Examen de la LPPR au CNESER : nouvelles manœuvres ministérielles

Changement de calendrier

CNESER

    • débat: 12 juin, 14h – pour obtenir le quorum
    • vote : jeudi 18 juin

CTMESR

    • vendredi 19 juin

CTU

    • lundi 22 juin

Mercredi 10 juin à 17h12, les élu·es au CNESER reçoivent du secrétaire de l’instance un message annonçant que la séance exceptionnelle du CNESER du 12 juin

« se déroulera[it] en deux parties afin de donner aux débats et à l’expression démocratique le plus de temps possible ».

Un temps de débat est donc prévu pour le vendredi 12 juin, avant un vote reporté au jeudi 18 juin. Par effet de domino, les élu·es au CTMESR sont ensuite informés que la réunion de leur instance, prévue le mercredi 17 juin, est désormais reportée au 19 juin. Sous couvert de faire place à la démocratie, le Ministère s’efforce ainsi de découpler les réunions des instances des dates de mobilisation, et de semer le trouble chez les organisations syndicales qui envisageaient un boycott.

Toujours mercredi 10 juin, à 23h59 cette fois, les mêmes élu-e-s CNESER reçoivent un nouveau message annonçant que la séance du CNESER du 12 juin organisée en visioconférence « se tiendra également en présentiel dans le respect des préconisations sanitaires en vigueur, pour celles et ceux qui le souhaitent ». Surtout pour celles et ceux qui résident dans l’agglomération parisienne : la province devra se contenter de la visioconférence. Dans ce même message, le secrétariat du CNESER demande à ce que les participant·es souhaitant prendre la parole lors de la séance s’inscrivent à cette fin d’ici jeudi 11 juin à 18h. Une telle exigence, contraire à la possibilité pour les élu-e-s au CNESER de participer librement aux débats, ne repose sur aucune point du règlement intérieur du CNESER. Le Ministère s’est d’ailleurs largement assis sur le RI du CNESER pour cette séance exceptionnelle, en passant outre l’obligation d’adresser une convocation aux membres deux semaines avant la séance. Mais ç’aurait probablement laissé trop de temps à la communauté universitaire pour s’organiser contre ce passage en force…

Cette anecdote, affligeante en tous points sur l’état et les conditions du « dialogue social », révèle en fait la fébrilité du Ministère face à l’opposition très large dont son projet destructeur fait l’objet.

Phil Norton, Vintage Clocks, 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.