans de bonnes conditions, sans coupure, des milliers d’heures d’enseignement pour des millions d’étudiants ? Le retour au présentiel n’est pas le seul garant de l’équité pour tous les étudiants ?

 

 

MP

Myr Pic il y a quelques secondes

Comment auriez-vous fait pour avoir votre poste avec les critères que vous définissez ?

 

MR

Marine Ribals il y a quelques secondes

Le contrat doctoral de droit privé prévu par la LPPR ouvrira-t-il les mêmes droits que celui des doctorants contractuel de l’enseignement supérieur notamment sur les missions d’enseignement…

PL

Patrick Lemaire il y a quelques secondes

Les 5200 emplois sous plafond état additionnels comprennent ils les CDI de mission de recherche?

GL

Gildas Loirand il y a quelques secondes

Recrutement « un peu plus haut que les maître de conf. » pour ceux qui ont fait un voyage post-doc à l’étranger !
Juste pour éviter l’année d’après de laisser paraître un recrutement local trop manifeste ? C’est ce qui est indiqué de faire ainsi dans l’un des rapport LPPR !

VJ

Vincent Jolivet il y a quelques secondes

Ce nouveau statut ne risque-t-il pas de devenir un passage obligé et ainsi ralentir la progression des carrières ?

DL

Daniel Lacour il y a quelques secondes

Via les « Tenure Tracks » va-t-on vers une suppression des postes de maîtres de conférence et de CR ?

MP

Myr Pic il y a quelques secondes

Savez-vous qu’on ne veut pas de ces chaires, pour soi-disant passer ensuite professeur.e, on veut juste des postes pérennes ? Et qui va assurer les enseignements du coup dans les facs ? L’armée de vacataires ?

 

 

LN

Laura Naudeix il y a quelques secondes

Quitte à créer des chaires alternatives, pourquoi les retenir sur le stock (insuffisant !!) existant ! et que veut dire « donner satisfaction » ? quels critères de validation ? par qui ? par l’HCERES ?

MA

Maxime Amblard il y a quelques secondes

Est-ce que les chaires de prof. junior sont financé par les établissements ? Sur leurs propres supports de postes ?

 

 

AB

Anne Bory il y a quelques secondes

sur les tenure tracks, une autre question souligne les inégalités de genre constatées aux RU et aux USA. Ce n’est pas une petite question….

AF

Ana Claudia Fonseca Brefe il y a quelques secondes

La LPPR permettra d’augmenter le financement récurent des établissements et organismes ?

SM

Sandrine Martin il y a quelques secondes

De nombreux étudiants se sont engagés pendant le confinement notamment sur des actions mentorat à distance, cet engagement pourra t’il être reconnu au sein des cursus? Est il prévu de renouveler cet appel à engagement des universités via leurs étudiants pour accompagner la rentrée scolaire?

PL

Patrick Lemaire il y a quelques secondes

LPPR: financement.
Le programme 172 bénéficiera de 17Md€ supplémentaires sur 10 ans. L’ANR compte pour 7 Md€, comment seront ventilés les autres 10Md€ ?

IS

Isabelle Simon il y a quelques secondes

Les critères entrant en jeu pour les prolongations de contrats doctoraux sont-ils déjà décidés ?

JD

Jean Dupont il y a quelques secondes

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi, alors que le texte est attendu en vain depuis près d’un an et demi, il devient si urgent d’imposer un calendrier express au moment où les universités sont fermées et les manifestations interdites ?

MP

Myr Pic il y a quelques secondes

Est-il légitime comme le dit Gildas Loirand que l’ANR finance des appel flash pour les JO, surtout pour financer le développement de dispositifs de sécurité par de grosses entreprises de défense ? ont-elles réellement besoin de cet argent et pour ce type de chose ?

GF

Giancarlo Faini il y a quelques secondes

Augmenter le budget de l’ANR est louable : pourquoi ne pas abonder également les budgets recherche des organismes et établissements ? Les soutiens « de base » aux unités de recherche permettent une politique scientifique sur le long terme garant de l’avancée des connaissances ?

XS

Xavier Saupin il y a une minute

Parfait, il y des questions gênantes et qui sont censurées .

MC

Majdi Chaarana il y a quelques secondes

Vous avez précipité les discussions en privant les organisations représentatives au CNESER de leur capacité d’analyse en annonçant de débattre d’une loi aussi importante demain en ayant reçu le projet il y a quelques jours. Pourquoi cette précipitation?

 

AB

Anne Bory il y a quelques secondes

Les prolongations concernent elles également les thèses en CIFRE? les interpellations en ce sens sont restées sans réponse pour le moment…

GL

Gildas Loirand il y a quelques secondes

Est-il bien légitime que l’ANR finance des programmes de recherche sur le sport de « très haute performance » avec pour finalité de donner plus de médailles à la France lors des JO de Paris en 2024 ? Surtout en temps de pandémie.

