LPPR : aucune date à l’agenda parlementaire n’est prévue

Les documents parvenus aux élu·es CNESER étant différents de ceux qui sont parvenus aux syndicats, sur lesquels s’est appuyé Academia, nous ajoutons donc la lettre signée par la Ministre, qui précise bien qu’aucune date n’est prévue à l’agenda parlementaire.

Une solution : l’abandon pur et simple de ce projet insupportable. Comme l’écrit Yann Bisiou, sur Twitter :

« Jamais le gouvernement français n’a atteint un tel degré de destruction sémantique ! C’est orwellien: la sécurité (du statut) c’est la précarité, l’exclusion (de la fonction publique) c’est l’intégration, l’urgence financière c’est dans 7 à 10 ans ; et on peut continuer :

    • réduire la bureaucratie universitaire, c’est renforcer les missions du HCERES et les appels à projets ; 
    • faire un effort particulier vers la jeunes, c’est consacrer la gérontocratie scientifique en autorisant le dépassement de la limite d’âge… »

Projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche pour les années 2021 à 2030

Mesdames et messieurs les membres du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche,

La France est une grande nation scientifique. C’est à la fois le produit de son histoire et du lien indissociable qui existe entre la République et la recherche publique. Nous le devons aussi et surtout à toutes les femmes et les hommes qui font vivre notre recherche publique au quotidien, dans les universités, les écoles et les organismes de recherche. Leur engagement s’est particulièrement manifesté dans la période actuelle face à l’épidémie de Covid-19 et c’est à eux que nous devons la capacité de notre pays à faire avancer le front de la connaissance dans l’ensemble des domaines de la science.
Malgré notre tradition d’excellence scientifique, notre système de recherche publique décroche dans un contexte de compétition internationale accrue. La recherche publique française n’est pas assez financée et la France n’est pas encore parvenue à atteindre les objectifs de la stratégie de Lisbonne. Cette situation, que chacun d’entre nous constate et déplore depuis déjà longtemps réduit l’attractivité des métiers de la recherche scientifique. Cela procède aussi bien de la faiblesse des rémunérations que de la place faite à la science dans le débat public.
C’est parce que l’avenir de notre pays n’est pas concevable sans un soutien massif à notre système de recherche que le Gouvernement a fait le choix d’inverser cette tendance. Le 19 mars dernier, le Président de la République a ainsi annoncé une trajectoire financière de 25 milliards d’euros supplémentaires pendant les 10 prochaines années, trajectoire qui nous permettra de redonner du temps, de la visibilité et des moyens à l’ensemble des chercheurs. C’est tout l’objet du projet de loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 qui est soumis à votre consultation. Mieux financer notre système de recherche, rendre les carrières scientifiques plus attractives et renforcer les liens entre la recherche, la société et l’économie sont les enjeux majeurs du texte qui vous est aujourd’hui présenté.
Annoncé en février 2019 par le Premier ministre, ce projet de loi a été élaboré en tenant compte des travaux des trois groupes de travail constitués à cette occasion. Il a également été construit en prenant en compte les contributions de l’ensemble de la communauté scientifique et notamment des 800 contributions reçues lors de la consultation organisée en ce sens il y a un peu plus d’un an.
Attendu depuis de nombreux mois, le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche a d’ores et déjà suscité des débats, des interrogations et parfois des inquiétudes. Le présent projet de loi est désormais public et soumis à l’intégralité des instances dont l’avis est nécessaire pour l’enrichir avant sa présentation en Conseil des ministres.
Aucune date d’inscription à l’agenda parlementaire n’est prévue pour les prochaines semaines. Naturellement, l’ensemble des enjeux de la programmation de la recherche, qu’ils soient de nature législative ou réglementaire ont vocation à faire l’objet d’un dialogue nourri, devant vous en tout premier lieu mais également avec les partenaires sociaux et devant l’ensemble des instances qui structurent la vie de la communauté scientifique.
Veuillez recevoir, mesdames et messieurs les membres du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche, l’expression de ma considération la plus haute.
Frédérique Vidal

Lien

  • Lettre de la Ministre aux élu·es du CNESER, signée, 7 juin 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.