Archéo-sexisme – ou l’été de tous les dangers pour les apprenties archéologues

En archéologie, des étudiantes et chercheuses dénoncent le sexisme de la « culture chantier »

Elles témoignent de brimades et d’agressions dans ce milieu, en particulier lors des chantiers de fouille. L’exposition « Archéo-Sexisme » a recueilli leur parole et fait le tour de France des campus.

 

Alors que s’ouvre la période des chantiers de fouilles, maintenus pendant cet été de déconfinement, les « histoires » commencent à circuler de nouveau. Des histoires qui se murmurent dans les couloirs, puis sont rangées dans un tiroir. « On en a toujours à se raconter, entre étudiantes. Sur tel terrain de stage, le chef d’opération met la main dans le pantalon des filles. Sur ce terrain-là, les blagues sexistes fusent… », détaille Béline Pasquini, doctorante en archéologie à l’université Paris-I. La jeune chercheuse passe en revue les témoignages rassemblés pour l’exposition « Archéo-Sexisme », qui, pendant plus d’un an, a fait un tour de France des campus pour alerter sur le sexisme qui règne dans le milieu universitaire de l’archéologie, et qui continuera de tourner dans les universités l’année prochaine.

Jets de gravier dans le décolleté

Dans l’un d’entre eux, une étudiante anonyme confie : « C’était mon premier chantier. Le responsable d’opération est passé derrière moi. Il m’a attrapée par les tresses et a mimé qu’il me prenait par-derrière. Ça l’a beaucoup fait rire. » Une autre évoque les « jets de gravier » dans le décolleté des fouilleuses. Une troisième raconte que son responsable lui a lancé : « Toi, tu passes le balai (…), comme ça, je peux te surveiller et mater tes fesses. »

Ces situations sont loin d’être nouvelles. Pour les trois membres de l’association Archéo-Ethique, qui portent cette exposition, « l’aspect physique et terrain des fouilles archéologiques, qui engage le corps dans des positions souvent inconfortables – les mains dans la terre, les fesses en l’air –, en fait un domaine à risque où, en tant qu’étudiantes, on peut être très exposées », estime Béline Pasquini, la coprésidente.

Séjours en vase clos

Des faits fréquents et même « banalisés » sur de nombreux terrains de stage, pointe une autre membre de l’association, Laura Mary, archéologue à Namur (Belgique) et jeune chercheuse qui étudie les discriminations dans sa discipline.

Lire la suite sur Le Monde

Lien: Vice de forme? Sur les sanctions disciplinaires pour fait de harcèlement moral et sexuel, 8 mars 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.