SA

Stéphane Aymerich il y a quelques secondes

Doctorants en 3ème année plus quelques cas de 2nde année seulement?

CC

Clément Cuello il y a quelques secondes

Les écoles doctorales n’ont pour le moment aucune idée de l’enveloppe budgétaire allouée. Quand allez vous les tenir au courant ?

PL

Patrick Lemaire il y a une minute

Quelle est l’origine financière des prolongations: les budgets actuels des Ecoles doctorales et donc des établissements? Ou provenant du ministère sur une enveloppe séparée?

MB

Michel Bessiere il y a 2 minutes

Ecosystème de l’innovation où la simplification a été demandée aux fils des nombreux rapports Beylat-Tambourin, S Berger ou encore la cour des comptes. Pourquoi rien n’est fait? Pourquoi vous rajoutez une couche avec le label PUI?

DA

Délila Allam il y a 2 minutes

Le plan d’aide à l’apprentissage a surtout ciblé les niveaux infra bac jusqu’aux licences pro les masters (BAC +4/5) sont les grands perdants alors même que ce niveau d’études a démontré toute sa pertinence dans la progression de l’apprentissage ?

CB

Camille Bardey il y a 4 minutes

Pourquoi évacuez-vous tout le temps la question des vacataires ? Les bac + 8 à assurer des vacations payées sous le SMIC horaires sont tellement nombreux ! Pourquoi ne les mentionnez-vous pas ?

MP

Myr Pic il y a 4 minutes

Le problème n’est pas l’attractivité des métiers, il y a 200 personnes qui candidatent pour 4 postes !!! C’est surtout l’absence de poste le problème, qu’allez-vous faire ?

SD

Sylvain Durand il y a 5 minutes

De nombreux étudiants auront du mal à trouver des emplois cet été. Un dispositif, autre que le recours à la CVEC, est-il envisagé pour les aider (maintien des bourses les deux mois d’été, aide plus substantielle que 200€ (15j de stage…), …)?

BB

Bernard Belloc il y a 10 minutes

Les recrutement sur des postes à tenure track semblent être contingentés au nombre de recrutements selon les procédures « classiques ». Pourquoi un tel contingentement? Pourquoi ne pas laisser faire les universités, dans le cadre de leur autonomie ?

JP

Jean-Jacques Pardini il y a 11 minutes

Pouvez-vous nous informer sur votre récente demande de faire remonter nos souhaits à propos de deux questions : 1 – Caractère inadapté des règles et procédures régissant l’université ; 2 – Autonomie à renforcer ? Quelle sont les motivations de cette demande ? Je vous remercie.

JB

Jean-Luc Beylat il y a 11 minutes

50% en plus pour les theses Cifre, cela les porte a un objectif de 2200 a moyen termes. est ve vraiment ambitieux en regard de ce qui se fait dans le monde?

SV

Stephane Villar il y a 11 minutes

Quelles avantages les établissements tireront du dispositif « track tenure » ?

PV

Pierre Violet il y a 11 minutes

Est-il prévu d’élargir le soutien financier de l’apprentissage aux entreprises employant des alternants de niveau bac+4/5 et au-delà ?

Vd

Véronique del Vecchio il y a 11 minutes

EPIC et EPST font ce travail !

JQ

Jean-François Quéré il y a 11 minutes

le projet de loi contient des avancées importantes pour l’attractivité des carrières des EC de votre ministère. Comment assurer que les effets de la loi concernera de manière identique les EC de l’ENGEES (ministère de l’agriculture)?

CB

Camille Bardey il y a 12 minutes

Qu’allez-vous faire pour les 130 000 enseignant·e·s du supérieur qui assurent des vacations à l’université ? Quand allez-vous enfin mettre fin à cette maltraitance ?

DA

Délila Allam il y a 12 minutes

Serait-il possible d’aborder les éléments et les consignes d’accueil des étudiants à la rentrée ?

EV

Emilie Viasnoff il y a 12 minutes

La France suivra-t-elle l’exemple allemand de consacrer la moitié de l’effort du plan de relance à l’ESRI, de manière à renouer avec une croissance durable et responsable?

MP

Myr Pic il y a 12 minutes

Pourquoi vous ne faites que des annonces et de la com’ au lieu d’écouter les chercheur.es ? Savez-vous qu’il y a même des gens qui travaillent sur ces questions et que vous pourriez peut-être vous y intéresser ?

Vd

Véronique del Vecchio il y a 12 minutes

Le canard enchainé vous dit sur le départ, est ce la raison de la précipitation pour mettre la loi LPPR en place ??? intox ou info ???

