Et à la fin c’est toujours les « précaires » qui perdent. À propos des auditions CNRS

Ça vient de tomber les auditions de Chargé∙e de recherche au CNRS se dérouleront en visioconférence, la pire solution pour les candidat∙es. Une décision méprisante, injuste, et peut-être illégale.

Les lignes qui suivent sont celles d’un « précaire »1, elles sont bien sûr anonymes, c’est cela la précarité, défendre ses droits en s’en cachant, parce que dans ce milieu… C’est donc en application de l’ordonnance n°2020-351 du 27 mars 2020 que cette année les candidats seront soumis à cette procédure de recrutement si spéciale, une ordonnance qui s’applique sous le couvert de la loi d’urgence sanitaire. On se demande quelle est cette urgence qui aujourd’hui justifie que ces auditions se tiennent en « visioconférence à domicile ». Le scandale étant surtout dans le second terme, « à domicile ».

https://www.flickr.com/photos/krockymeshkin/14372421613/in/photolist-nU3qdD-2b83w1b-719zhx-8cwys5-5XgP4K-5Xm3G1-5XgNYH-5XgP5R-5Xm3Cf-5Xm3Lf-sRPMG-z8FFiA-ezoQX6-sRPM3-sRPQb-sRPQE-sRPKV-sRPLe-sRPM9-sRPMR-sRPNn-sRPN3-5XgP9p-5XgP8k-5XgP9Z-2j6zJJk-5Xm3Td-EV8na6-5XgNZM-5XgP3K-5Xm3S9-QKCgUi-5Xm3Mo-5Xm3R9-RuR8UT-5Xm3Ff-sRPQo-sRPL4-sRPMh-8cwyho-caGmP7-caGrf5-7Z3Rtp-7Z3SRt-rj7Gg-9ywcQu-9ytcdX-2cNGAFu-85ou4R-85rE5W

Auditions, by Krocky Mashkin, 2014
– “A lot of people give up just before they’re about to make it. You know you never know when that next obstacle is going to be the last one.”

Rappelons des éléments de chronologie. Le samedi 14 mars la section 36 décidait de suspendre la tenue des auditions. À cette date, il y avait déjà eu une allocution présidentielle, le jeudi 12, annonçant la fermeture des écoles pour le lundi 16. Le 15, peut-être le 16, la direction du CNRS prenait enfin la décision de suspendre ces auditions pour toutes les sections. Je dis peut-être car aucun courriel n’a été envoyé aux candidat∙es pour les informer de la situation, depuis fin mars jusqu’à aujourd’hui. La plupart des candidat∙es a appris l’annulation des concours par les listes professionnelles (types ANCMSP) puis par les labos qui faisaient passer des auditions blanches. Une conception qui en dit long sur la considération du CNRS à l’égard des candidat∙es, parmi lesquels se trouvent ses futur∙es agent∙es.

Les écoles ont réouvert depuis le 11 mai, les lignes de transport parisien ont retrouvé leur flux habituels – « Ah, la ligne 13 ! » – et l’on nous dit qu’il y aurait des raisons sanitaires qui imposent cette visioconférence ! On nous dit que « nous sommes tous dans le même bateau ». C’est faux, l’organisation de la visio-conférence est à la charge du candidat ou de la candidate, cela crée une rupture d’égalité manifeste. Si certains membres du jury ou des candidat∙es étaient bloqués à l’étranger, qu’il y ait d’autres aménagements. Soit des salles dans les locaux du CNRS avec de bonnes conditions techniques, soit le choix pour ceux qui n’ont pas d’autres choix que de le passer depuis chez eux – rappelons qu’il y a trois mois cette solution était inimaginable, quand bien même les candidats résidaient sur un autre continent, les normes ont bien changé dans ce « monde d’après » –, soit la possibilité de reporter les concours.

Mais qui a donc pris cette décision ? le service central des concours, en accord avec les membres des comités de sélection ? Qu’il s’agisse des bureaucrates des services des concours, c’est une chose, que ce soit avec l’accord des « collègues » des jurys, c’en est une autre. On remarque d’ailleurs que les auditions pour les postes de Directeur∙rices de recherche ont, elles, été annulées. Bonne chose ou pas ? À eux de le dire. Personnellement, je me demande s’il aurait été imaginable qu’on fasse passer à des statutaires, ce type d’audition « à domicile ». Mais peut-être qu’avec des candidat∙es non-titulaires on peut se permettre des choses qu’on ne se permettrait pas avec d’autres.

