Madame la Ministre, nous n’avons pas les mêmes valeurs, de soif de savoir et de souci de partage des connaissances

Paris,
Le 7 juin 2020

 

Madame Frédérique Vidal,
Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation,
Madame l’ancienne Présidente de l’Université de Nice-Sophia Antipolis,

Je ne pensais pas prendre, un jour, ma plume pour vous écrire.

Mais la rage, la colère et la fatigue m’y obligent. Vous voir détruire patiemment ce qui fait l’âme de la profession, pour laquelle je vibre depuis plusieurs années, me consume à petit feu. J’avais moins de 10 ans la première fois que j’ai dit à ma mère que je voulais donner des conférences quand je serais « grande ». On était au musée du Louvre et j’admirais déjà les conférencières et conférenciers qui se pressaient dans les allées du musée.

Aujourd’hui, j’ai 23 ans et je fais partie des chanceuses et chanceux qui ont obtenu un contrat doctoral. 3 ans d’un horizon presque stable à être payée pour chercher (et enseigner). 3 ans pour débuter le métier qui m’enthousiasme. Et un espoir plus faible de jour en jour de pouvoir l’exercer de façon pérenne.

Commencer sa thèse en octobre 2019, c’est avoir une épée de Damoclès sur la tête et la parfaite conscience que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour précariser ce qu’il reste de l’Université publique dans ce pays.

Je me suis longtemps demandée, Madame la Ministre, comment pouvait-on avec autant d’obstination défendre un tel projet ? Après mûre réflexion, je pense pouvoir dire, sans me tromper, que nous ne partageons pas les mêmes valeurs.

Image par Bertsz de Pixabay

Pour vous, l’Université publique n’est pas l’outil de l’ascension sociale. Il ne s’agit pas de garantir une massification de l’enseignement supérieur dans des conditions optimales pour chacun·e. Il s’agit de diplômer les plus « méritant·es », de garantir une reproduction sociale et de veiller à ce que l’Université publique ne coûte pas trop cher à l’État. Parce que nous sommes la « start-up nation » et que les services publics sont un idéal bien désuet, parce vous considérez que nous n’avons pas les moyens d’un endettement au service du bien commun, ici au service d’un projet de savoir et de partage de la connaissance.

Madame la Ministre, aujourd’hui, je pense que plus aucun·e doctorant·e ne se lance dans une recherche doctorale avec l’intime conviction d’avoir un poste à la fin. Mais il y a une différence entre avoir conscience de la disette et voir ceux et celles qui sont censé-e-s servir l’intérêt général, nos ministres et nos tutelles, réduire à néant toutes nos chances de nous épanouir dans ce métier, dans l’exercice quotidien de la transmission du savoir.

En laissant parler ma rage et ma colère, je n’espère pas une quelconque réponse, Madame la Ministre, ni même la moindre compassion de votre part.

Je veux que vous sachiez : vous nous brisez, vous brisez nos rêves, nos espoirs, nos envies. Vous nous retirez même la rage de nous battre. Savez-vous pourquoi ? Parce que, Madame, vous retournez savamment nos armes contre nous. Si nous nous mettons en grève ou cessons de porter à bout de bras les formations, vous les fermerez. Pour vous, la formation de chacun·e n’est pas l’objet. Il s’agit d’autre chose : des finances de l’État — et de l’absence de déficit public — de la défense d’un modèle néolibéral qui allie public et privé, en faisant de ce dernier le financeur de nos services publics.

Sachez bien, cependant, que nous sommes des battant-e-s, forgé·es et formé·es dans un monde où la disette financière et humaine est, bien tristement, devenue une règle de fonctionnement. Mais un jour nous, ou ceux et celles qui nous suivront, seront lassé·es de se battre. Ils ou elles quitteront, empli·es de regrets mais sachant la cause perdue, un monde qui leur aura tout appris mais pour lequel ils ou elles ne sont pas prêts à sacrifier leur santé et leur vie. Le jour où nous cesserons de nous battre, de vous invectiver, de hurler dans le vide, alors vous aurez réussi Madame La Ministre. L’Université publique ne sera plus. Les femmes et les hommes qui la portent poseront les armes et décideront, en leur âme et conscience, d’aller faire autre chose, sous d’autres horizons.

Alors, Madame La Ministre, je m’interroge. Arrivez-vous à vous satisfaire de la disparition de l’Université publique telle que nous la connaissons ? Pensez-vous, sincèrement, que la mort du statut d’enseignant-chercheur, tel qu’il existe aujourd’hui, est souhaitable ?

Je connais déjà la réponse à ces questions. Vous n’en avez que faire des femmes et des hommes qui tiennent le service public de l’enseignement supérieur à bout de bras. Vous n’en avez que faire des vies brisées, des burnout, de la relégation et de l’assignation sociale de la jeunesse que vous sacrifiez à un monde sans Université publique. L’amour du savoir, de la curiosité et de l’esprit critique ne vous anime plus depuis longtemps.

Alors, Madame Frédérique Vidal, le chemin mortifère que vous avez choisi n’est pas le mien. Je me refuse à vous laisser faire, tout autant que je me refuse à sacrifier ma vie et ma santé au sombre destin que vous nous réservez.

Quels choix me restent-ils alors ? Rêver encore un peu. Et partir. Partir le jour où l’espoir et le rêve auront disparu. Tenter une ou deux campagnes de maîtresse de conférence puis abandonner, le cœur brisé. C’est la seule possibilité que vous nous laissez au demeurant : refuser de mourir avec l’Université.

J’aimerais ajouter une ultime chose, Madame Vidal. Vous avez réussi. À 23 ans, je ne fais déjà plus mon doctorat dans l’espoir de devenir un jour enseignante-chercheuse.

Je le fais pour les yeux brillants de mon père, pour la fierté de mes grands-parents. Je le fais par amour de la curiosité et des découvertes. Pas pour l’avenir, pas pour le poste ou le salaire.

Pourtant, je pense que, comme beaucoup d’autres doctorant·es, j’ai l’envie et peut-être même les compétences, pour apporter à la jeunesse de ce pays des connaissances et une curiosité qui feront d’eux des citoyen·nes armée·s pour affronter le monde de demain.

In fine, votre réforme nous ôte le sens même de notre identité professionnelle. Précariser encore plus la recherche, c’est nous empêcher d’être des passeuses et passeurs de savoirs. Or, un pays qui ne finance plus ses chercheur·euses est un pays qui se condamne à mourir. Je me refuse seulement de mourir avec lui.

Madame, je n’aurais pas l’outrecuidance de vous souhaiter la réussite de vos projets tant ils vont à l’encontre de ceux de toute la communauté universitaire de ce pays.

Une doctorante passionnée mais désabusée


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.