F

Jérémy Freixas il y a 7 heures

Remettre de l’humain dans la formation des étudiants : quelles sont les lacunes actuelles selon vous ?

GL

Gildas Loirand il y a 7 heures

Qu’en est-il de l’extension du « distanciel » au constat qu’il s’avère impossible de dialoguer avec notre Ministre saans coupure ?

Vd

Véronique del Vecchio il y a 7 heures

Pourquoi encore une fois construire un projet (LPPR) qui ne tient pas compte du terrain ???

DR

Didier Roux il y a 7 heures

Le canard enchainé vous dit sur le départ, est ce la raison de la précipitation pour mettre la loi LPPR en place?

MG

Marianne Graber il y a 7 heures

On voit en direct les limites du distanciel…N’a -t-on pas suffisamment fait subir de dommages aux jeunes en les privant de la vie sociale des études ?

AS

Alain Sibille il y a 7 heures

L’augmentation de rémunération des doctorants entre 2021 et 2023 concernera-t-elle seulement les nouveaux doctorants ou aussi ceux déjà en thèse ?

XS

Xavier Saupin il y a 7 heures

Pourquoi voulez-vous passer en force malgré l’opposition unanime des organisations
représentatives du personnel et des étudiant·e·s de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR)?

JG

Julien Gossa il y a 7 heures

La course aux classements internationaux et les pressions à la publications sont-elles positives pour la production scientifique ?

Si non, qu’est-il fait pour les décourager ?

MP

Myr Pic il y a 7 heures

Madame, savez-vous qu’ajd vous ne seriez pas recrutée MCF ni au CNRS, selon les critères que vous-mêmes promouvez ? Vous avez peu publié, rarement en première auteure et êtes peu citée, vous avez bénéficié du localisme (Nice), vous n’avez même pas fait de postdoc et encore moins ‘à l’international’.

MB

Michel Bessiere il y a 7 heures

Etes-vous consciente que la logique de compétition, que vous mettez en place par le renforcement des AAP via l’ANR, fait l’objet d’un rejet large dans le monde de la recherche? Pourquoi ne pas rééquilibrer len remettant les laboratoires avec des moyens adaptés au centre du village?

MJ

Marie-Louise Jan il y a 7 heures

Bonjour, Le webwinair est coupé….
Ce matin sur les Marchés tout a très bien fonctionné

S

Jj Simon il y a 7 heures

Des prolongations pour les CRCT sont elles prévues?

Pd

Pierre-Louis d’Illiers il y a 7 heures

Les contrats de mission pourront-ils être mobilisés pour certains projets liés à la formation mais financés par l’ANR comme les NCU ?

JB

Jean-Luc Beylat il y a 7 heures

est que la loi finance un poste de DSI au minstere de la recherche ?

JG

Julien Gossa il y a 7 heures

Est-ce que les pertes de connexions réseau encouragent au développement de l’enseignement à distance ?

JG

Julien Gossa il y a 7 heures

L’étude d’impact stipule « Compte tenu de l’évolution des départs à la retraite sur les prochaines années, il
serait possible de maintenir le nombre actuel de postes mis aux concours »

Est-ce à dire qu’il n’y aura pas d’augmentation du nombre de postes MCF/CR ?

JB

Joël Bertrand il y a 7 heures

Ne pensez-vous pas que le moment est venu de donner une véritable autonomie aux universités?

PL

Patrick Lemaire il y a 7 heures

Pour rendre vos annonces concernant la prolongation des contrats CDD (doctorants, post-doctorants, ingénieurs…) concrêtes, quelle est l’enveloppe financière ministérielle dédiée à ces prolongations qui sera mise à disposition des établissements?

SD

Sylvain Durand il y a 7 heures

Un effort est-il prévu à l’échelle nationale concernant la réduction de la fracture numérique (qu’il concerne le matériel ou l’accès au réseau (aider le CROUS à passer à eduroam, accord avec les opérateurs, …)) ?

IM

Innocent Mutabazi il y a 7 heures

Pourriez-vous donner des informations su l’accueil des étudiants internationaux de l’espace non Schengen? Quels moyens pour l’enseignement distanciel?

Didier Roux il y a 7 heures

Dans le projet de loi tel qu’il apparait aujourd’hui. Les sommes supplémentaires mises en oeuvre l’an prochain et l’année suivante sont très faibles. Cela remet l’impact de la LPPR plus tard. Pouvez vous comprendre la déception du monde de la recherche?

EP

Emmanuel Peter il y a 7 heures

Pourrez vous aborder la visibilité actuelle sur les consignes d’accueil des étudiants à partir de la rentrée ?

GW

Guy Wormser il y a 7 heures

Guy Wormser -SFP La procédure pour le financement des prolongations de contrats des doctorants et post-doctorannts est-elle maintenant opérationnelle ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.