Le concours de recrutement au CNRS est extrêmement sélectif, et de plus en plus difficile. La pénurie de poste est pathétique, tout le monde le sait ou presque. On nous dit que, finalement, les outils numériques de visioconférence auraient montré leur efficacité. Qui peut croire ça. Qui parmi les chercheurs qui se sont retrouvés à essayer ces divers outils vidéo pendant le confinement peut dire sans sourciller qu’il n’y a jamais eu de couac, qu’il s’agisse de la caméra, d’un son mauvais, que sais-je. Pense-t-on que sur les 2000 à 3000 candidats aux postes de Chargé∙e de recherche toutes sections confondus (les chiffres me sont inconnus, ce serait 200 à 300 la démonstration resterait identique), il n’y ait pas un problème technique pour l’un∙e d’entre nous ? Et un, c’est un de trop. Et c’est suffisant pour faire annuler le concours. Et là, on fait quoi ?

Peut-on penser que pendant 2 fois quinze minutes, suivant les modalités d’audition, il n’y ait pas une interruption de 5 secondes. 5 secondes, ce n’est pas grand-chose mais si ce sont les 5 secondes où un membre du jury pose une question rendue inaudible, cinq secondes, c’est stressant et c’est long. Et ça peut se reproduire plusieurs fois durant une même audition. Cette année, les candidats seront donc soumis à des aléas comme une bonne connexion internet, le bruit de la perceuse chez le voisin, être chez soi et non pas hébergé chez une connaissance, avoir un ordinateur pourri parce qu’on a pas les moyens d’en acheter un autre, une manif dans la rue, et bien sûr le sempiternel ne pas avoir un enfant en bas âge à charge. Cette année, la recherche au CNRS n’est même plus darwinienne, c’est Koh-Lanta. Ou bien Man versus Computer, au choix.

Nous sortons d’une expérience sociale collective pour le moins compliquée, voir violente pour beaucoup, l’institution rajoute ici du mépris, de l’injustice, peut-être de l’illégalité. Pour l’anecdote, l’auteur de ces lignes a eu, il y a eu quelques années, à siéger dans un jury de recrutement. Les conditions avaient imposé des auditions par visioconférence. Et dans les faits, nous avons entendu très mal certains candidats à cause d’une mauvaise connexion. Résultat, malaise de la plupart d’entre les membres du comité, et puis « au suivant » comme aurait dit Jacques Brel. Quelles garanties, nous les candidats, avons qu’aujourd’hui les auditions se dérouleront sereinement, équitablement ?

Comme aurait pu le dire une autre influenceuse, au moins aussi punchy que le grand Jacques, « on ne naît pas précaire, … ». Que l’administration du CNRS ait fait le pire choix pour les candidat∙es c’est, après tout, moyennement surprenant. Que les comités de sélection embrayent, ça passe moins. Le 5 mars dernier l’université s’arrêtait. Aujourd’hui, Vidal, la CPU, essayent de nous refaire le coup du 49.3. En douce, vicieusement mais pour notre bien, la LPPR est au programme des discussions d’un prochain Comité technique, le 17 juin. Et au menu, la question de l’enseignement à distance pour la rentrée universitaire, dont beaucoup d’enseignants s’indignent et s’inquiètent à juste titre. Les candidat∙es, qui rappelons-le postulent pour un recrutement pour les 30 ou 40 prochaines de leur vie, auront autre chose à faire que de se mobiliser. On ne nait pas précaire, mais on le devient. Que les comités de sélections démissionnent, qu’ils trouvent une solution qui n’est pas celle-ci. Les solutions ont été avancées plus haut : possibilité du présentiel, mise à disposition de locaux, possibilité de l’audition à domicile, report. Une mobilisation de ces comités serait, par ailleurs, un bon moyen pour les chercheurs et les chercheuses de se réapproprier le rapport de force face à Mr Antoine Petit.

Un candidat anonmye

  1. NDLR : d’un docteur non titulaire. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.